EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

28/09/2016

Netanyahou critique le «soutien» de l’UE aux groupes anti-Israël

Netanyahou critique le «soutien» de l’UE aux groupes anti-Israël

Benyamin Netanyahou et Federica Mogherini.

Le 31 juillet, Benyamin Netanyahou, le Premier ministre israélien, a déclaré que son gouvernement enquêtait sur le soutien des nations européennes, et notamment de la France, aux groupes liés à ces « activités anti-Israël ».

Benyamin Netanyahou s’est adressé à la presse avant une réunion de son cabinet. Il a annoncé qu’une enquête avait « trouvé un soutien des pays européens, notamment de la France, à plusieurs organisations impliquées dans des incitations à un boycott d’Israël et ne reconnaissent pas à l’État d’Israël le droit d’exister ».

« Nous complèteront l’enquête et transmettrons nos résultats au gouvernement français », a-t-il ajouté, sans désigner d’organisation en particulier.

>> Lire : Israël s’irrite du projet de l’UE d’étiqueter les produits des colonies

Les représentants israéliens ont souvent condamné le soutien de gouvernements étrangers à des ONG de gauche qui critiquent les politiques du pays quant aux Palestiniens.

Mi-juillet, le parlement israélien a adopté une loi forçant les ONG qui reçoivent la plus grande partie de leurs financements de l’étranger de le déclarer. Cette mesure a été largement perçue comme visant les groupes de gauche critiques du gouvernement.

Le Premier ministre a également fait allusion à l’annonce de Paris, qui a déclaré envisager une suspension temporaire des financements étranger des mosquées après une série d’attaques jihadistes. « Nous sommes également  perturbés par ce type de dons aux organisations qui nient à Israël le droit d’exister », a-t-il expliqué.

>> Lire : Le financement européen de fabricants d’armes israéliens alerte des eurodéputés

Israël fait face à un mouvement de boycott qui dénonce le demi-siècle d’occupation de la Cisjordanie, un mouvement qui a cependant été d’antisémitisme par certains représentants israéliens.

Depuis le mois d’octobre, au moins 218 palestiniens et 34 Israéliens sont morts lors de violences entre les deux camps. Selon les autorités israéliennes, la plupart de ces Palestiniens étaient en train de mener des attaques au couteau, à l’arme à feu ou en lançant des voitures sur leurs cibles. D’autres ont été tués lors de manifestations et confrontations avec les Israéliens, ou encore lors de frappes aériennes sur la bande de Gaza.

Selon de nombreux analystes, les troubles actuels sont alimentés par la frustration des Palestiniens à l’égard de leurs dirigeants et des autorités israéliennes face à l’occupation, aux constructions illégales en Cisjordanie et à l’immobilisme du processus de paix. Israël assure pourtant que les médias et dirigeants palestiniens ont incité à ces violences.

>> Lire : La majorité de l’UE déconseille le commerce avec les colonies israéliennes