EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

29/08/2016

Les premiers vaccins contre Ebola envoyés en Afrique

Aide au développement

Les premiers vaccins contre Ebola envoyés en Afrique

Un volontaire de l'essai clinique du vaccin candidat de GSK.

[NIAID/Flickr]

Le premier lot de vaccins contre Ebola, produits par la société GlaxoSmithKline, est arrivé au Libéria.

Un lot de 300 vaccins expérimentaux, le premier du genre est arrivé au Libéria, l’un des pays les plus touchés par la crise. Dans les prochaines semaines, ces 300 doses permettront de démarrer le premier essai de grande ampleur pour ce vaccin expérimental, selon un communiqué de GlaxoSmithKline (GSK).

Cinq essais cliniques, de moindre ampleur, qui impliquent environ 300 volontaires sains en tout, sont en cours au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Suisse et au Mali.

« Les résultats initiaux de ces essais montrent que le vaccin candidat a un profil de sécurité acceptable, notamment au sein d’une population ouest-africaine, et ce dans tous les dosages évalués. Sur la base des données de sécurité et immunitaires récoltées lors de ces essais, GSK a sélectionné le dosage le plus adapté pour passer aux étapes suivantes des essais cliniques. »

Les analyses initiales de la phase I ont été publiées en novembre 2014 et d’autres études sur la même phase seront rendues publiques dans les mois à venir.

Les dosages choisis seront donc testés lors d’un essai clinique plus large de phase III, dirigé par l’institut de santé national des États-Unis (NIH). Jusqu’à 30 000 personnes seront impliquées dans cet essai. Un tiers d’entre eux recevront le vaccin candidat de GSK.

Il s’agira alors de comparer le vaccin candidat au vaccin contrôle, afin de déterminer si la réponse immunitaire identifiée lors de la phase I se traduit réellement en une protection efficace contre Ebola. L’essai débutera au Libéria dans les semaines à venir. Si GSK obtient le feu vert, d’autres lots de vaccins suivront rapidement.

>> Lire : Christos Stylianides: « La communauté internationale a sous-estimé la menace Ebola »

Pour les campagnes de vaccination à grande échelle, il faudra encore attendre

« Ce premier lot de vaccins est une grande réussite et montre que nous sommes sur la bonne voie pour le développement accéléré de notre vaccin candidat contre Ebola. Les résultats initiaux de la phase I sont encourageants et nous permettent d’être confiants pour les prochaines étapes des essais cliniques, qui impliqueront la vaccination de milliers de volontaires, dont du personnel médical dans les zones très touchées par le virus.  Si, comme nous l’espérons, le vaccin candidat protège véritablement ces volontaires, il nous aidera considérablement à mieux gérer l’épidémie actuelle et à empêcher de nouvelles épidémies », explique Dr Moncef Slaoui, président du groupe Global Vaccines chez GSK.

« Il est important de noter que ce vaccin est toujours en phase d’élaboration. Pour toute utilisation potentielle dans des campagnes de vaccination à grande échelle, le vaccin candidat devra convaincre les spécialistes de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et d’autres parties prenantes qu’il protège réellement d’Ebola sans causer d’effets secondaires importants. La production de grandes quantités de vaccins prend aussi du temps », ajoute-t-il.

L’OMS et les Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis ont épaulé GSK et soutiendront peut-être des essais dans d’autres pays, en Sierra Leone et en Guinée, par exemple, dans les prochains mois. L’entreprise pharmaceutique va également lancer sans attendre des essais de phase II dans les pays d’Afrique occidentale qui ne sont pas touchés par l’épidémie.

>> Lire : Sans intervention internationale, le nombre de cas d’Ebola pourrait être multiplié par dix

Contexte

La Commission européenne et les États membres ont promis de donner plus d'un milliard d'euros à la lutte contre Ebola. Le Conseil a également nommé un coordinateur spécial : Christos Stylianides, commissaire chargé de l'aide humanitaire.

>> Lire : L'UE nomme un coordinateur spécial pour Ebola

Des laboratoires mobiles, des spécialistes du travail humanitaire et des experts des maladies infectieuses dangereuses ont été déployés dans la région.

Les 280 millions d'euros de l'appel à projets lancé par la Commission et l'industrie pharmaceutique européenne seront attribués dans le cadre de l'Initiative en matière de médicaments innovants (IMI).

Le programme-cadre pour la recherche et l'innovation, Horizon 2020, participera à hauteur de 140 millions d'euros et les 140 millions d'euros supplémentaires proviendront des entreprises pharmaceutiques de la Fédération européenne des associations de l'industrie pharmaceutique (FEAIP).

La recherche en question comprendra des essais cliniques de grande ampleur sur de possibles vaccins dans les pays touchés par Ebola, ainsi que l'élaboration de tests diagnostiques rapides et de nouvelles approches pour la fabrication et la distribution des vaccins.

>> Lire : L'UE double son aide pour lutter contre l'Ebola en Afrique occidentale