EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

30/08/2016

En direct: Le Royaume-Uni quitte l’Union européenne

Euro & Finances

En direct: Le Royaume-Uni quitte l’Union européenne

Quel avenir pour le Royaume-Uni?

[Shutterstock]

Le référendum sur le Brexit s’est tenu le 23 juin 2016. Les britanniques ont du se prononcer  à cette occasion sur le maintien de leur pays au sein de l’Union européenne. Suivez les dernières actualités en direct sur EurActiv

Manon Flausch 29/06/201609:47

Juncker dit au revoir à un Farage fanfaron au Parlement européen

Lors d’un débat parlementaire le 28 juin, Jean-Claude Juncker a attaqué un Nigel Farage jubilant, le traitant de menteur et insistant pour qu’il ne revienne pas au Parlement.

EurActiv.fr

Manon Flausch 29/06/201609:47

L’anglais restera bel et bien une langue officielle de l’UE

L’anglais est une langue relais pour les interprètes, qui l’utilisent comme pont entre deux langues moins fréquemment parlées, comme par exemple le hongrois et le gaélique. [IAEA/Flickr]

EurActiv.fr

Manon Flausch 29/06/201609:47

L'influence française pourrait profiter du Brexit

L’idée de bouter l’anglais hors des langues officielles de l’UE séduit certains politiques après le Brexit. En toile de fond, la perspective de regagner en crédibilité taraude les Français.

EurActiv.fr

Manon Flausch 29/06/201609:46

Après le Brexit, les États Unis d’Europe et la Ligue nordique?

En décembre 2011, Milano Finanza, partenaire d’EurActiv, a publié la vision de l’historien britannique Niall Ferguson pour l’Europe de 2021. Ses prévisions commencent à se matérialiser.

EurActiv.fr

Manon Flausch 29/06/201609:46

Après le Brexit, les États Unis d’Europe et la Ligue nordique?

En décembre 2011, Milano Finanza, partenaire d’EurActiv, a publié la vision de l’historien britannique Niall Ferguson pour l’Europe de 2021. Ses prévisions commencent à se matérialiser.

EurActiv.fr

Manon Flausch 29/06/201609:46

Après le Brexit, les États Unis d’Europe et la Ligue nordique?

En décembre 2011, Milano Finanza, partenaire d’EurActiv, a publié la vision de l’historien britannique Niall Ferguson pour l’Europe de 2021. Ses prévisions commencent à se matérialiser.

EurActiv.fr

Manon Flausch 28/06/201615:18

Juncker, triste mais pas vaincu

« Je suis aussi triste parce que je ne suis pas le bureaucrate, le technocrate sans visage […] je ne suis pas un robot, je ne suis pas une machine, je suis un être humain, je suis un Européen et j’ai le droit de dire que je regrette le vote des Britanniques », s’est exclamé le président de la Commission lors d’une rencontre avec le Parlement européen.

Il assure pourtant n’être « ni fatigué, ni malade », contrairement à certaines rumeurs, et assure qu’il se « battrai[t] jusqu’à [s]on dernier souffle pour l’Europe unie ».

Le Parlement européen a adopté une résolution appelant à l’ouverture rapide des négociations de sortie du Royaume-Uni.

Manon Flausch 28/06/201614:44

Donald Tusk propose une réunion informelle à l’ouverture du premier sommet à 27+1

L’Union européenne est prête à entamer la procédure de divorce « dès aujourd’hui » avec le Royaume-Uni, a déclaré Donald Tusk, qui souhaite organiser une nouvelle rencontre à 27 en septembre.

« L’Europe est prête à commencer la procédure de divorce même dès aujourd’hui. Sans enthousiasme comme vous pouvez l’imaginer. Ce n’est pas le scénario dont nous rêvions », a-t-il reconnu devant des journalistes. L’initiative de l’article 50, qui régit la procédure de sortie d’un État membre, reste toutefois entre les mains du Royaume-Uni, a rappelé le président du Conseil.

Face au saut dans l’inconnu auquel l’UE est confrontée, Donald Tusk voudrait proposer un sommet « informel » à 27 en septembre. Il a suggéré Bratislava, en Slovaquie, pays qui assurera la présidence tournante de l’UE à partir de juillet. Il souligne néanmoins « nous avons des procédures précises, nous avons un plan de travail qui est prêt ».

Le président du Conseil européen s’est permis moment personnel en arrivant mardi pour le premier sommet à 27+1. « Le jour d’après le Brexit, j’ai eu comme le sentiment que quelqu’un qui m’était très proche avait quitté la maison, et dans le même temps j’ai ressenti à quel point cette maison m’était chère et précieuse », a-t-il expliqué.

Manon Flausch 28/06/201612:08

Nigel Farage pris à partie par le Parlement européen

Lors d’un débat au Parlement européen, les eurodéputés s’en sont pris à Nigel Farage, chef de file du parti indépendantiste UKIP. Le leader de UKIP a été pris à partie par presque tous les députés qui se sont exprimés lors de la séance d’aujourd’hui, ainsi que par Jean-Claude Juncker.

Manfred Weber, du PPE, a notamment accusé Nigel Farage et UKIP d’avoir menti lors de leur campagne pour le Brexit. « Vous devriez demander pardon au peuple britannique. Honte à vous », a-t-il déclaré, ajoutant regretté de ne pas s’être mêlé de la campagne et du débat sur l’avenir du Royaume-Uni et de l’UE.

Les eurodéputés ont par contre félicité les députés écossais et nord-irlandais.

Une eurodéputée nord-irlandaise exige pour sa part que la volonté du peuple nord-irlandais de rester dans l’UE et de ne pas établir de frontière entre les deux Irlandes. Elle dénonce également l’incompréhension des institutions européennes, qui n’ont pas su prendre la mesure de la menace.

Manon Flausch 28/06/201611:59

Verhofstadt dénonce l’avidité de Johnson

Boris Johnson est prêt à sacrifier la voix de 17 millions de Britanniques pour devenir Premier ministre du Royaume-Uni, ou plutôt Premier ministre d’Angleterre et du pays de Galles.

Manon Flausch 28/06/201611:02

L’Irlande pâtira plus du Brexit que le reste de l’UE

Le Premier ministre irlandais Enda Kenny s’est déclaré lundi inquiet des répercussions du « tremblement de terre » du Brexit, devant un parlement réuni en session extraordinaire suite au référendum britannique, assurant qu’il défendrait les intérêts du pays lors des négociations de sortie du Royaume-Uni de l’UE.

« Je pense que tous les gouvernements sont d’accord pour dire que le Royaume-Uni a connu un tremblement de terre politique, dont les conséquences vont prendre un certain temps à être appréhendées », a déclaré Enda Kenny. L’enjeu de ce référendum « a toujours été plus important pour l’Irlande que pour tout autre pays de l’UE », a-t-il ajouté, soulignant que son pays allait désormais « considérer en priorité les questions politiques et stratégiques clés des conséquences pour l’Irlande du nord, la frontière et la zone de voyage commune » instaurée dans les années 1920 entre le Royaume-Uni et l’Irlande après l’indépendance de cette dernière.

Le député nord-irlandais et chef du parti de gauche nationaliste Sinn Fein, Gerry Adams, a souligné que l’Irlande du Nord ne devait pas être tenue par les résultats du scrutin, ses habitants -à l’instar des Écossais- ayant voté majoritairement pour rester dans le giron européen. Sinn Fein envisage l’organisation d’un référendum sur l’indépendance de la nation.

L’Irlande est particulièrement inquiète de la perspective du rétablissement des barrières douanières avec le Royaume-Uni, son principal partenaire commercial dans de nombreux domaines, dont l’agriculture.

Ainsi, 52% du bœuf irlandais, 60% de ses fromages et 84% de sa volaille sont exportés vers le Royaume-Uni, avec laquelle les échanges s’élèvent à un milliard d’euros par semaine. Près de 200 000 emplois irlandais dépendent des échanges avec le Royaume-Uni, troisième investisseur en Irlande derrière les États-Unis et l’Allemagne. Mais la relation ne se limite pas seulement aux échanges de biens et services: trois millions de touristes britanniques ont visité l’Irlande en 2013, avec des retombées financières de 819 millions d’euros.

Se voulant rassurant, le directeur général de l’agence pour les investissements en Irlande, l’IDA, a estimé que l’Irlande pouvait aussi tirer son épingle du jeu du départ britannique de l’UE. « Il peut y avoir des opportunités pour l’Irlande en matière d’attractivité des capitaux étrangers », a déclaré Martin Shanahan, soulignant qu’être un pays anglophone, membre de la zone euro et avec une fiscalité attractive pouvait constituer un avantage.

Manon Flausch 28/06/201611:02
Manon Flausch 28/06/201611:02

Le plan Juncker fragilisé par le départ de son premier bénéficiaire

Principal bénéficiaire du plan Juncker, le Royaume-Uni va devoir renoncer à la manne des investissements de l’UE une fois le Brexit concrétisé. Et ne possède pas de banque nationale d’investissement pour prendre la relève.

EurActiv.fr

Manon Flausch 28/06/201611:01

La pression monte sur la Commission Juncker

La démission de Jean-Claude Juncker a été évoquée par des diplomates mais aussi la République tchèque.

EurActiv.fr

Manon Flausch 28/06/201611:01

Nexit : la tentation de la « non demande en divorce »

David Cameron n’a pas déclenché cette semaine la négociation qui doit matérialiser le « Brexit ». Jusqu’à nouvel ordre, le Royaume-Uni reste membre plein et entier de l’Union. Et certains s’interrogent : et s’ils restaient, finalement ? Un article de notre partenaire La Tribune.

EurActiv.fr

Manon Flausch 28/06/201611:01

L’Europe est morte. Vive l’Europe!

Le choix des Britanniques du Brexit ne fait que renforcer la logique politique qui s’impose. D’un côté, les peuples veulent être consultés, de l’autre, l’Europe est sommée de changer.

EurActiv.fr

Manon Flausch 28/06/201611:01

À Bruxelles, les Britanniques en panique

Les Britanniques vivant et travaillant à Bruxelles sont désarçonnés par les résultats du référendum en faveur du Brexit.

EurActiv.fr

Manon Flausch 28/06/201610:57

La reine, « toujours en vie », en visite en Irlande du Nord

La possibilité d’un Brexit a ravivé les inquiétudes en Irlande du Nord, où certains responsables politiques du Sinn Fein appellent à un référendum sur la réunification avec la République d’Irlande.

Certains observateurs craignent en effet que la sortie de l’UE ne mette à genoux la paix si durement établie dans cette nation britannique à l’histoire mouvementée. Pour Fintan O’Toole, « les Anglais ont mis une bombe sous le processus de paix irlandais », en votant pour le Brexit.

La reine Elizabeth II fait sa première apparition publique depuis la décision des Britanniques de sortir de l’Union européenne, à l’occasion d’une visite de deux jours en Irlande du Nord.

