EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

07/12/2016

Le renvoi de réfugiés d’Allemagne vers la Grèce est «inacceptable»

Le renvoi de réfugiés d’Allemagne vers la Grèce est «inacceptable»

Ioannis Mouzalas a qualifié la proposition de l'Allemagne d'inacceptable.

Le ministère de l’Intérieur allemand veut recommencer à envoyer les réfugiés vers la Grèce dès l’année prochaine, un projet qui a déjà été refusé par Athènes. Un article de notre partenaire Der Tagesspiegel.

Quand le ministre de l’Immigration grec, Ioannis Mouzalas, a rendu visite à son homologue allemand, Thomas de Maizière début juillet, les deux hommes étaient tout sourire face aux caméras. Une bonne humeur qui n’est plus de mise, après que Thomas de Maizière a annoncé que l’Allemagne pourrait recommencer à envoyer des réfugiés vers la Grèce, conformément aux principes du règlement de Dublin.

Un projet qualifié d’« inacceptable » par Ioannis Mouzalas. Le ministre n’aurait pas dû être surpris pas l’annonce de son homologue, puisque leur rencontre estivale avait justement porté sur le règlement de Dublin.

>> Lire : L’Allemagne envisage de renvoyer des migrants en Grèce

En principe, le texte donne la possibilité de renvoyer les demandeurs d’asile vers le premier pays européen où ils sont arrivés. L’Allemagne a presque entièrement renoncé à exercer ce droit cette année, les centres d’accueil de nombreux pays d’arrivée étant débordés.

Durant les six premiers mois de cette année, seuls 521 réfugiés ont été renvoyés vers l’Italie, 311 vers la Pologne et 165 vers la Hongrie depuis l’Allemagne. L’Allemagne n’a cependant renvoyé personne vers la Grèce depuis 2011, depuis que la Cour de justice européenne et la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) ont jugé que le système d’asile grec était partiellement défaillant.

Thomas de Maizière a depuis déclaré que les retours vers la Grèce seraient possibles à partir de janvier 2017, une possibilité déjà évoquée lors d’une rencontre en Slovaquie en juillet.

Les autorités allemandes ont par ailleurs estimé que le nombre de demandes d’asile qui pourrait être renvoyé à la Grèce a augmenté de manière drastique cette année. En 2015, il y en avait 5 436, alors que rien que dans les six premiers mois de 2016, il y en a eu 18 897. Cette augmentation spectaculaire est probablement due à la fermeture de la route des Balkans, que les réfugiés utilisaient auparavant pour atteindre l’Europe centrale.

>> Lire : Les États membres priés de respecter leurs engagements pour les réfugiés

Ioannis Mouzalas a rappelé à l’UE que le bloc avait accepté de redistribuer 33 000 réfugiés dans tous les États membres cette année. À ce jour, seuls 3 000 ont effectivement été relocalisés. Le ministre grec a également critiqué le fait que l’Allemagne se tourne à nouveau vers le règlement de Dublin, qui doit être revu. Ces règles « ne reflètent pas la réalité et les besoins de l’Europe actuelle », a-t-il assuré.

La Commission voudrait revoir le règlement pour que les pays d’arrivées ne doivent pas gérer seuls l’influx de migrants. Une proposition à laquelle s’opposent farouchement les pays d’Europe de l’Est.

>> Lire : Les pays de Visegrad s’opposent à la réforme de la politique d’asile