EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

29/09/2016

Le recyclage des déchets, un enjeu clé pour le climat

Aide au développement

Le recyclage des déchets, un enjeu clé pour le climat

Un homme en Inde brûle des déchets sur le bord de la route.

[Berhard Huber/Flickr]

Le volume croissant des déchets a un impact direct sur l’effet de serre. Des sacs plastiques aux boites de conserves, le non-recyclage des déchets a un coût élevé en dioxyde de carbone. Un article d’EurActiv Allemagne.

Si l’Allemagne est parvenue à sérieusement réduire ses émissions grâce au traitement des déchets, les entreprises de gestion des déchets dans de nombreux pays en développement, ainsi que dans de nombreux pays de l’OCDE et aux États-Unis pourraient apporter une bien meilleure contribution à la protection du climat.

Ce sont les conclusions d’une récente étude de l’Institut d’écologie appliquée et de l’Institut pour l’énergie et la recherche environnementale (IFEU) menée à la demande de l’agence fédérale allemande pour l’environnement (UBA).

« Dans les pays de l’OCDE, les États-Unis, l’Inde et l’Égypte, les émissions de méthane liées au déversement de déchets font partie des principales causes de la pollution par gaz à effet de serre », écrivent les auteurs.

>> Lire : L’UE veut recycler 70 % des déchets à l’horizon 2030

Seuls certains pays de l’OCDE, tels que le Japon, qui ne déversent pas, ou très rarement, des déchets organiques peuvent alléger le fardeau qui pèse sur le climat. Plus les déchets sont traités et recyclés, plus l’empreinte climatique du pays est positive.

Dans l’étude, les chercheurs font une comparaison détaillée du potentiel des entreprises de gestion des déchets pour la protection du climat en Inde, en Égypte et aux États-Unis. Par ailleurs, plusieurs pays de l’OCDE et de l’UE ont été analysés. Les résultats montrent qu’il existe un besoin urgent d’encourager une économie circulaire intégrée dans de nombreux pays afin de réduire les émissions à effet de serre en augmentant le recyclage.

Pas assez de recyclage

Les pays en développement ou nouvellement industrialisés manquent particulièrement d’un système de recyclage organisé, indique l’étude. En Égypte et en Inde, tous les types de déchets se retrouvent en général dans des décharges non équipées pour empêcher les fuites ou la pollution par gaz. Les déchets y sont souvent collectés, triés, et recyclés par des particuliers ou des organisations qui font le tri et cherchent des déchets recyclables dans des conditions difficiles.

En Inde, où les 1,2 milliard d’habitants produisent environ 243 millions de tonnes de déchets, le secteur informel est actif à deux niveaux.

Le premier consiste en une collecte au porte-à-porte, lors de laquelle les résidents peuvent vendre leurs déchets recyclables, tels que les journaux, les boites de conserve, le verre, les sacs plastiques et le textile usagé. Le second correspond aux « collecteurs de déchets » qui trient les déchets recyclables dans la rue et dans les décharges.

En tout, environ 80 % des déchets du pays finissent à la décharge sans avoir été organisé et émettent près de 55 millions de tonnes de CO2.

Besoin urgent de tri et d’incinération des déchets

Si des pays comme l’Inde triaient et recyclaient de manière efficace leurs déchets, ils pourraient considérablement contribuer à la protection du climat.

Dans le meilleur des cas, une organisation adéquate associée à l’incinération des déchets résiduels dans des installations efficaces pourraient permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 25 millions de tonnes par an en Inde et de près de 14 millions de tonnes par an en Égypte, démontre l’étude.

Les auteurs soulignent que des règles politiques et juridiques incluses dans une loi sur la gestion des déchets ou autres mesures sont essentielles.

>> Lire : L’Europe ouvre un débat sur l’économie circulaire

Ces pays doivent s’assurer de prendre en compte leurs structures informelles lorsqu’ils mettront en place de telles lois, a prévenu Günter Deboust, expert dans l’industrie de la gestion des déchets et chef adjoint à l’Institut d’écologie appliquée.

« Là-bas, tous ceux qui font une grande partie du travail de recyclage le font malheureusement à la main et souvent dans de très mauvaises conditions de travail. Il faut absolument sauvegarder leur emploi et améliorer la protection des travailleurs et de leur santé. »

Par ailleurs, les effets négatifs du traitement des déchets sur l’environnement devraient être minimisés.

L’Allemagne, leader dans le domaine.

Depuis plusieurs années, l’Allemagne montre l’exemple. En effet, son industrie de gestion des déchets tente de protéger le climat.

En 1990, les déchets représentaient un fardeau important pour l’environnement avec environ 38 millions de tonnes d’émissions équivalent C02. En 2006, l’industrie des déchets a économisé près de 18 millions de tonnes d’équivalents CO2.

Par conséquent, l’industrie a pu réduire les émissions néfastes pour le climat d’environ 56 millions de tonnes par an entre 1990 et 2006. Cela a été possible grâce à la fin du déversement de déchets municipaux non traités, grâce à l’amélioration de matériaux et à l’utilisation énergétique des déchets.

Haro sur les sacs plastiques

Pourtant, l’Allemagne a encore du chemin à parcourir, selon l’étude publiée en avril sur les déchets plastiques en Allemagne. L’institut Wuppertal pour le climat, l’environnement et l’énergie a réalisé l’étude pour le compte de NABU.

Si l’utilisation des matières plastiques ne change pas, indique l’étude, plus de 12 millions de tonnes de plastiques circuleront d’ici à 2030, soit 28 % de plus qu’en 2013.

En 2013, le secteur de l’emballage a consommé plus de 4 millions de tonnes de plastique alors que 10 ans plus tôt il n’en consommait que 3,5 millions.

>> Lire : L’UE va diviser par deux l’usage des sacs plastiques d’ici…2019

Outre le secteur de la construction et le secteur automobile, les déchets plastiques proviennent en majorité des sacs plastiques. Selon la Commission européenne, 98 milliards de sacs plastiques usagés produisaient en 2010 plus de 1,5 kg d’émissions de carbone chacun. Cela représente environ 15 millions de tonnes de CO2 au total. 

Contexte

En moyenne, chaque citoyen européen produit 503 kilos de déchets municipaux par an, ce niveau varie de 300 à 700 kilos en fonction des États membres.

Selon un rapport publié en mars dernier par Eurostat, le bureau des statistiques de l'Union européenne, pour l'année 2011, 37 % des déchets terminaient en décharge, 25 % étaient recyclés et 15 % étaient compostés. Quelque 23 % étaient incinérés, généralement pour récupérer de l'énergie.

L'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, les Pays-Bas, et la Suède ont en grande partie abandonné le système d’enfouissement des déchets. De leurs côtés, la Roumanie, la Bulgarie et Malte ont encore recours pour la quasi-totalité de leurs déchets municipaux aux décharges publiques.

Un rapport de l’ONG les Amis de la Terre Europe révélait que seulement 25 % des déchets municipaux européens étaient recyclés.