« Bonjour. Comment allez-vous? », lui a demandé le vice-Premier ministre d’Irlande du Nord, Martin McGuinness, en tendant sa main à la monarque.

« Je suis toujours en vie ! », a plaisanté la reine, qui a fêté ses 90 ans en avril. « On a été très occupé, beaucoup de choses sont arrivées », a-t-elle ajouté, pour justifier son absence depuis le référendum.

Le reste de leurs échanges resteront secrets, puisque Martin McGuinness, ancien responsable de l’Armée républicaine irlandaise (IRA) et membre de Sinn Fein, a refusé de commenter son entretien avec la reine.

Martin Mc Guinness a appelé à la mise en place d’« arrangements spéciaux tenant compte des intérêts démocratiquement exprimés des citoyens d’Irlande du Nord et d’Écosse » dans les négociations du Brexit.

Contrairement au référendum sur l’indépendance de l’Écosse en 2014, Elizabeth II n’a pas officiellement commenté le résultat de la consultation de jeudi dernier, lançant le Royaume-Uni sur la voie d’un Brexit.

Manon Flausch 28/06/201610:38

Le Brexit doit être « bref, pas forcément douloureux », selon Alain Juppé

« Il faut que ce soit bref, pas forcément douloureux. Il ne s’agit pas de punir la Grande-Bretagne, il faut trouver avec la Grande-Bretagne de nouvelles relations », a déclaré Alain Juppé lors d’une interview pour France Inter. « On ne peut pas avoir un pied dedans et un pied dehors même si c’est une spécialité britannique […]. Il faut mettre en route maintenant le processus de séparation. Les Britanniques ont choisi de divorcer, ils ne peuvent pas rester dans la maison commune. »

Il faudra selon lui renégocier l’accord du Touquet sur l’immigration, puisque ce n’est pas à la France de gérer les frontières britanniques.

L’ancien Premier ministre juge qu’« organiser un référendum sur l’Europe aujourd’hui en France serait irresponsable », soulignant « qu’une telle consultation populaire se prépare ».

En ce qui concerne l’adhésion possible de la Turquie, « l’Europe est suffisamment fragilisée pour ne pas ajouter un étage à la maison », estime-t-il, il ne faut donc rien faire croire à Ankara.

Manon Flausch 28/06/201610:30

Le ministre des Affaires étrangères exclut un second référendum

Le ministre britannique des Affaires européennes, David Lidington, a exclu la tenue d’un deuxième référendum sur le Brexit, déclarant dans une interview parue mardi dans le quotidien conservateur polonais Rzeczpospolita, après la proposition de Jaroslaw Kaczynski.

« En démocratie, il faut respecter les résultats des élections et s’y soumettre », a déclaré David Lidington, qui a participé lundi à Varsovie à une rencontre de ministres des Affaires étrangères et hauts responsables de dix pays de l’UE organisée à l’initiative du chef de la diplomatie polonaise.

Il a aussi souligné que « la participation au référendum a été très forte, plus de 72% des électeurs, soit plus qu’aux dernières élections parlementaires ».

Interrogé sur la sortie de l’Écosse du Royaume Uni, le ministre a déclaré que l’éclatement du Royaume Uni serait une « tragédie ». « La sortie de l’Écosse pourrait avoir des conséquences économiques graves » et son adhésion rapide à l’UE n’est pas garantie, osouligne-t-il.

Il ajoute que la Première ministre écossaise « se trompe » aussi en pensant que le parlement écossais dispose d’un droit de veto sur le vote du 23 juin.

Manon Flausch 27/06/201616:45

John Kerry encourage l’UE à ne pas se montrer trop stricte

Alors qu’il devait se rendre au Royaume-Uni le 26 juin, John Kerry a finalement décidé de faire une apparition à Bruxelles et a demandé aux dirigeants européens de « ne pas perdre la tête » pour protéger les intérêts et les valeurs communs qui les unissent. D’après lui, les résultats du référendum ne changent pas leur relation.

« Les États-Unis veulent une Europe forte », assure le diplomate, qui rappelle que toutes les questions actuelles devrait faire l’objet d’un travail commun et appelle les dirigeants européens à éviter d’agir « de manière confuse ou revancharde ».

Manon Flausch 27/06/201616:43

La Pologne veut un nouveau référendum britannique

La Pologne souhaite qu’un nouveau référendum se tienne en Grande-Bretagne pour qu’elle puisse retourner dans l’Union européenne, a déclaré lundi le chef du parti conservateur au pouvoir, Droit et Justice (PiS), Jaroslaw Kaczynski. Une prise de position qui va complètement à l’encontre de celles des dirigeants de l’UE et de ses membres qui souhaitent entamer rapidement des négociations avec la Grande-Bretagne sur les conditions de sa sortie de l’Union.

” »otre conception, celle pour aujourd’hui, pas pour l’avenir, prévoit des efforts pour que la Grande-Bretagne retourne dans l’Union, pour qu’il y ait un deuxième référendum. Une telle tendance existe en Grande-Bretagne », a assuré Jaroslaw Kaczynski. « La Grande-Bretagne est aujourd’hui menacée d’éclatement. »

Mais, pour que le Royaume-Uni reste dans l’UE, « l’Union doit changer, changer radicalement », a-t-il poursuivi, avant d’appeler à la préparation d’un nouveau traité européen. Il souhaite faire de l’UE « une superpuissance, tout en préservant une très importante autonomie des États nationaux ».

Jaroslaw Kaczynski a par ailleurs dénoncé « le rôle particulièrement sombre » du président du Conseil européen, Donald Tusk, qui est également ancien Premier ministre polonais et acréé le parti Plateforme civique, dans l’issue du référendum britannique. « [Donald] Tusk doit tout simplement disparaître de la politique européenne », a-t-il dit.

Manon Flausch 27/06/201614:29

Manon Flausch 27/06/201614:29

Les 27 accordent un premier délai au Brexit

La procédure de sortie de l’UE du Royaume-Uni ne commencera pas lors du sommet de cette semaine, étant donné la gravité de la crise politique que le référendum a déclenchée.

EurActiv.fr

Manon Flausch 27/06/201614:29

Actes de racisme au Royaume-Uni au lendemain du referendum

La police londonienne enquête sur des actes de vandalisme « à motifs raciaux » dans un centre culturel polonais. Des Britanniques dénoncent d’autres cas de violence raciste.

 

EurActiv.fr

Manon Flausch 27/06/201614:28

Bruxelles hausse sérieusement le ton envers Londres

Le Parlement européen va demander l’éviction de Jonathan Hill, et la révision des fonctions des Britanniques en son sein. Paris et Bruxelles font pression sur le Royaume-Uni pour des négociations plus rapides.

EurActiv.fr

Manon Flausch 27/06/201614:28

L'Estonie devrait prendre la présidence tournante du Royaume-Uni en 2017

Le Royaume-Uni est toujours censé prendre la présidence tournante de l’UE le 1er juillet 2017. En pratique, l’Estonie devrait prendre son tour.

EurActiv.fr

Manon Flausch 27/06/201614:28

Brexit : par ici la sortie ?

Les voix appelant à des referendums, pouvant mener au “Franxit” ou “Nexit” pour les Pays-Bas se multiplient. Avec des motivations variées.

EurActiv.fr

Manon Flausch 27/06/201614:28

Les "expats" en état de choc après le Brexit

La Manche n’était plus vraiment considérée comme une frontières par de nombreux Européens. La sortie du Royaume-Uni pose de sérieux problèmes aux Français vivant outre-Manche comme aux Anglais en France.

EurActiv.fr

Manon Flausch 27/06/201614:28

Les conservateurs britanniques prévoient des élections en novembre

Exclusif. Le Parti conservateur souhaite organiser de nouvelles élections générales en novembre et obtenir un mandat populaire pour un nouveau gouvernement de Brexit.

EurActiv.fr

Marion Candau 24/06/201615:27

Ouf, le Brexit n’aura pas de conséquences sur l’Eurovision…on a eu peur car comme dit un abonné Twitter, c’était vraiment ce qui nous inquiétait le plus.

Marion Candau 24/06/201615:24

Manon Flausch 24/06/201614:57

« Vous êtes les bienvenus »

Sadiq Khan, récemment élu maire de Londres, se veut rassurant au million d’Européens qui habitent la ville et aux hommes d’affaires.

« Je voudrais adresser un message particulier au Européen, presqu’un million, qui vivent à Londres, qui contribuent énormément à [la vie de] la ville, en travaillant dur, en payant leurs impôts et en prenant part à la vie civique et culturelle. Vous êtes les bienvenus ici. Nous reconnaissons l’énorme contribution que vous représentez pour notre ville et cela ne changera pas suite au résultat de ce référendum », a-t-il assuré

Le maire a demandé aux travailleurs et hommes d’affaire de « ne pas paniquer ». « Je pense que le Royaume-Uni a intérêt à rester dans l’UE, mais le peuple britannique s’est exprimé et sa volonté démocratique doit être appliquée », a ajouté le maire, soulignant qu’il était essentiel que le pays conserve son accès au marché unique.

Manon Flausch 24/06/201614:12

Est-ce le début de la fin de l’UE ? Non.

Jean-Claude Juncker n’a pas tenu à s’étendre sur le Brexit lors d’un briefing à la Commission européenne.

« Le vote du Brexit commence à des répercussions dans toute l’UE. Est-ce le début de la fin pour l’Union européenne », lui demande une journaliste.

« Non », s’est-il contenté de répondre, avant de quitter la salle, sous un tonnerre d’applaudissements. https://www.facebook.com/EurActiv/videos/10153667340682060/

Manon Flausch 24/06/201613:30

Juncker rassure les fonctionnaires européens britanniques

« Vous travaillez pour l’Europe. Vous avez laissé vos chapeaux nationaux à la porte lorsque vous êtes entrés dans cette institution. Aujourd’hui, cette porte ne se referme pas sur vous », écrit aujourd’hui le président de la Commission dans une lettre aux fonctionnaires britanniques à l’UE.

Juncker et Schulz tentent de rassurer les fonctionnaires européens britanniques

Exclusif.Les fonctionnaires du Parlement européen et de la Commission européennes ont tous reçu ce matin des messages se voulant rassurants sur leur futur. Le cas des postes les plus exposés va rapidement s’avérer problématique.

EurActiv.fr

Manon Flausch 24/06/201613:08

Communautés en colère

« La décision des Britanniques doit être respectée », a déclaré Jeremy Corbyn, leader du parti travailliste. Il souligne que de nombreuses communautés en ont assez des coupes budgétaires et de la situation économiques, et se sentent trahis par les gouvernements successifs. Pas sûr toutefois qu’un gouvernement conservateur répondra davantage à leurs aspirations.

