EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

24/09/2016

Les Européens méconnaissent l’aide au développement

Aide au développement

Les Européens méconnaissent l’aide au développement

Neven Mimica à la présentation de l'étude sur les Européens et le développement - ©EurActiv

[Georgi Gotev]

La Commission européenne vient de lancer l’année européenne pour le développement. Mais une étude  révèle le peu de connaissances que les Européens ont de cette politique, à laquelle ils restent pourtant globalement favorables. 

L’année européenne pour le développement s’est officiellement ouverte le 9 janvier 2015 à Riga en Lettonie. Mais si le rendez-vous semble arriver à point nommé dans l’agenda international, il reste méconnu au sein des citoyens de l’UE.

Selon les résultats d’une étude sur les Européens et le développement réalisée dans les 28 États membres par TNS pour la Commission européenne, 87 % des personnes interrogées ont déclaré ne jamais avoir entendu parler de l’année européenne du développement avant l’enquête.   

Méconnaissance

Plus largement, la connaissance que les Européens ont de la politique européenne en faveur du développement reste faible, note l’étude.

La destination de l’aide au développement donnée par leur pays reste largement inconnue parmi les Européens interrogés. Ils sont 46 % à n’avoir aucune idée de la destination de l’aide, et 49 % à connaitre « un peu » cette thématique.

La France fait partie des pays ou la méconnaissance de cette politique semble la plus ancrée : 66 % des Français interrogés affirment ne pas connaître la destination de l’aide au développement, et 32 % disent avoir une faible connaissance.

Un attachement fort

En dépit de ce manque d’informations, les Européens montrent un attachement fort à la politique de développement.

Près des deux tiers des personnes interrogées pensent que la lutte contre la pauvreté dans les pays en développement devrait être l’une des principales priorités de l’UE (64%).

>>Lire : L’APD en période d’austérité : le développement au détriment des pays les moins avancés ?

 Malgré les difficultés économiques actuelles de nombreux États membres de l’UE, la plupart des Européens considèrent que l’aide devrait être augmentée au niveau promis (52%) et même au-delà (15%)

Les Français moins solidaires

Si 78% des personnes interrogées en France pensent qu’il est important d’aider les populations des pays en développement, cette proportion est « parmi les plus basses de tous les Etats membres », souligne l’étude. En effet, en moyenne 85% des répondants estiment que l’aide aux pays les plus pauvres est importante.

>>Lire : Une écrasante majorité de Français mal informée au sujet du développement

Les personnes interrogées en France, de même qu’en Belgique et en Italie, affichent également la deuxième plus forte baisse dans la proportion qui approuve que l’aide soit l’une des priorités de leur gouvernement national (-9 points)

La santé en tête des priorités

Interrogés sur les principaux enjeux auxquels sont confrontés les pays en développement, les répondants ont globalement placé la santé en tête des problèmes (39%), puis la paix et la sécurité (36%) et l’éducation (34%).

Si ces thématiques font partie des grands enjeux de développement financés par les pays européens, certaines thématiques prioritaires telles que l’égalité des sexes (6%) ou encore le changement climatique (6%) ne remportent qu’une très faible adhésion de la part des personnes interrogées.  

Réactions

« Je trouve très encourageant que, malgré l’incertitude économique qui règne dans l’UE, nos citoyens continuent d’approuver largement le rôle important que joue l’Europe en matière de développement. L’Année européenne sera pour nous l’occasion de tirer parti de ce soutien et d’informer les citoyens sur les défis et les manifestations prévues lors de cette année cruciale pour le développement, nous aidant ainsi à établir plus facilement le dialogue avec eux » a déclaré Neven Mimica, le commissaire européen en charge de la Coopération internationale et du Développement.

?«  De très bonnes nouvelles au moment opportun. Ces résultats positifs accompagnent parfaitement le début de l'Année européenne du développement. Désormais, le défi est d'engager nos citoyens dans un nouveau débat sur le développement. Un débat qui ira au-delà de l'importance des aides et qui analysera comment notre consommation, nos modes de vie et nos politiques affectent le développement mondial dans son ensemble. » a déclaré Seamus Jeffreson, directeur de la plateforme de l’ONG CONCORD.

Contexte

Depuis 1983, une thématique spécifique a été dédiée à chaque année, afin de conscientiser les Européens, et de changer leurs visions de certains sujets. Les thèmes sont proposés par la Commission et adoptés par le Parlement et les gouvernements européens. Pour voir la liste des thématiques annuelles européennes,cliquez ici.

2015, l'année européenne du développement, devrait permettre d'informer davantage les citoyens sur le développement et de montrer au contribuable que chaque euro alloué à l'aide au développement apporte du positif aux habitants des pays les plus pauvres du monde, mais aussi aux citoyens européens.

Les divers événements de l'année du développement seront centrés autour de 12 thèmes :« L'Europe dans le monde » en janvier, « éducation » en février, « Femmes et filles » en mars, « santé » en avril, « paix et sécurité » en mai, « croissance verte durable, emplois et commerce décents » en juin, « enfants et jeunes » en juillet, « aide humanitaire » en août, « démographie et migration » en septembre, « sécurité alimentaire » en octobre, « développement durable et action climatique » en novembre et « droits de l'Homme et  gouvernance » en décembre. 

Plus d'information

Commission européenne