EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

25/08/2016

Le déficit français dans les clous pour 2015

Le déficit français dans les clous pour 2015

Ministère de l'Economie et des Finances - Paris

Le déficit français ressortira en dessous des 3,8 % du PIB, conformément aux engagements européens de la France.

Le déficit public de la France pour l’année 2015 «sera inférieur à celui auquel nous nous étions engagés», et devrait donc représenter moins de 3,8% du Produit intérieur brut (PIB), a affirmé vendredi le ministre des Finances Michel Sapin.

Le chiffre du déficit pour 2015, «je ne le connais pas encore définitivement, mais je peux vous dire dès aujourd’hui que non seulement» l’objectif «a été atteint, mais il sera même dépassé, amélioré», a déclaré M. Sapin sur Europe 1.

Le chiffre officiel sera connu le 25 mars, lors de la publication par l’Insee des comptes nationaux et de la dette des administrations publiques pour le quatrième trimestre 2015.

Michel Sapin avait déjà annoncé mi-février un déficit budgétaire plus faible que prévu en 2015, à 70,5 milliards d’euros contre 73,3 milliards inscrits dans le projet de loi de finances.

Le déficit budgétaire est l’une des composantes du déficit public, qui intègre également les comptes de l’assurance maladie et ceux des collectivités locales, eux aussi traditionnellement déficitaires.

Le gouvernement s’est engagé à ramener le déficit public à 3,8% du produit intérieur brut (PIB) en 2015, puis à 3,3% cette année, avant de repasser en 2017 sous la barre symbolique des 3% du PIB fixée par le «pacte de stabilité» européen cette année.

L’objectif de 3,3% en 2016 «sera atteint», a assuré vendredi le ministre des Finances, rappelant que cette prévision était «un engagement vis-à-vis de nos partenaires européens».

Le gouvernement a annoncé plusieurs dépenses nouvelles depuis le début de l’année, notamment en faveur de l’emploi, portant sur près de 2 milliards d’euros, et en faveur des agriculteurs (près de 1 milliard d’euros). Bercy a assuré que ces dépenses seraient compensées par de nouvelles économies.