« J’ai fait campagne pour une alternative à l’austérité », rappelle le travailliste. « Les résultats sont très différents dans les différentes parties du pays […] Nous devons aujourd’hui tenter de protéger les conditions de travail que nous avons et nous assurer des échanges économiques.[…] Des temps très difficiles nous attendent. »

Le parti travailliste, et Jeremy Corbyn en particulier, ont été accusé de ne pas en faire assez dans la campagne pro-UE.

Manon Flausch 24/06/201612:52

« Démocratiquement inacceptable » pour l’Écosse « L’Écosse sera confrontée à une sortir de l’UE, alors qu’elle a démocratiquement voté contre. Je considère ça démocratiquement inacceptable », a déclaré Nicola Sturgeon, Première ministre écossaise et dirigeante du parti nationaliste écossais.

« Il y a deux ans, lors de notre propre référendum, la garantie de rester dans l’UE a convaincu de nombreuses personnes de voter contre l’indépendance de l’Écosse. Les résultats du référendum d’hier constituent une modification importante des circonstances de ce vote en 2014. Il est à présent de mon devoir d’agir de manière responsable, dans l’intérêt de toute l’Écosse, et c’est ce que je compte faire », a-t-elle conclu.

En Irlande du Nord, la perspective de sortir de l’UE a déjà poussé un représentant du Sinn Fein à appeler à un référendum d’indépendance.

Cécile Barbière 24/06/201612:42

Hollande, Merkel et Renzi à Berlin lundi pour accorder leur violons après le Brexit

A l’issue d’une réunion ministérielle “Europe”,le président de la République, François Hollande s’est exprimé un peu après midi depuis l’Élysée sur les conséquences du référendum britannique.

Le président français a affirmé que la France allait « continuera à travailler avec la Grande-Bretagne , ce pays ami », et que les relations étroites en matière de défense qui seront conservées ». Les deux pays possèdent en effet un certain nombre de coopérations bilatérales dans le domaine de la défense.

« Le vote britannique met l’Europe à rude épreuve » a cependant reconnu le président, affirmant qu’il allait falloir « maitriser les risques économiques et financiers », mais aussi « prendre conscience de danger immense face aux extrémistes et aux populistes »

En tant que pays fondateur de l’UE, « la France a une responsabilité particulière » a insisté François Hollande, « parce qu’elle est au cœur de l’Europe, qu’elle l’a voulu et l’a bâti ». « L’Europe ne peut plus faire comme avant » a-t-il insisté, évoquant notamment le renforcement nécessaire de la zone euro et de sa gouvernance démocratique.

Dans les prochains jours, le chef de l’État se rendra à Berlin lundi 27 juin afin de rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel, et « probablement Matteo Renzi », le chef du gouvernement italien, afin de préparer le Conseil européen du mardi 28 juin.

Manon Flausch 24/06/201611:27

“Pour l’Union européenne, c’est un désaveu gigantesque”, estime Huber Vedrine, l’UE doit se concentrer à nouveau sur ses grandes priorités “et pas sur la taille des concombres”.

Manon Flausch 24/06/201611:24

À relire :

Brexit: les Européens pourront-ils se permettre la fermeté?

Si le Brexit provoque une crise, elle sera économique et financière. Et elle menacera aussi l’Allemagne et la France. De quoi relativiser les menaces de Wolfgang Schäuble et Emmanuel Macron. Un article de notre partenaire, la Tribune.

EurActiv.fr

Manon Flausch 24/06/201611:17

Manon Flausch 24/06/201610:53

« Coup de tonnerre pour l’Europe

François Fillon, candidat Les Républicains à la primaire pour 2017, affirme vendredi dans un communiqué que « le Brexit est un coup de tonnerre pour l’Union européenne ».

« C’est le fonctionnement bureaucratique de l’UE qui est condamné et son impuissance à répondre aux grands défis de notre temps », écrit l’ancien Premier ministre. « Le vote des britanniques ne doit pas être méprisé […] la sanction aurait pu venir d’ailleurs car l’idéal européen tourne à vide depuis plusieurs années”. »

« Je réclame une Europe recentrée sur des priorités stratégiques. Tout le reste doit être réellement rendu à la compétence des États. La subsidiarité et la géométrie variable doivent s’imposer sur l’uniformité actuelle. La souveraineté des nations doit être respectée. Le divorce entre l’Union et le Royaume uni doit être maîtrisé calmement, sans amertume. Une nouvelle page de la relation franco-britannique doit être rapidement écrite. La conservation des liens militaires entre la France et le Royaume-Uni est notamment cruciale », affirme-t-il également.

Manon Flausch 24/06/201610:49

JPMorgan annonce un retrait partiel du Royaume-Uni

La banque américaine JPMorgan, qui emploie 16 000 personnes au Royaume-Uni, a prévenu vendredi qu’elle pourrait déplacer des emplois hors du pays à la suite de la victoire du Brexit au référendum.

« Nous aurons peut-être besoin d’apporter des changements à la structure de notre entité légale européenne et à la localisation de certains emplois », a indiqué la direction de la banque dans un mémo interne consulté par l’AFP, alors que son PDG Jamie Dimon avait dit avant le scrutin jusqu’à 4 000 emplois pourraient être déplacés.

Manon Flausch 24/06/201610:43

Le Brexit, c’est fantastique, selon Trump

Le Brexit, « c’est fantastique », a déclaré vendredi Donald Trump, le candidat républicain à la Maison Blanche, à son arrivée en Ecosse pour la réouverture de l’un de ses parcours de golf.

« Je pense que c’est extraordinaire, je pense que cela va être extraordinaire. C’est fantastique », a-t-il déclaré à la presse après avoir atterri en hélicoptère à Turnberry, sur la côte ouest écossaise.

Manon Flausch 24/06/201610:40

Hollande convoque un conseil extraordinaire

Le président François Hollande va réunir vendredi à 16h un Conseil des ministres extraordinaire après le vote du Royaume-Uni en faveur d’une sortie de l’Union européenne, ont annoncé à l’AFP des sources gouvernementales.

Le chef de l’État a tenu pendant un peu plus d’une heure dans la matinée une réunion de crise à l’Élysée sur le Brexit avec, outre plusieurs membres du gouvernement français, le commissaire européen Pierre Moscovici. Il doit faire une allocution solennelle d’ici à la mi-journée.

Marion Candau 24/06/201610:32

Manon Flausch 24/06/201610:29

Le Brexit menace les accords du Touquet

L’accord bilatéral concernant la gestion de la frontière franco-britannique pourrait être une des premières victimes du Brexit.

EurActiv.fr

Manon Flausch 24/06/201610:28

L'UE survivra-t-elle au Brexit?

Le choix des Britanniques de sortir de l’Europe est un revers potentiellement fatal pour le projet européen d’après-guerre.

EurActiv.fr

Marion Candau 24/06/201610:24

Prague invite l’UE à « plus de flexibilité »

Le Premier ministre tchèque Bohuslav Sobotka a souligné vendredi que la sortie de la Grande-Bretagne n’était pas la fin de l’UE, tout en appelant à une Union « plus flexible et moins bureaucratique ».

« Malgré la déception que ressentent beaucoup d’entre nous (…) nous devons nous rendre compte que ce n’est pas la fin du monde et absolument pas la fin de l’UE », a déclaré M. Sobotka sur sa page Facebook.

« L’UE doit changer rapidement, pas parce que la Grande-Bretagne est partie, mais parce que le projet européen a besoin d’être bien plus soutenu par les citoyens », a-t-il poursuivi.

« L’Europe doit être plus opérationnelle, flexible, moins bureaucratique et plus sensible à la diversité que représentent les pays membres », a estimé le chef du gouvernement de centre-gauche.

Le chef de la diplomatie tchèque Lubomir Zaoralek a dit de son côté que le Brexit était un exemple de ce qui arrive lorsque les hommes politiques européens n’expliquent pas suffisamment leur action au public.

Manon Flausch 24/06/201610:17

La Banque centrale tente de limiter la crise financière

La Banque centrale anglaise a annoncé son intention d’utiliser 250 milliards de livres supplémentaires pour des opérations sur les marchés financiers. Son gouverneur, Mark Carney, a assuré être prêt à prendre des mesures supplémentaires en cas de nécessité, afin d’assurer la stabilité économique et financière du pays.

Le gouverneur a également assuré que les banques recevraient autant de liquidités que possible.

Mark Carney assure que la circulation des biens ne sera pas influencée par le résultat du référendum, malgré l’instabilité économique et les ajustements financiers qui suivront le Brexit.

Marion Candau 24/06/201610:07

David Cameron annonce qu’il va démissionner

David Cameron a annoncé vendredi son intention de démissionner de ses fonctions de Premier ministre pour laisser à un autre le soin d’engager les négociations de sortie de l’Union européenne, après le vote des Britanniques pour un Brexit.

« Les Britanniques ont pris une décision claire (…) et je pense que le pays a besoin d’un nouveau leader pour prendre cette direction », a déclaré M. Cameron, qui avait milité pour le maintien dans l’UE. Il a précisé qu’il resterait en place jusqu’à l’automne et qu’un nouveau leader serait choisi par son Parti conservateur lors de son congrès en octobre.

Marion Candau 24/06/201609:57

Quid de Gibraltar ?

Le ministre des Affaires étrangères espagnol a proposé vendredi une souveraineté partagée entre l’Espagne et le Royaume-Uni pour l’enclave britannique de Gibraltar, lui permettant d’avoir accès au marché intérieur de l’Union européenne après le Brexit.

« Il faudra désormais trouver quel type de relation Gibraltar veut avoir si elle veut avoir accès au marché intérieur de l’Union européenne », a déclaré Jose Manuel Garcia Margallo à la radio Onda Cero.

« Notre formule… est celle d’une co-souveraineté britannico-espagnole pendant une période limitée, qui débouche sur la restitution de Gibraltar » à l’Espagne, a-t-il ajouté.

Pendant cette période transitoire, les habitants de Gibraltar pourraient conserver la nationalité britannique s’ils le souhaitent, et un régime fiscal particulier, a poursuivi le ministre.

Gibraltar, une péninsule de 7 km2 au sud de l’Espagne cédée au Royaume-Uni en 1713, est régulièrement réclamée par Madrid, qui la considère comme une « colonie » du Royaume-Uni. Ses habitants se sont prononcés à une très large majorité pour le maintien dans l’UE lors du référendum de jeudi.

(AFP)

Manon Flausch 24/06/201609:35

David Cameron démissionne Le Premier ministre britannique, David Cameron, a annoncé ce matin qu’il démissionnerait d’ici le mois d’octobre. Il a assuré qu’il ferait tout son possible pour stabiliser la situation dans les semaines et mois à venir.

C’est David Cameron, poussé par les forces eurosceptiques de UKIP et de son propre parti, qui avait décidé l’organisation du référendum sur l’Europe. Après avoir négocié une modification des conditions d’adhésion du pays à l’UE, au mois de février, il avait cependant fait campagne pour l’UE. En vain.

