EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

28/08/2016

Un meilleur étiquetage des aliments pour lutter contre les maladies chroniques

Un meilleur étiquetage des aliments pour lutter contre les maladies chroniques

Ilaria Passarani [BEUC]

L’Union européenne révise actuellement ses règles d’étiquetage des aliments. L’adoption du signalisation multicolore mis en place au Royaume-Uni reste en suspens.

Ilaria Passarani est la directrice du département alimentation et santé au Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC).

Quel est le problème de l’étiquetage des aliments dans l’UE ?

En décembre 2014, de nouvelles règles sur l’étiquetage des consommateurs entreront en vigueur. Les États membres devront s’y conformer avant 2016.

Ces nouvelles règles comprennent certaines améliorations. Des informations nutritionnelles qui doivent figurer sur l’arrière du paquet.

Nous devons attendre encore un peu avant de voir ces étiquettes dans les supermarchés, mais cela va arriver. Nous avons joué un rôle majeur pour garantir que les informations nutritionnelles soient claires et adaptées aux consommateurs. Nous nous réjouissons donc de cette évolution. Il existe de nombreuses méthodes pour permettre aux consommateurs de prendre des décisions en connaissance de cause.

Les informations ne seront visibles que sur l’arrière des paquets, nous devons avoir aussi des renseignements sur l’avant. Nous avons également plaidé en faveur d’une police de minimum 3 millimètres, comme la Commission l’avait proposé avant de voir leur taille réduite.

La quantité d’informations sur un produit préoccupe-t-elle donc moins la BEUC que la place de ces informations ?

Exactement, nous avons déclaré pendant l’ensemble du débat sur l’étiquetage des aliments qu’être un consommateur n’est pas un travail à temps plein. Vous ne pouvez pas passer un temps incalculable à lire les ingrédients sur l’arrière d’un produit. Nous demandons donc toujours la mise en place d’un outil simple et rapide permettant aux consommateurs de voir le contenu d’un produit, c’est la raison pour laquelle nous plaidons en faveur d’un système multicolore, notamment dans les aliments préparés. Voilà pourquoi nous aimons le système britannique de « feux de signalisation ».

En quoi consiste ce système ?

Les étiquettes informatives se trouvent généralement à l’arrière du paquet. Le système de « feux de signalisation » met les informations en avant. Les informations sur la teneur en graisses saturées, en sucre et en sel sont visibles en coup d’œil. Vous pouvez donc très facilement déterminer quel produit contient le moins de graisse, de sucre ou de sel. Nous souhaitons qu’une mère puisse trouver rapidement les meilleurs produits pour son enfant.

Un produit n’aura donc pas un signe d’une seule couleur. La teneur en sucre pourrait-elle être rouge et la teneur en sel jaune, par exemple ?

Oui. L’idée derrière ce système n’est pas de dire qu’un produit est mauvais s’il obtient un signe rouge ou qu’il est bon pour la santé si le signe est vert. Il s’agit d’informations sur la composition de l’alimentation. L’ensemble du produit n’est pas vraiment l’enjeu, mais sa teneur en graisse, en sucre et en sel. C’est très important, car certains estiment que le système de signalisation multicolore est trop simpliste et se réduit à déterminer si un produit est bon ou mauvais pour la santé. Ce n’est pas l’objectif.

À votre avis, quelles catégories de la société vont tirer avantage de l’étiquetage grâce à ce système ?

Tout le monde. Les personnes qui ne veulent pas passer trop de temps dans les supermarchés à choisir le meilleur produits pour leur famille, leurs enfants ou eux-mêmes. L’objectif de ce système est simplement de comparer les produits. Alors que nous sommes submergés d’informations, cet outil permet d’obtenir des informations en toute simplicité. Nous demandons aux États membres de l’adopter et de le promouvoir. Cet étiquetage ne devrait pas seulement être appliqué au Royaume-Uni.

Pourquoi le Royaume-Uni est-il le seul pays à avoir mis en place ce système ?

Je ne sais pas . J’imagine que les Britanniques consomment plus d’aliments et de plats préparés que les citoyens d’autres pays.  Ils ont également une attitude plus positive quant à la communication avec le grand public.  Il s’agit à mes yeux d’une bonne méthode de communiquer sur les informations nutritionnelles. Les autorités britanniques informent les consommateurs avec simplicité et en profondeur, ce qui n’est pas le cas dans d’autres pays.

Pourquoi pensez-vous que ce système n’a pas été introduit dans d’autres États membres ?

Mon pays, l’Italie, ne soutient pas ce système de signalisation multicolore. Les dirigeants s’y sont opposés au Conseil, car ils craignent qu’il ne nuise au régime méditerranéen. L’Italie et d’autres États membres émettent des réserves, car ce système aurait des répercussions négatives sur la vente de jambons italiens ou de parmesan.

Je suis italienne et je sais que, si vous combinez des tranches de jambon de Parme et de la mozzarella avec des légumes, vous obtiendrez un repas équilibré. Le véritable régime méditerranéen n’est pourtant plus autant appliqué qu’auparavant. Les mères n’ont pas le temps de cuisiner, la nourriture et les légumes sont tellement chers que beaucoup ne peuvent pas se permettre d’en acheter. En d’autres termes, le régime méditerranéen doit être légèrement revu en raison de la modification des prix des fruits et légumes.

Certaines entreprises italiennes affirment que la vente de produits italiens au Royaume-Uni a diminué en raison de système de signalisation multicolore, mais elles n’en apportent pas la preuve. Ce système s’inscrit dans la logique d’un régime équilibré et vise à informer les consommateurs sur la manière d’avoir un régime équilibré. Je ne considère pas vraiment cela comme une menace contre les produits italiens.

Des ingrédients pourraient être bénéfiques pour vous, mais pas pour d’autres, et vice versa. Du lait riche en graisse pourrait par exemple être bénéfique pour une femme enceinte ou pour un bébé. Comment le système de signalisation tricolore permet-il de prendre en compte ce paramètre complexe ?

L’étiquette vous signale simplement : « cette friandise ou lasagne contient une certaine teneur en graisse, en sucre et en sel ». Vous êtes dès lors au courant de la composition de vos aliments, car, la plupart du temps, vous ne connaissez pas la quantité de sucre d’un produit ou vous ne savez pas qu’un aliment sucré contient également du sel.

Nous ne disons pas que nous voulons le système de signalisation multicolore uniquement. Nous souhaitons une méthode qui dure longtemps. Nous voulons des campagnes médiatiques en vue de promouvoir des régimes riches en fruits et légumes. Nous souhaitons aussi inciter les gens à pratiquer une activité physique tout au long de leur vie. Les habitudes alimentaires sont évidemment essentielles pour éviter les maladies chroniques. La nutrition a des effets à la fois négatifs et positifs dans la prévention et la gestion des maladies chroniques et cardiovasculaires. Nous devons agir et utiliser différents instruments pour garantir que les consommateurs sachent ce qu’ils mangent et qu’ils prennent des décisions bénéfiques pour leur santé. Mais le système de signalisation est un outil qui doit être accompagné d’autres méthodes. Des programmes d’enseignement sur la nutrition sont indispensables dans les écoles.