EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

28/09/2016

Un rapport dénonce le modèle financier des objectifs de développement

Aide au développement

Un rapport dénonce le modèle financier des objectifs de développement

Oxfam s’est penché sur l’alliance de plus en plus fréquente des investissements du secteur privé et de l’aide étrangère dans un rapport évaluant le futur des objectifs de développement durable (ODD).

Le rapport de l’ONG Oxfam,« Responsabilité et propriété : le rôle de l’aide dans le monde après 2015 » épingle l’utilisation croissante du secteur privé pour tirer profit de l’aide de l’État.

Bien qu’Oxfam ne soit pas opposé au principe, l’organisation rappelle que ce secteur « est défini par le marché et ne peut donc remplacer l’aide ».

Malgré tout, plus de 87 milliards d’euros ont été distribués dans le monde en 2013 pour contribuer à la rentabilisation des investissements privés dans les pays en voie de développement, selon l’OCDE.

Rôle des institutions publiques

L’ONG prend l’exemple du Libéria, qui a annoncé en mars que toutes les écoles primaires du pays seraient sous la responsabilité d’une entreprise privée soutenue financièrement par des donateurs, malgré « les objections des spécialistes et des organisations de la société civile, notamment les professeurs fonctionnaires ».

« Reste à savoir quel sera le rôle des institutions publiques dans la surveillance et la responsabilité de ces arrangements, en particulier à l’échelle locale », fait remarquer Oxfam.

Dans sa conclusion, le rapport indique que les changements de régulations permettant ce « mélange » sont « compliqués et peu prouvées ».

Selon le rapport, « le mélange de l’aide publique aux finances privées complique le suivi et l’évaluation des répercussions » des dons.

« De plus en plus d’aide publique au développement [APD] est détournée pour encourager des entreprises originaires des pays donateurs et aux résultats contestables, aux dépends de l’aide qui pourrait être mieux dépensée dans les pays en voie de développement. »

La seconde conclusion du rapport est sans appel : « les flux financiers privés se concentrent dans les pays riches ou en voie de développement ». « En 2013, les pays dont le revenu domestique ne dépassait pas 1 300 euros par tête n’attiraient qu’un cinquième des investissements », souligne le rapport.

Pays les plus pauvres marginalisés

En d’autres termes, les entreprises privées ne sont pas intéressées par les pays les plus pauvres, ou n’y font pas assez de profit.

>> Lire : Les six pays les plus riches accueillent 9% des réfugiés

Les 17 ODD, adoptés en 2015, ont remplacé les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui ont été atteints. Ils se concentrent sur l’éducation et la prévention des malades souffrant par exemple du paludisme.

« Quelques leçons au moins ont été retenues au cours des années OMD », admet le rapport. « Cependant, le détournement fréquent de fonds d’aide pour les pays donateurs, des questions de sécurité et le secteur privé qui ternit la crédibilité politique des donateurs et leurs efforts fournis pour les ODD. »

Le rapport infirme notamment l’idée selon laquelle la croissance économique à elle seule suffira pour atteindre ces objectifs, en raison du piège des inégalités qui ralentissent la réduction de la pauvreté.

Les auteurs pointent du doigt les « gouvernements donateurs qui doivent accepter que tous les pays n’ont pas les capacités pour se relever et sortir de leur isolation ».

Oxfam prévient que « l’approche des donateurs pour les OMD est obsolète pour les ODD, alors que la responsabilité nationale sera essentielle pour que les nouveaux objectifs soient atteints ».

« Les gouvernements ont la responsabilité fondamentale de faire les investissements nécessaires pour que les citoyens atteignent les ODD et ne laissent personne à la traîne », ajoute l’organisation. Les progrès seront certainement plus durables si les populations pauvres et les gouvernements peuvent prendre leurs propres décisions sur la répartition de l’aide au développement et quand les gouvernements peuvent être tenus pour responsables. »

 

Contexte

Voici les 17 ODD :

  1. Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde
  2.  Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable
  3. Donner aux individus les moyens de vivre une vie saine et promouvoir le bien-être de tous à tous les âges
  4. Veiller à ce que tous puissent suivre une éducation de qualité dans des conditions d’équité et promouvoir les opportunités d’apprentissage tout au long de la vie
  5. Réaliser l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles
  6. Garantir l’accès de tous à des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement et assurer une gestion durable des services en eau
  7. Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes à un coût abordable
  8. Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous
  9. Mettre en place une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation soutenable qui profite à tous et encourager l’innovation
  10. Réduire les inégalités entre les pays et en leur sein
  11. Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et soutenables
  12. Instaurer des modes de consommation et de production soutenables
  13. Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions
  14. Conserver et exploiter de manière soutenable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable
  15. Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des terres et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité
  16. Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable, assurer à tous l’accès à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes
  17. Revitaliser le partenariat mondial au service du développement soutenable et renforcer les moyens de ce partenariat