Boris Johnson, ancien maire de Londres et héraut de la campagne Leave, devrait se présenter pour prendre sa place.

Marion Candau 24/06/201609:28

Marion Candau 24/06/201609:23

Xavier Bertrand, président Les Républicains de la région des Hauts-de-France, a demandé la renégociation des accords du Touquet, qui fixent à Calais la frontière franco-britannique, à la suite de l’annonce vendredi de la victoire du Brexit.

Visant à juguler l’immigration clandestine vers le Royaume-Uni, le « traité de Touquet », conclu par Londres et Paris en 2003, a déplacé côté français le contrôle de la frontière britannique. En début d’année, Xavier Bertrand avait déjà qualifié les accords du Touquet « d’obsolètes et dépassés ».

Selon le dernier comptage de la préfecture du Pas-de-Calais jeudi, près de 4 500 migrants habitent dans le camp de la Lande à Calais, surnommé « la Jungle », dans l’espoir de rejoindre la Grande-Bretagne. D’après des associations d’aide aux clandestins (l’Auberge des migrants et Help refugees), ce chiffre atteignait un peu plus de 6 000 personnes début juin.

Marion Candau 24/06/201609:13

L’UE est « déterminée à garder son unité à 27 »

L’Union européenne est « déterminée à garder son unité à 27 » après la décision historique du Royaume-Uni de sortir du bloc européen, a déclaré vendredi à Bruxelles le président du Conseil européen Donald Tusk, cité par l’AFP.

« Il s’agit d’un moment historique, mais ce n’est pas un moment pour des réactions hystériques », a souligné M. Tusk, l’air grave, lors d’une brève allocution.

Marion Candau 24/06/201609:10

« Ce matin, Poutine a dû se réveiller avec un sentiment de légèreté et d’optimisme », assure Philip Hammond, ministre britannique des Affaires étrangères.

Cécile Barbière 24/06/201608:57

Le Brexit, pire que la faillite de Lehman Brother pour l’économie mondiale Le Brexit va constituer « l’un des plus gros chocs sur les marchés de tous les temps », a réagi Joe Rundle, analyste chez ETX Capital. « Les répercussions du vote vont se faire sentir dans le monde entier. L’ampleur des dégâts est difficile à évaluer mais il sera probablement plus important que tous les événements survenus depuis la faillite de la banque Lehman Brothers en 2008 ». Les bourses européenne devraient ouvrir en forte baisse. La livre britannique est tombée au plus bas depuis 1985.

Marion Candau 24/06/201608:52

Pour Edward Snowden, « peu importe le résultat, le référendum sur le Brexit montre la vitesse à laquelle la moitié d’une population peut décider de voter contre elle-même. Un sacrée leçon. »

Cécile Barbière 24/06/201608:18

3615 Brexit: la Suisse met en place un numéro d’urgence

La Suisse a ouvert un numéro vert pour répondre aux questions de ses ressortissants et entreprises, sur les conséquences du Brexit, selon un communiqué publié vendredi par le ministère des Affaires étrangères. Cette « helpline » est active 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.

Marion Candau 24/06/201608:17

Cécile Barbière 24/06/201607:57

Cécile Barbière 24/06/201607:55

Le Brexit à la Une des journaux britanniques https://twitter.com/LesNews/status/746204600185720832

Cécile Barbière 24/06/201607:50

Les réunions d’urgence s’enchainent après le Brexit

Le président François Hollande s’exprimera ce matin après une réunion ministérielle “Europe” prévue à 9h00.

Au niveau européen, le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, tiendra une réunion à Bruxelles avec le président du Conseil, Donald Tusk, et celui du Parlement européen, Martin Schulz. Le premier ministre néerlandais Mark Rutte, dont le pays assure la présidence tournante de l’UE, sera également présent.

Cécile Barbière 24/06/201607:34

64% des 18-24 ans ont voté pour l’UE, 58% des plus de 65 ans pour le Brexit.

Cécile Barbière 24/06/201607:28

Le Sinn Fein appelle à un référendum sur une Irlande unifiée

Le Sinn Fein, ex-vitrine politique de l’Armée républicaine irlandaise (IRA), a appelé à un référendum sur une Irlande unifiée. Le parti républicain a souligné que le référendum sur l’UE avait des « conséquences énormes sur la nature de l’État britannique » sachant que l’Écosse et l’Irlande du Nord ont voté pour un maintien au sein de l’Union européenne.

Cécile Barbière 24/06/201607:19

France, Pays-Bas : les partis populistes réclament eux aussi des référendums sur l’UE

Plusieurs leaders de partis populiste se sont engouffrés dans la breche crée par le vote britannique pour réclamer des référendums sur l’UE. C’est notamment le cas de Marine Le Pen en France et du néerlandais Geert Wilders.

Cécile Barbière 24/06/201607:12

Le leader du parti eurosceptique (UKIP), Nigel Farage, qualifie le Brexit de “Jour de l’indépendance”

Cécile Barbière 24/06/201607:03

L’Ecosse vote pour rester dans l’UE

Avec un vote en faveur d’un maintien dans l’UE, contrairement au pays dans son ensemble, l’Ecosse « voit son avenir au sein de l’Union européenne » a déclaré dans un communiqué la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon. Il y a une dizaine de jours, elle avait affirmé que l’Ecosse pourrait organiser un nouveau référendum sur l’indépendance si le “Out” l’emportait.

Manon Flausch 24/06/201607:01

Victoire officielle du Brexit

La victoire du camp Brexit est à présent inéluctable. En début de matinée, 52% des électeurs avaient voté pour quitter l’UE, et le nombre de bulletins dépouillés était suffisant pour que le résultat soit irréversible.

Manon Flausch 24/06/201606:26

Le Brexit donné vainqueur ce matin
Le résultat final n’est pas encore connu. Le camp Leave semble pour l’instant l’emporter, avec près de 52% des votes comptés malgré un taux de participation assez élevé (72%).
Comme prévu, toutes les circonscriptions écossaises et la majorité des circonscriptions d’Irlande du Nord ont voté pour l’UE (respectivement à 62 et 55%). Martin McGuinness, vice-Premier ministre nord-irlandais (Sinn Fein), a déjà appelé à un vote sur la réunification de l’Irlande. Nicola Sturgeon, du Parti national écossais, devrait faire de même.
La livre sterling a chuté à son niveau le plus bas depuis 1985.

Marion Candau 23/06/201623:45

Fin du référendum au Royaume-Uni, le camp du « In » donné en tête

Les bureaux de vote ont fermé jeudi soir au Royaume-Uni où une première estimation suggère que les Britanniques ont majoritairement choisi de rester dans l’Union européenne au terme d’une campagne référendaire âprement disputée.

Diffusé à la fermeture des bureaux de vote, ce sondage YouGov pour la chaîne Sky News donne le camp du « In » à 52 % des voix contre 48 % pour le camp du « Out ».

« C’est toujours serré et c’est encore trop tôt pour savoir avec certitude. Mais sur la base des chiffres que nous observons, des tendances qui se sont produites et des précédents historiques, nous pensons que le “Remain” occupe la position la plus forte », a précisé Joe Twyman, directeur des études politiques de YouGov.

Nigel Farage, dirigeant du parti europhobe UKIP et partisan d’un Brexit, a déclaré jeudi soir à Sky News que le camp du « Remain » semblait avoir remporté le référendum. « La participation semble être exceptionnellement haute et il semble que le “Remain” va gagner », a-t-il dit, selon la chaîne.

Le résultat officiel définitif ne devrait être proclamé que vendredi matin, sans doute après 05h00 GMT. La participation en revanche, une des clefs du scrutin, pourrait être connue à partir de 22h30 GMT.

Marion Candau 23/06/201620:44

Aline Robert, rédactrice en chef d’EurActiv France décrypte le référendum du Brexit en direct sur France Info, dans l’émission “Les informés”

Direct : http://www.franceinfo.fr/player

Marion Candau 23/06/201620:39

Aline Robert 23/06/201617:57

Brexit ou non, Merkel et Hollande veulent reprendre l’initiative

Les chefs d’Etats français et allemand se retrouveront lundi à Berlin pour évoquer la suite du projet européen. Avec, ou sans le Royaume-Uni.

EurActiv.fr

Manon Flausch 23/06/201617:01

« L’Europe va changer »

« Bien sûr que je souhaite que, demain [vendredi] matin, nous apprenions qu’ils sont restés dans l’Union européenne, parce que c’est leur place, parce que le Royaume-Uni est un pays européen par la géographie, par l’histoire, par les valeurs que ce pays porte, par les liens que nous avons avec lui », a déclaré François Hollande.

La journée de jeudi, a insisté le président français, est « une grande journée pour l’Europe parce que l’Europe, nécessairement, va changer quel que soit le vote britannique ». « Quelle que soit la réponse du peuple britannique […], face aux crises et aux épreuves, il va falloir engager une relance de la construction européenne mais pas une relance de plus, pas un plan de plus », a poursuivi le président français qui avait annoncé la veille qu’il se rendrait la semaine prochaine à Berlin pour y rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel.

Ce projet passe aussi selon lui par une politique européenne beaucoup plus ambitieuse en faveur de la jeunesse ou de la culture et une politique extérieure commune dont, a-t-il assuré, « la France n’a rien à craindre ».

Manon Flausch 23/06/201616:57

« Le jour de l’indépendance »

Nigel Farage, le leader du parti indépendantiste UKIP vient de publier une nouvelle vidéo, dans laquelle il dénonce le camp Remain, qui aurait selon lui perdu espoir dans leur propre pays et décidé de passer les rênes à des étrangers.

« Ils ont tort », claironne l’eurosceptique, « Nous sommes un grand pays, un pays fier, un pays courageux. Un pays à l’Histoire extraordinaire, faite d’esprit d’entreprise, de prouesses sportives et scientifiques. Nous sommes assez grands pour faire face au monde seuls, assez forts pour laisser notre marque sur le monde, et assez courageux pour prendre nos décisions. […] Faisons du 23 juin le jour de l’indépendance. »

(voir vidéo ci-dessous)

Manon Flausch 23/06/201616:56
Manon Flausch 23/06/201616:38

Au célèbre festival de Glastonbury, certains pro-UE affichent leurs couleurs.

Manon Flausch 23/06/201616:05

Le dessinateur Axel Scheffler souligne que sans l’UE, il ne serait peut-être jamais allé au Royaume-Uni pour collaborer avec Julia Donaldson, notamment auteure de Gruffalo.

Manon Flausch 23/06/201615:59

À la sortie des urnes, le avis divergent, mais les Britanniques sont contents que cette campagne épuisante soit terminée

Tout allait bien quand l’Europe ne comptait que six nations, les plus riches du continent, mais les choses se sont gâtées depuis, notamment à cause d’une « immigration incontrôlée », estime Joan, une quinquagénaire d’Havering, une banlieue populaire de Londres.

