Les inégalités s’exacerbent à grande vitesse

L’Agenda 2030 vise à éradiquer la pauvreté sous toutes ses formes. [Anton_Ivanov/ Shutterstock]

En 2016, la richesse s’est encore un peu plus concentrée dans le monde, affirme un rapport d’Oxfam. Selon l’ONG, huit personnes détiennent aujourd’hui autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité.

Les inégalités se sont encore accrues en 2016, selon le rapport « Une économie au service des 99 % » publié par l’ONG Oxfam. Ce rapport, publié chaque année à l’occasion du forum économique de Davos, analyse l’évolution et les causes  de l’inégalité dans le monde.

Et pour l’année 2016, le constat fait depuis plusieurs années est encore le même : la richesse se concentre toujours davantage dans les mains des 1% les plus riches de la planète, qui possèdent plus que le reste de la population mondiale.

Le rapport de l’ONG s’appuie sur la base des données de 2016 du Crédit Suisse, qui estime que les richesses de la moitié la plus pauvre de la population mondiale ne représentent que 0,2 % du total des richesses mondiales, soit 409 milliards de dollars.

>>Lire : Les inégalités deviennent alarmantes au niveau mondial, estime Oxfam

Ce chiffre est interprété à l’aulne du classement de la liste des personnalités les plus riches du monde, réalisée par le magazine Forbes, dans lequel la richesse de 8 milliardaires suffit pour parvenir à 426 milliards de dollars, soit plus que le total des richesses de la moitié la plus pauvre de la population mondiale.

« Il est indécent que tant de richesses soient concentrées dans les mains d’une si infime minorité, quand on sait qu’une personne sur dix dans le monde vit avec moins de 2 dollars par jour. Les inégalités relèguent des centaines de millions de personnes dans la pauvreté, fracturent nos sociétés et affaiblissent la démocratie » souligne Manon Aubry, porte-parole d’Oxfam France.

La concentration de la richesse

La concentration des richesses semble donc s’être considérablement accélérée, puisqu’en 2010, le rapport d’Oxfam faisait état de 388 personnes possédant une richesse égale à la moitié la plus pauvre de la population. En 2011 les richesses étaient concentrées dans les mains d’un nombre encore plus réduit d’individus (177) puis en 2014 le chiffre est tombé à 80.

>>Lire : 62 personnes détiennent plus de richesses que 3,5 milliards d’humains

Mais cette accélération de la réduction de la richesse de la population la plus pauvre de la planète s’explique « en grande partie par la disponibilité de nouvelles sources de données en provenance de l’Inde et de la Chine », souligne Oxfam.

Une redistribution en panne

Si la concentration des richesses dans le monde semble autant s’accélérer, c’est en raison d’un certain nombre de facteurs, notamment celui de la transmission du patrimoine.

Les 1 810 milliardaires en dollars de la liste Forbes pour 2016 détiennent 6 500 milliards de dollars, soit autant que les 70 % les plus pauvres de l’humanité. Mais parmi ces milliardaires, ils sont un tiers à avoir hérité de leur fortune.

Au cours des 20 prochaines années, le rapport d’Oxfam estime que la règle de l’héritage devrait permettre à 500 personnes de transmettre plus de 2 100 milliards de dollars à leurs descendants, soit plus que le PIB de l’Inde.

« La lutte contre les inégalités est une question de morale »

L’aggravation des inégalités dans le monde met en péril les objectifs mondiaux de développement. Pour enrayer la machine, les gouvernements doivent mettre l’accent sur les services publics, selon Philippe Orliange.

Autre facteur participant à la concentration des richesses, la redistribution de plus en plus inéquitable de la valeur. Selon le rapport, la redistribution de la valeur produite se fait de plus en plus à l’avantage des actionnaires et au détriment des employés ou des producteurs. Par exemple, dans les années 1980, les producteurs de cacao recevaient par exemple 16% de la valeur d’une barre chocolatée, contre seulement 6 % aujourd’hui.

>>Lire : Un changement de statistique fait étrangement chuter le nombre de pauvres dans le monde

 

Plus d'information

Oxfam

  • UNE ÉCONOMIE AU SERVICE DES 99 % (lien à ajouter lundi)