La Grèce s’irrite des «yaourts grecs» tchèques

Le yaourt «grec» n'est pas juridiquement protégé, mais Athènes estime que ce nom induit en erreur. [melissa b./Flickr]

L’appellation « yaourt grec » ne peut être utilisée pour des yaourts produits hors de Grèce, a rappelé un porte-parole de la Commission européenne, alors que le ton monte entre Athènes et Prague.

« La Commission est en contact avec les autorités tchèques à ce sujet et a expliqué sa position dans une opinion détaillée qui leur a été transmise », a indiqué un représentant de l’exécutif.

Dans une lettre adressée aux commissaires à l’agriculture et à la sécurité alimentaire, Phil Hogan et Vytenis Andriukaitis, le ministre grec à l’Alimentation et au Développement agricole, Evangelos Apostolou, s’est plaint d’une proposition de décret tchèque relative au lait, aux produits laitiers et aux graisses et huiles comestibles.

Pour Athènes, l’utilisation des termes « grec » et « de style grec » est contraire à la réglementation concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires, qui stipule que les consommateurs ne doivent pas être induits en erreur.

Selon les informations obtenues par Euractiv, la Commission examine actuellement deux lettres, celle du gouvernement et celle de la Fédération grecque des industries laitières, sur les activités des autorités tchèques.

Le nom de produits « yaourt grec » n’est pas protégé par une indication géographique. En juillet, un membre de l’exécutif a cependant déclaré que les règles européennes sur l’information des consommateurs stipulaient que les étiquetages alimentaires ne pouvaient pas induire en erreur quant aux caractéristiques des aliments, y compris en ce qui concerne leur identité et origine.

La Commission rappelle aux Tchèques que le yaourt grec est grec

L’utilisation du terme « yaourt grec » pour les produits fabriqués en dehors de Grèce dupe les consommateurs et créé une concurrence déloyale selon l’exécutif européen.

Lors de la réunion du Conseil rassemblant les ministres de l’Agriculture la semaine dernière, Evangelos Apostolou a insisté sur le fait que la qualité de la nourriture était une priorité des consommateurs européens, quelle que soit la région où ils vivent.

Il a notamment cité le problème de la différence de qualité des aliments dans les pays de l’est et de l’ouest et souligné les informations douteuses et pratiques commerciales peu scrupuleuses, même si elles ne concernaient pas la sécurité des aliments.

« De fauteuse de trouble, Prague est devenue une voix constructive dans l’UE »

La République tchèque parvient aujourd’hui à hisser ses priorités à l’agenda de l’UE, à l’image de la qualité des aliments,  se félicite l’eurodéputé Tomáš Zdechovský à Euractiv République tchèque.