« Nous serons les premiers à partir et les autres pays européens partiront également après nous », assure-t-elle sans l’ombre d’un doute.

Une position qui désole Kate Garnham, 47 ans. « La campagne a été vraiment confuse, je ne pense pas que le message ait été assez clair, que les gens aient compris à quel point ce sera affreux si nous partons » de l’UE, déplore cette cadre.

Si son mari estime que le vote pro-Brexit d’Havering est essentiellement imputable aux personnes âgées, Kate souligne qu’elle a été surprise du nombre de jeunes qui rejettent l’UE. « Ils ne comprennent pas l’économie. Je ne pense pas qu’on aurait dû nous confier la responsabilité du vote, c’est le gouvernement qui aurait dû décider. »

De fait, Emma, la vingtaine fringante, se présente au bureau de vote une cigarette à la main et les idées confuses. « J’en ai marre de toute cette propagande », se plaint la jeune fille en débardeur et jean, qui concède ne toujours pas savoir quel bulletin elle va glisser dans l’urne.

Après quelques minutes d’hésitation, l’adolescente choisit son camp. « Partir serait mieux pour nous. Il y a tant de choses contrôlées par l’Europe et il y a tant de médicaments que nous ne pouvons obtenir à cause d’eux, en raison de la paperasse », affirme l’étudiante en infirmerie psychiatrique.

Voter out, c’est impoli, mais tant pis

La fameuse bureaucratie européenne et des règles de Bruxelles souvent perçues comme un diktat absurde, sont aussi la raison qui fait pencher Diane Booth, 69 ans, en faveur du Brexit, même si la retraitée se dit surtout soulagée que la campagne touche à sa fin.

« Je suis contente que tout cela soit presque fini. Plus vous entendez et lisez de choses sur le référendum, plus votre esprit est embrouillé », explique à voix basse l’ancienne employée dans l’administration, qui se dit surtout préoccupée par le sort des agriculteurs britanniques au sein de l’Union européenne, tout en s’excusant si sa position paraît « impolie » à l’égard des autres Européens, au premier rang desquels son propre fils, qui vit en Allemagne.

Impossible selon elle de trouver de la viande « made in Britain » au supermarché, alors que les rayons débordent de porc ou de poulet importés de France ou d’Allemagne. « Nous avons des cochons dans ce pays, nous avons des poulets dans ce pays. Nous devrions être capables de subvenir à nos besoins », conclut-elle. Une position partagée par plusieurs responsables politiques, comme Boris Johnson.

Manon Flausch 23/06/201615:38

Le quotidien danois Berlingske a publié aujourd’hui un éditorial en anglais, pressant les Britanniques de ne pas sortir de l’UE. Le Danemark est l’un des États membres les plus eurosceptiques.

Manon Flausch 23/06/201615:33

Les institutions européennes se préparent au Brexit

En cas de Brexit, le collège des commissaires se réunira le 26 juin, et le Parlement européen organisera une séance plénière extraordinaire le 28 juin.

EurActiv.fr

Manon Flausch 23/06/201615:32

Le Brexit exacerbe les craintes sur l'avenir du système de santé

Le sujet de la santé publique, auquel les Britanniques sont très sensibles, est un axe majeur de la campagne sur le référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne. Un article de notre partenaire La Tribune.

EurActiv.fr

Marion Candau 23/06/201614:01

Marion Candau 23/06/201611:46

« L’Europe est en train de disparaître », s’est alarmé Michel Rocard dans un entretien avec Le Point. « La présence de la Grande-Bretagne depuis 1972 dans l’Union européenne nous interdit d’avancer. Donc, je souhaite le Brexit. Mais il n’est pas sûr que nous sachions en profiter ».

Voir aussi : http://www.euractiv.fr/section/politique/news/pour-rocard-l-europe-ne-peut-redemarrer-que-sans-les-anglais/

Marion Candau 23/06/201611:44

Marion Candau 23/06/201611:38

Marion Candau 23/06/201610:40

Manon Flausch 23/06/201610:32

Le référendum britannique fait des émules en Turquie

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a évoqué la possibilité que la Turquie organise un référendum sur la poursuite ou non du processus d’adhésion à l’Union européenne, sur le même mode que la consultation se déroulant ce jeudi au Royaume-Uni.

EurActiv.fr

Marion Candau 23/06/201610:12

Le G7 s’exprimera rapidement si le Brexit l’emporte

Les autorités financières du groupe des sept économies avancées ont entamé des discussions sur la rédaction d’un communiqué qui pourrait être publié rapidement lorsque l’issue du référendum de jeudi sera connue avec certitude, ont précisé ces sources, qui ont requis l’anonymat.

Les pays du G7 seraient prêts à prendre toutes les mesures nécessaires pour rassurer les marchés si les électeurs britanniques votaient en faveur d’une sortie de leur pays de l’Union européenne.

Dans le passé, les pays du G7 ont publié des communiqués communs dans le but d’apaiser des marchés, par exemple au pic de la crise de la dette grecque en 2012.

Dans le cas du référendum britannique, les principales banques centrales sont prêtes à recourir aux accords de swaps de devises déjà en place pour fournir, si nécessaire, des liquidités d’urgence afin d’éviter une pénurie de dollars en cas de victoire du « Leave ».

Les responsables japonais craignent qu’un vote en faveur du Brexit ne dope la demande de yens, monnaie généralement sollicitée en période de tension sur les marchés, et ne provoque une appréciation marquée de la devise nippone, qui pénaliserait les exportateurs de l’archipel.

(Reuters)

Manon Flausch 23/06/201609:32

Athènes ne craint pas l'issue du référendum britannique

Athènes espère une victoire des forces pro-européennes au référendum, mais n’a aucune raison particulière de craindre un Brexit, a déclaré Nikos Xydakis, ministre adjoint aux Affaires européennes.

EurActiv.fr

Marion Candau 23/06/201609:32

La journée va être longue, donc profitez-en pour écouter notre playlist spéciale Brexit !

Marion Candau 23/06/201608:54

La twittosphère n'a pas envie de quitter l'UE

Plus de 1,5 million de tweets mentionnant le Brexit ont été publiés ces deux dernières semaines. Les utilisateurs de Twitter en faveur de l’UE seraient plus nombreux.

EurActiv.fr

Marion Candau 23/06/201608:34

Un match très serré

La plupart des enquêtes d’opinion placent les camps du « Leave » et du « Remain » au coude à coude au terme d’une campagne dominée par les thèmes de l’immigration et de l’économie.

Publié par The Times, un sondage YouGov donnait le camp du « In » à 51 % contre 49 % pour les tenants d’une sortie de l’UE. Une précédente enquête YouGov menée pour le même journal avait placé le camp du « Out » en tête.

Un sondage Opinium publié plus tôt mercredi avait quant à lui crédité le camp des partisans d’une sortie de l’UE d’un point d’avance sur ceux du maintien.

Tout dépendra de la participation, les jeunes Britanniques étant vus comme étant de plus fervents partisans de l’Union européenne que leurs aînés, mais moins enclins à se rendre aux urnes.

Les enquêtes d’opinion ont dressé le tableau d’une Grande-Bretagne profondément divisée, avec de grandes différences entre les personnes âgées et les plus jeunes et entre une Écosse et une ville de Londres pro-européennes et un centre du pays eurosceptique.

Cartographie des tendances, publiée par le Parisien sur Twitter :

Marion Candau 23/06/201608:22

C’est le Jour J, suite à une âpre campagne, marquée par de profondes divisions et le choc de l’assassinat d’une députée travailliste opposée au Brexit, près de 46,5 millions d’électeurs britanniques se rendent dans les bureaux de vote dès ce matin (7h) pour voter sur l’avenir du Royaume-Uni dans l’UE. Les bureaux de vote resteront ouverts jusqu’à 22h, heure locale.

Marion Candau 23/06/201608:22

Michael O'Leary : « Le Brexit pourrait détruire l'Europe ! »

L’Union européenne serait condamnée si le Royaume-Uni sort de l’UE, a affirmé le  bouillant patron de Ryanair, Michael O’Leary   lors d’une intervention au Paris Air Forum. Un article de notre partenaire La Tribune.

EurActiv.fr

Marion Candau 22/06/201616:43

Juncker ne démissionnera pas en cas de départ du Royaume-Uni

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ne démissionnera pas en cas de référendum négatif sur le maintien du Royaume-Uni dans l’UE, a assuré le mercredi 22 juin le porte-parole de l’institution.

Au cours de son briefing de presse quotidien, la Commission a fait taire les questions au sujet de la santé du président.

Margaritis Schinas a par aiilleurs expliqué que « La Commission n’a pas fait et ne fait toujours pas partie de la campagne. Il s’agit d’une affaire britannique, et seulement britannique. »

La Commission avait déjà annoncé dès février son intention de ne pas se mêler de la campagne britannique. Le président Jean-Claude Juncker a tout de même exprimé à de nombreuses reprises son souhait de voir le Royaume-Uni rester dans l’UE.

Il a encore qualifié mercredi à Athènes d’« acte d’auto-mutilation » l’idée d’un départ. En mai, dans un entretien au journal français Le Monde, il avait averti qu’en cas de départ, le Royaume-Uni serait considéré comme un État tiers, des « déserteurs » qui ne seraient « pas accueillis à bras ouverts ».

Jean-Claude Juncker a aussi fait l’objet de critiques pour avoir accordé une interview sur le Brexit au journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, mais avoir refusé de s’exprimer sur les médias britanniques pendant toute la campagne du référendum qui prend fin aujourd’hui.

M. Juncker doit participer vendredi à 10h30 à Bruxelles à une réunion avec Donald Tusk pour le Conseil européen et Martin Schulz pour le Parlement, ainsi que le Premier ministre néerlandais Mark Rutte dont le pays assure la présidence tournante de l’UE.

Les résultats du référendum britannique sont attendus tôt vendredi matin.

Marion Candau 22/06/201615:07

Juncker ne démissionnera pas en cas de départ du Royaume-Uni Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ne démissionnera pas en cas de référendum négatif sur le maintien du Royaume-Uni dans l’UE, a assuré le mercredi 22 juin le porte-parole de l’institution.

La Commission avait annoncé dès février son intention de ne pas se mêler à la campagne britannique. Le président Jean-Claude Juncker a tout de même exprimé à de nombreuses reprises son souhait de voir le Royaume-Uni rester dans l’UE.

Il a encore qualifié mercredi à Athènes d’« acte d’auto-mutilation » l’idée d’un départ. En mai, dans un entretien au journal français Le Monde, il avait averti qu’en cas de départ, le Royaume-Uni serait considéré comme un État tiers, des « déserteurs » qui ne seraient « pas accueillis à bras ouverts ».

