Merkel annonce une aide pour lutter contre les migrations au Niger

La chancelière allemande Angela Merkel avec le président du Niger, Issoufou Mahamadou, le 10 octobre 2016.

L’Allemagne va débloquer 27 millions d’euros pour aider le Niger sur le plan militaire et contribuer au développement du nord du pays, a annoncé Angela Merkel lors d’une visite dans ce pays parmi les plus pauvres du monde et en proie aux attaques de groupes armés.

« Nous allons investir l’année prochaine 10 millions d’euros [en équipement militaire]. Nous participons aussi à la mission Eucap, qui vise à entraîner les forces de la police [entre autres dans la guerre contre les djihadistes] », a déclaré la chancelière.

Mme Merkel a promis 17 millions d’euros d’aide au développement pour la région d’Agadez [nord] espérant ainsi lutter contre l’émigration et les trafics.

« Quelle compensation pouvons-nous offrir aux gens de la région d’Agadez pour les aider à vivre ? Lorsque les gens combattent les passeurs, l’émigration illégale, ils ont besoin d’un revenu. Ils vivaient avant du tourisme, ce qu’ils ne peuvent plus faire à présent », a-t-elle déploré.

L’idée de la chancelière est notamment d’aider les pays sur la route des migrants à les retenir afin qu’ils ne partent pas vers la Méditerranée. Agadez est considéré comme un carrefour important pour l’émigration clandestine.

La veille à Bamako, elle avait insisté sur la nécessité de combiner soutien militaire et aide au développement.

>> Lire : Mimica : «il faut lier migration et aide au développement en Afrique»

Au début du mois, l’ambassadeur d’Allemagne avait annoncé que son pays allait construire une base militaire en « appui » à la Mission militaire onusienne (Minusma) qui combat les djihadistes au Mali voisin.

Le président nigérien Mahamadou Issoufou a salué cette initiative de base « militaire logistique » à Niamey et la participation de l’Allemagne à la Minusma. Cette décision est « extrêmement importante » pour assurer « la sécurité régionale » et « en particulier la sécurité du Niger […] Régler le problème de la sécurité au Mali, c’est également régler le problème de la sécurité au Niger », a-t-il jugé.

Le gouvernement nigérien fait face à des critiques de la société civile sur la « forte présence militaire étrangère » et est accusé « d’aliéner » la souveraineté du pays.

« Ne découragez pas les pays qui viennent nous aider pour faire face à la situation (attaques des groupes armés) […]. Au contraire il faut remercier les Allemands, les Français et tous les amis qui viennent nous soutenir », a plaidé le président.

La France et les États-Unis disposent déjà de bases militaires au Niger.

Le 6 octobre, 22 soldats nigériens ont été tués lors d’une attaque djihadiste, contre un site de réfugiés maliens à Tazalit à 300 km au nord-est de Niamey, selon l’armée nigérienne.