M. Juncker doit participer vendredi à 10h30 à Bruxelles à une réunion avec Donald Tusk pour le Conseil européen et Martin Schulz pour le Parlement, ainsi que le Premier ministre néerlandais Mark Rutte dont le pays assure la présidence tournante de l’UE.

Les résultats du référendum britannique sont attendus tôt vendredi matin.

(AFP)

Marion Candau 22/06/201614:58

Marion Candau 22/06/201614:53

Les producteurs italiens de prosecco inquiets d’un éventuel Brexit

Les producteurs de prosecco, le célèbre vin pétillant italien, n’ont qu’une seule peur : le Brexit, la Grande-Bretagne étant devenue en 2016 leur premier marché en termes d’exportations.

« Le Brexit, en entraînant une dévaluation de la livre sterling, pourrait avoir un sérieux impact sur les relations commerciales », a souligné le 22 juin la Coldiretti, la principale association d’agriculteurs italiens.

L’organisation souligne que les exportateurs italiens de vins pétillants, prosecco et autres, seraient parmi les plus exposés : la Grande-Bretagne est en effet devenue en 2016 leur premier marché, dépassant les États-Unis, avec un bond des ventes de 38 % au premier trimestre.

Selon une étude du cabinet américain IRI, la valeur des ventes de prosecco a dépassé pour la première fois l’an passé celle de champagne au Royaume-Uni, les consommateurs britanniques plébiscitant le vin pétillant italien meilleur marché.

S’il n’y avait pas de Brexit, les ventes de vins pétillants italiens en Grande-Bretagne devraient atteindre 600 millions d’euros cette année.

(AFP)

Manon Flausch 22/06/201613:21

Opération croissant Ils étaient des centaines de volontaires français ce matin à la gare de King Cross à distribuer des croissants aux Anglais pour les convaincre de voter pour l’UE.

Outre les croissants, ces Européens convaincus, qui arborait leur slogan « opération croissant » sur leurs t-shirt, offraient des cartes postales aux Britanniques : « Que feriez-vous sans le French kiss ? », « S’il vous plait, ne nous laissez pas seuls à l’Eurovision » et autres messages d’amour pour « leur excentricité et leur music ».

« Nous sommes tous conscients de [l’agressivité] de cette campagne au vitriol, nous voulions donc organiser quelque chose de joyeux, pour faire sourire les gens », explique Rosa Rankin-Gee, 29 ans, organisatrice de l’événement.

La police britannique s’est toutefois mêlée à la fête, arguant que la distribution de croissant était illégale, en vertu d’une loi interdisant de nourrir les électeurs.

Marion Candau 22/06/201610:19

Le référendum britannique minute par minute

Les grandes questions posées par le Brexit – l’avenir du Royaume-Uni, de l’Europe, de Londres, de la livre sterling, des emprunts, des entreprises, du prix d’une bière, etc. – ne se résoudront qu’après l’annonce des résultats du référendum du 23 juin.

EurActiv.fr

Marion Candau 22/06/201611:02

Marion Candau 22/06/201610:52

Pascal Hansens pour Katoikos.eu

Marion Candau 22/06/201610:37

Marine Le Pen veut un référendum dans chaque pays contre l’UE « totalitaire »

Marine Le Pen, présidente du Front national, a fustigé mardi soir l’Union européenne « totalitaire », exprimant son souhait que se tienne dans « chaque pays » un référendum comme celui à venir jeudi en Grande-Bretagne sur l’appartenance à l’UE.

« Ca fait 11 ans que les Français n’ont pas été interrogés et la dernière fois leur parole a été trahie » par les partis traditionnels de gauche et de droite, a-t-elle accusé, accusation récurrente au FN en lien avec le référendum de 2005 sur le Traité établissant une Constitution pour l’Europe.

« Quel que soit le résultat » jeudi, « l’UE est en déliquescence, elle craque de partout. Soit on attend le déluge, l’explosion, ou alors on se met autour d’une table et on construit l’Europe des Nations, qui remplacera l’UE totalitaire que nous connaissons aujourd’hui », a affirmé Mme Le Pen.

Marion Candau 22/06/201610:36

La BCE prête à tout en cas de Brexit

Le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a déclaré le 21 juin que la BCE est prête, quelle que soit l’issue du référendum au Royaume-Uni. Il avertit cependant qu’il est indispensable de préserver les liquidités pour éviter la panique des investisseurs.

EurActiv.fr

Marion Candau 22/06/201610:23

Les dirigeants d’entreprise ne veulent pas du Brexit

Près de 1 300 dirigeants d’entreprises, dont la moitié des poids lourds cotés à la Bourse de Londres, ont proclamé dans une lettre au Times qu’ils soutenaient le maintien du Royaume-Uni dans l’U.

« Un Royaume-Uni quittant l’UE signifierait de l’incertitude pour nos firmes, moins de commerce avec l’Europe et moins d’emplois [tandis que] l’appartenance à l’UE est favorable à l’activité et favorable à l’emploi. Voilà pourquoi le 23 juin nous soutenons un Royaume-Uni restant dans l’UE », ont-ils écrit dans cette tribune publiée mercredi par le quotidien britannique.

Les signataires de ce courrier incluent des présidents, directeurs généraux, administrateurs et fondateurs d’entreprises de taille diverse, pour l’essentiel britanniques et qui emploient au total 1,75 million de personnes. Parmi eux figurent les dirigeants de 51 des 100 entreprises du FTSE-100, l’indice vedette de la Bourse de Londres. Aucune entreprise du FTSE-100 ne s’est prononcée en faveur du Brexit.

Des personnalités du monde des affaires ont aussi signé le texte, comme le fondateur de Virgin, Richard Branson, ou l’Américain Michael Bloomberg, créateur de l’agence d’information financière Bloomberg News.

Marion Candau 22/06/201610:17

En cas de Brexit, « plus de marché unique » pour la Grande-Bretagne, assure Le Foll

Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture et porte-parole du gouvernement français, a averti la Grande-Bretagne qu’il n’y aurait « plus de marché unique » pour elle si elle optait pour la sortie de l’Union européenne.

Le référendum sur l’UE organisé jeudi est « un choix souverain qui doit être fait par la Grande-Bretagne et par les Britanniques », a déclaré Stéphane Le Foll sur France Info. « En même temps, j’ai regardé hier soir Boris Johnson qui veut faire de l’immigration le seul sujet qui va décider de savoir si la Grande-Bretagne reste ou sort. Voilà comment fonctionnent tous ces populistes. »

« Ils utilisent la peur, celle de l’immigration -sur laquelle il faut maîtriser les flux migratoires, c’est un enjeu colossal- et ils laissent penser que pour les autres sujets, et bien, on continuera à s’arranger. Moi je le dis très clairement: la Grande-Bretagne quitte l’Europe ? Il n’y aura plus pour les agriculteurs de Grande-Bretagne d’aides européennes. Il faut que ce soit très clair. La Grande Bretagne quitte l’Europe, mais on va garder le marché unique ? Non, il n’y aura plus de marché unique », a averti le ministre, proche de François Hollande. « La Suisse, pour avoir accès au marché unique, elle paie. La Norvège, pour avoir accès au marché unique, elle paie. Et si les Anglais ne veulent pas payer, ils seront obligés de passer par une négociation de type accord commercial et il y aura des taxes qui seront négociées. »

Cécile Barbière 22/06/201609:46

« Les pro-Brexit ont fait leur campagne sur l’ignorance, le préjugé et la désinformation »

La campagne sur l’appartenance à l’Europe s’est concentrée sur les mauvais sujets, a expliqué l’eurodéputé britannique Charles Tannock à EurActiv Slovaquie lors d’une interview exclusive.

EurActiv.fr

Manon Flausch 21/06/201610:10

Tusk implore les Britanniques de rester dans l'UE

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a profité d’une conférence de presse au Portugal pour lancer un plaidoyer vibrant à l’encontre des Britanniques, en leur demandant de voter pour rester dans l’UE lors du référendum du 23 juin.

EurActiv.fr

Manon Flausch 21/06/201609:52

David Beckham plaide pour le maintien dans l’UE

David Beckham a rejoint la liste des célébrités à appeler au vote Remain, pour des raisons footbalistiques, mais pas uniquement.

« Nous vivons dans un monde vibrant et connecté, où nous somme fort ensemble. Nous devrions affronter les problèmes du monde ensembles, et pas isolés, pour nos enfants et nos petits-enfants », écrit-il sur Facebook [lire son post en entier].

Manon Flausch 21/06/201609:38

Brexit: les Européens pourront-ils se permettre la fermeté?

Si le Brexit provoque une crise, elle sera économique et financière. Et elle menacera aussi l’Allemagne et la France. De quoi relativiser les menaces de Wolfgang Schäuble et Emmanuel Macron. Un article de notre partenaire, la Tribune.

EurActiv.fr

Manon Flausch 21/06/201609:28

Should I Stay or Should I Go?: la playlist spéciale Brexit

Le personnel de l’ambassade britannique à Bruxelles organise une fête pour la soirée du 23 juin, date du référendum. EurActiv a écouté en exclusivité la playlist prévue pour la soirée. Parmi les titres se trouvent la chanson The Final Countdown du groupe suédois de métal Europe.

EurActiv.fr

Manon Flausch 21/06/201609:23

Les Balkans craignent de payer le prix d’un Brexit

« S’il vous plaît, ne partez pas! » La supplique aux Britanniques du Premier ministre albanais Edi Rama en conclusion d’une récente tribune au Times résume les inquiétudes des pays des Balkans candidats à l’UE (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Macédoine, Monténégro et Serbie), qui craignent de payer les conséquences d’un Brexit. La date de 2020 fixée pour l’accession de certains paraît déjà illusoire.

« Que la Grande-Bretagne reste ou pas, les négociations entre les 27 États membres et la Grande-Bretagne seront prioritaires dans l’agenda de l’UE, au même titre que la crise des migrants. Puis viendra la Turquie, et si rien d’autre ne surgit, l’élargissement et la Serbie », explique Tanja Miscevic, qui mène pour Belgrade les négociations avec l’Europe.

Dans cette région pauvre, forte de près de 20 millions d’habitants, l’idée européenne a encore du souffle et est souvent accueillie comme une promesse de stabilité, de paix et de prospérité. Un enthousiasme pourtant entamé par la crise économique puis l’afflux des migrants, qui a mis ces pays en première ligne sans avoir le sentiment d’être soutenus par l’Europe.

« Il ne faudra pas attendre d’une Union européenne ébranlée par le départ de la Grande-Bretagne qu’elle se préoccupe de l’élargissement dans les Balkans alors qu’elle luttera pour sa survie », prévient le patron de la chambre de commerce kosovare, Safet Gerxhaliu.

Manon Flausch 21/06/201609:11

Deux sondages donnent le « In » devant, un 3e voit le « Leave » en tête

Confirmant le retournement amorcé ce week-end, deux sondages publiés lundi soir donnent le camp du maintien du Royaume-Uni dans l’UE en tête des intentions de vote. Une troisième enquête diffusée simultanément place en revanche le Brexit en tête.

Publiée à trois jours du référendum de jeudi, une enquête de l’institut ORB pour le Daily Telegraph crédite le camp du « In » de 53% des intentions de vote contre 46% en faveur du Brexit. Le précédent sondage ORB/Daily Telegraph, il y a une semaine, donnait un point d’avance aux partisans du « Leave », à 49% contre 48%.

Un sondage de l’institut NatCen pour le Financial Times donne le « Remain » à 53% des intentions de vote contre 47% au Brexit.

L’institut YouGov pour le Times donne pour sa part le camp Leave à 44% contre 42% pour Remain.

Manon Flausch 20/06/201610:04

Dégoutée par la campagne, une députée conservatrice quitte le camp Leave

Dégoutée par les mensonges et la xénophobie affichés notamment par UKIP, la députée conservatrice et ancienne secrétaire d’État aux Affaires étrangères Sayeeda Warsi quitte le camp Leave.

« Sommes-nous prêts à raconter des mensonges, à répandre la haine et la xénophobie juste pour gagner une campagne? Pour moi, c’est allé trop loin », a-t-elle déclaré.

Manon Flausch 20/06/201609:47

Le référendum oppose la province anglaise à Londres et l’Écosse

Le référendum britannique sur l’Europe du 23 juin devrait voir l’Écosse et les grandes villes, majoritairement europhiles, affronter l’Angleterre provinciale, pro-Brexit.

EurActiv.fr

Manon Flausch 20/06/201609:34

Les pro-européens reprennent l'avantage après la mort de Jo Cox

Les défenseurs du maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne ont une avance de trois points sur les partisans du Brexit dans le premier sondage réalisé depuis le meurtre de l’élue travailliste pro-européenne Jo Cox jeudi.

EurActiv.fr

Manon Flausch 20/06/201609:22

Les Français affichent leur flegme face au Brexit

Les Français sont les Européens à afficher le plus d’indifférence face à un éventuel Brexit, même si une majorité de continentaux préfèreraient voir le pays rester dans l’UE.

EurActiv.fr

Manon Flausch 20/06/201609:21

Berlin craint une inversion du processus d’intégration

L’Union européenne doit faire en sorte que le processus d’intégration ne s’inverse pas si le Royaume-Uni choisit de quitter l’UE à l’issue du référendum prévu jeudi, a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier.

« Si les Britanniques devaient choisir un retrait de l’UE, on ne pourrait pas continuer à faire comme si de rien n’était avec 28 moins un », déclare Frank-Walter Steinmeier.

Une sortie du Royaume-Uni de l’UE ferait beaucoup de tort au projet européen et les États membres devraient alors faire tout ce qu’ils peuvent pour empêcher un renversement du processus d’intégration, estime le chef de la diplomatie allemande.

« Nous, en Europe, avons la responsabilité commune de faire en sorte que nous ne retombions pas dans un nationalisme d’États individuels », a déclaré Frank-Walter Steinmeier.

Ses commentaires interviennent après ceux du ministre des Finances Wolfgang Schäuble qui a plaidé dimanche pour une Union européenne plus forte et plus unie. Le ministre, qui s’exprimait lors d’une cérémonie de remise de récompenses à Kiel, a estimé qu’aucun pays européen n’était capable à lui seul de relever les défis du XXIe siècle.

Manon Flausch 20/06/201609:18

L’Autorité bancaire européenne quitterait Londres

En cas de Brexit, l’Autorité bancaire européenne (ABE) quittera son siège londonien, a annoncé son président, Andrea Enria.

L’organisme créé en 2011 fait partie du système de surveillance européen conçu après la crise financière. L’ABE a entrepris l’élaboration de nouvelles règles européennes pour garantir l’équité du marché bancaire au sein de l’UE.

« Cette tâche doit être achevée quel que soit le résultat du référendum. Nous devons nous assurer qu’il n’y a pas de différences réglementaires entre les pays ayant adopté l’euro et les autres », a expliqué Andrea Enria.

Manon Flausch 20/06/201608:30

Brexit ou pas, l’immobilisme serait un « suicide politique »

Brexit ou pas, les États membres devront prendre immédiatement des initiatives afin d’éviter un « suicide politique » de l’UE, estime l’Institut Montaigne dans une note publiée lundi.

« Dans les jours qui suivront le référendum, les dirigeants européens devront immédiatement affirmer, ensemble, leur volonté de poursuivre la construction européenne et définir au plus vite une feuille de route précise pour les prochains mois afin de dissiper les incertitudes qui pèsent sur l’avenir de l’UE », recommande le centre de réflexions libéral. « La tentation du statu quo et de l’immobilisme serait un suicide politique. »

Ce nouveau discours être porté par la France et l’Allemagne, en dépit de leurs désaccords, estime l’Institut Montaigne, pour qui la tenue même du référendum britannique « est le symptôme de l’incapacité de l’UE à susciter chez les peuples européens une forte adhésion à ce projet commun ».

Même si les Britanniques décident de rester, l’accord conclu le 19 février sur les conditions de leur maintien entérine un certain retrait du Royaume-Uni au sein de l’UE et « obligera les États membres à définir précisément le nouveau modèle dans lequel ils souhaitent inscrire l’avenir de l’Union ».

Si le pays reste dans l’UE, d’autres États membres pourront en effet être tentés de renégocier également leurs conditions d’adhésion.

Marion Candau 17/06/201610:18

Le meurtrier aurait crié « Britain First » (« Le Royaume-Uni d’abord »)

Brexit : suspension de la campagne après le meurtre d’une députée

Le soir du 16 juin, une parlementaire travailliste est morte suite à une agression par un homme qui aurait des liens avec des groupes néo-nazis. Le meurtre a provoqué la suspension immédiate de la campagne du référendum, qui ne devrait pas reprendre avant le week-end.

EurActiv.fr

Manon Flausch 17/06/201609:26

« Aujourd’hui plus que jamais les idées britanniques sur l’UE sont soutenues partout en Europe. […] En sortir maintenant n’a pas de sens », assure Donald Tusk.

Juncker estime que le Brexit ne tuera pas l'UE

Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, a rappelé que l’UE survivrait à un Brexit.

EurActiv.fr

Manon Flausch 17/06/201609:24

Brexit : vers une crise des changes?

La perspective du Brexit rend le marché des changes très nerveux. La livre sterling a en effet beaucoup baissé depuis le 25 mai, date de la parution des premiers sondages annonçant une inversion de tendance de l’opinion britannique en faveur de la sortie de l’UE. Un article de notre partenaire La Tribune.

EurActiv.fr

Manon Flausch 16/06/201617:26

France et Allemagne craignent une désintégration de l'UE en cas de Brexit

L’Allemagne et la France ont mis en garde mercredi contre un Brexit, que pronostiquent plusieurs sondages lors du référendum du 23 juin, Berlin allant jusqu’à s’inquiéter d’une possible désintégration de l’UE en cas de sortie de la Grande-Bretagne.

EurActiv.fr

Manon Flausch 16/06/201617:25

Brexit : ce que la campagne britannique dit de l'état de l'UE

La campagne pour le maintien dans l’UE au Royaume-Uni a été essentiellement défensive et cherchant à éviter le saut dans l’inconnu d’un Brexit. La preuve que l’UE n’a plus guère d’autre ambition que d’être ce qu’elle est. Un article de notre partenaire La Tribune.

EurActiv.fr

Marion Candau 15/06/201611:55

« Cette question-là, c’est toute la question »

Marion Candau 15/06/201611:53

Londres rabote l'aide aux enfants de migrants européens

La justice européenne a donné raison au Royaume-Uni sur l’un des dossiers les plus sensibles du référendum : le droit de limiter les aides sociales aux enfants de migrants européens.

EurActiv.fr

Manon Flausch 14/06/201616:02

JK Rowling, l’auteure des bestsellers Happy Potter, menace de quitter le Royaume-Uni…

Si vous étiez en train d’écrire un roman, et que quelqu’un vous contactait pour écrire un message contre le brexit, vous

· souligneriez l’importance de l’emploi/sécurité

· dénonceriez les racistes/bigots

· ne le feriez pas, vous être trop déprimée

· ne le feriez pas, mais déménageriez en France

À l’heure où nous postons ceci, 12 902 personnes avaient déjà répondu à son enquête.

Manon Flausch 14/06/201611:26

Les jeunes, catégorie très représentée The Economist a publié un graphique montrant l’âge des Britanniques inscrits pour voter lors du référendum sur l’Europe. Les moins de 35 ans y sont très largement représentés.

Manon Flausch 14/06/201611:19

Les Britanniques en route vers un Brexit ?

À neuf jours du référendum, plusieurs sondages prédisent une sortie de l’UE pour le Royaume-Uni. Le journal populaire The Sun, titre le plus vendu du pays, a fait pencher la balance en défendant le camp Leave depuis des mois. Dans un édito, le journal s’est à présent ouvertement déclaré favorable au Brexit et appelle les Britanniques à voter contre l’UE.

Gordon Brown, ancien dirigeant du parti travailliste, a exhorté ses concitoyens à votre contre le Brexit, une solution qui n’arrangera rien aux problèmes du Royaume-Uni, a-t-il insisté.

Jeremy Corbyn, actuel leader du parti, n’est pas en reste. « Aujourd’hui, j’appelle tout le mouvement travailliste à convaincre [les Britanniques] de soutenir la campagne ‘Remain’, pour la protection des emplois et des droits des travailleurs », a-t-il déclaré le 13 juin lors d’un événement à Londres.

Le monde financier est sur le qui-vive. La livre sterling vient d’atteindre son taux le plus bas face au dollar américain. De son côté, la Banque centrale britannique se prépare quant à elle aux conséquences d’une sortie de l’UE.

Marion Candau 14/06/201610:54

Manon Flausch 14/06/201610:51

Brexit : ce que la campagne britannique dit de l'état de l'UE

La campagne pour le maintien dans l’UE au Royaume-Uni a été essentiellement défensive et cherchant à éviter le saut dans l’inconnu d’un Brexit. La preuve que l’UE n’a plus guère d’autre ambition que d’être ce qu’elle est. Un article de notre partenaire La Tribune.

EurActiv.fr

Manon Flausch 13/06/201617:20

Près d’un Britannique sur deux ne sait pas que le Parlement européen est élu

Selon un sondage cité par Sony Kapoor, économiste et spécialiste financier, quatre Britanniques sur dix ne savent pas que le Parlement européen est un organe élu démocratiquement. Seuls 5% d’entre eux connaissait le nom d’un de leurs eurodéputés.

Manon Flausch 13/06/201617:12

La campagne Leave tente de capitaliser sur la fusillade d’Orlando

Ils ont attendu plus de 24 heures pour réagir à la tragédie d’Orlando, lors de laquelle une cinquantaine de personnes ont été tuées dans une boîte de nuit gay. La fusillade aurait été perpétrée par un homme radicalisé. Face aux réactions, la campagne Leave a cependant rapidement effacé son tweet.

« La libre circulation des kalachnikovs en Europe aide les terroristes. Votez pour plus de sécurité le 23 juin. Votez Leave », pouvait-on lire dans un autre tweet.

Un comportement « honteux », pour Nicky Morgan, ministre de l’Éducation, et « indigne et lâche », selon Hilary Benn, responsable des Affaires étrangères au parti travailliste.

Manon Flausch 13/06/201617:03

Les scientifiques contre le Brexit

Un groupe de 13 scientifiques vainqueurs du prix Nobel avertissent qu’un Brexit sera « dangereux pour la science ».

« Au sein de l’UE, le Royaume-Uni pilote la plus grande centrale scientifique du monde », déclarent-ils dans une lettre au Daily Telegraph.

Si la campagne Leave assure que les financements européens sont un « mythe », les scientifiques estiment que la science devrait être « au cœur du débat européen », étant donné son impact sur la santé, l’innovation et la croissance européenne.

« Dans le monde, un chercheur sur cinq circule librement dans l’union, l’UE contient doncune masse critique d’expertise. » De plus, « dans l’UE, le Royaume-Uni a accès à des personnes et à des financements et a un impact sur la science dans le monde bien plus importants que ce que nous arriverions à faire seuls », rappellent les prix Nobel.

Un autre scientifique éminent, le professeur Stephen Hawking, avait déjà déclaré qu’« un Brexit serait un désastre pour la science en Grande-Bretagne ».

Selon une enquête de la revue scientifique Nature, 83 % des chercheurs de l’UE sont défavorable au Brexit.

Manon Flausch 13/06/201613:40

Le Parlement prévoit une session extraordinaire en cas de Brexit

La dernière session parlementaire avant le référendum britannique juin vient de s’achever à Strasbourg, ou les eurodéputés oscillent entre la politique de l’Autruche et l’inquiétude.

EurActiv.fr

Manon Flausch 13/06/201613:39

Le père de Boris Johnson veut que le Royaume-Uni reste dans l'UE

Exclusif. Le père de l’ex maire de Londres, qui défend le Brexit, estime que si le Royaume-Uni vote pour rester dans l’union lors du référendum, l’UE devra abandonner l’euro et limiter l’immigration.

EurActiv.fr

Manon Flausch 13/06/201609:30

Les petites places financières s'inquiètent du Brexit

Les recherches Google sur le Brexit s’emballent en Irlande, à Malte et à Chypre. A raison, selon l’agence de notation S&P qui souligne la sensibilité de leur économie au Royaume-Uni.

EurActiv.fr

Marion Candau 10/06/201611:52

Marion Candau 10/06/201611:49

Le Parlement prévoit une session extraordinaire en cas de Brexit

La dernière session parlementaire avant le référendum britannique juin vient de s’achever à Strasbourg, ou les eurodéputés oscillent entre la politique de l’Autruche et l’inquiétude.

EurActiv.fr

Marion Candau 10/06/201611:47

Les travaillistes haussent le ton contre un Brexit

Très discret jusque-là, le parti travailliste britannique s’est émancipé le 10 juin de son leader Jeremy Corbyn pour hausser le ton contre un Brexit, alors que le parti conservateur continue à se déchirer à deux semaines du référendum.

Un vote en faveur d’une sortie de l’Union européenne le 23 juin « mènerait à un état d’urgence budgétaire, de nouvelles coupes dans le secteur public et des hausses d’impôts », a insisté le vice-président du Labour, Tom Watson, en s’appuyant sur un rapport de l’Institut des études budgétaires.

L’ancien leader et candidat au poste de Premier ministre, Ed Miliband, a averti, lui, qu’une sortie de l’UE entraînerait une « érosion des droits des travailleurs ».

Dans un débat phagocyté par la « guerre civile » au sein du parti conservateur, divisé sur l’économie et l’immigration, le parti travailliste veut faire entendre sa voix en mettant d’abord l’accent sur le social, la lutte contre les inégalités et la protection des travailleurs.

L’électorat de gauche est majoritairement pro-UE — 61 % contre 26 % à vouloir partir selon un sondage YouGov — mais peine à se mobiliser.

Ils sont nombreux au sein du Labour à accuser leur leader Jeremy Corbyn, un eurosceptique historique, de traîner les pieds et de défendre sans grand enthousiasme un maintien dans l’UE.

En dehors de deux discours, le vétéran de l’aile gauche du parti a effectivement brillé par son absence. Il fuit à la fois les médias qu’il déteste et le Premier ministre conservateur David Cameron auquel il refuse d’être associé dans cette campagne.

Pour le député travailliste Andy Burnham, il y a pourtant urgence. « Il y a un risque réel que, dans deux semaines, la Grande-Bretagne choisisse l’isolement. Cela aurait un impact profond sur notre nation. Fragmentation, peur, division : on se retrouverait dans une situation que les terroristes n’ont pas réussi à déclencher avec leurs bombes », a-t-il souligné.

Marion Candau 10/06/201611:39

Manon Flausch 08/06/201609:31

Les Européens de plus en plus critiques face à l'UE

Que les Britanniques votent pour le maintien ou non de leur pays dans l’Union européenne, les électeurs des autres pays du continent doutent de plus en plus de l’UE, selon une étude du Pew Research Center publiée mardi.

EurActiv.fr

Marion Candau 07/06/201611:38

« Le Royaume-Uni est un contrepoids au déficit démocratique de l'UE »

Le fossé entre le Royaume-Uni et l’UE peut s’expliquer par un complexe de supériorité par rapport au continent, et par le manque d’affinités entre la bureaucratie de Bruxelles et l’esprit démocratique britannique. Une interview de notre partenaire WirtschaftsWoche.

EurActiv.fr

Marion Candau 03/06/201610:50

David Cameron admet que l’UE le « rend parfois fou »

« Y a-t-il des choses qui me déplaisent en Europe ? Oui, mais je suis Premier ministre et je m’assois à la même table que 27 autres chefs d’État et de gouvernement, et cette organisation me rend parfois fou. Mais, est-ce que je m’assois en me disant que la Grande-Bretagne irait mieux si nous en sortions ? Absolument pas ! », a déclaré David Cameron, dans le cadre d’une séance de questions-réponses avec les spectateurs de Sky News, à trois semaines du référendum du 23 juin sur le maintien au sein du bloc.

Le Premier ministre s’est efforcé de s’en tenir au risque économique du « Brexit », mais son auditoire parfois hostile l’a pressé de questions sur l’immigration.

« Oui, nous devons faire des choses pour contrôler l’immigration, par exemple en limitant les prestations sociales, mais ce serait de la folie que de le faire en sabordant notre économie et en nous retirant du marché unique.

« Quitter le marché unique serait un acte autodestructeur pour la Grande-Bretagne et nous ne devons absolument pas le faire », a-t-il insisté.

Marion Candau 02/06/201616:21

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy prévient les Britanniques qu’en cas de Brexit ils

perdraient le droit de s’établir et de travailler librement dans l’Union européenne, dans une vidéo diffusée le jeudi 2 juin par l’agence de presse espagnole EFE.

« Il me semble qu’une sortie du Royaume-Uni de l’UE serait très mauvaise pour le Royaume-Uni, pour l’Espagne et pour l’ensemble des Européens », déclare M. Rajoy. « L’Europe s’est construite sur la base de la libre circulation des personnes, des capitaux, des marchandises et de services, rappelle-t-il. Si le Royaume-Uni quittait l’Europe, ceux qui en souffriraient le plus seraient les citoyens britanniques qui ne pourraient pas circuler librement ni transférer des capitaux ou des marchandises ».

« Les cent mille Espagnols qui travaillent au Royaume-Uni en souffriraient beaucoup, mais il y a 400 000 Britanniques qui travaillent en Espagne qui se retrouveraient dans une situation terrible », a-t-il poursuivi.

Officiellement, 283.000 Britanniques se sont enregistrés comme résidant en Espagne, mais leur nombre réel est évalué à entre de 800 000 et un million. Souvent installés dans le sud, ces citoyens européens peuvent y être soignés et travailler.

Manon Flausch 02/06/201616:19

Les Britanniques ont plus à souffrir de leur gouvernement que de l’UE, selon Jeremy Corbyn

« La menace pour le peuple britannique n’est pas l’Union européenne, la menace c’est le gouvernement conservateur, ici au Royaume-Uni », a déclaré Jeremy Corbyn, chef du parti travailliste, lors d’un discours devant des militants à Londres. « Un vote pour sortir signifierait que le gouvernement conservateur se chargerait de négocier la sortie du Royaume-Uni [et] nous ne pouvons pas compter sur lui pour protéger les droits de millions de travailleurs.» Eurosceptique dans l’âme, Jeremy Corbyn avait voté contre l’appartenance de son pays à la Communauté économique européenne (CEE) lors du référendum de 1975. Jeudi, il a souligné que l’UE avait besoin de réformes, mais a salué ses apports dans les domaines de la protection de l’environnement et des droits des consommateurs et ajouté que le Royaume-Uni devait y rester pour avoir son mot à dire sur le continent. Il a aussi défendu la liberté de circulation des citoyens au sein de l’UE, alors que les partisans d’un Brexit veulent mettre un coup d’arrêt à l’immigration en provenance du continent. « Nous ne voulons pas d’une fermeture des frontières. Pas pour les Européens qui veulent venir ici et dont des dizaines de milliers travaillent pour la NHS. Et pas non plus pour les Britanniques qui veulent tenter leur chance en Europe. »

Manon Flausch 02/06/201615:36

La BCE se prononce contre le Brexit

« La Banque centrale européenne (BCE) est d’avis que le Royaume-Uni devrait rester dans l’Union européenne. Le Royaume-Uni et l’Union européenne profitent mutuellement l’un de l’autre », a déclaré Mario Draghi, président de l’institution, lors d’une conférence de presse à Vienne. Mais quel que soit le choix des électeurs britanniques, « la BCE est prête à toutes les éventualités », a-t-il assuré.

Marion Candau 02/06/201614:31

En cas de Brexit, l’OCDE prédit un scénario des plus sombres…

Marion Candau 02/06/201614:22

Lettre d’amour aux Britanniques

Plus de 140 personnalités européennes du sport, de la culture et des sciences ont écrit une « lettre d’amour » aux Britanniques pour leur demander de choisir l’Union européenne lors du référendum du 23 juin.

Parmi les signataires figurent Nathalie Baye, le Suédois Björn Ulvaeus, un des membres fondateurs du groupe ABBA, le prix Nobel allemand de littérature Herta Müller, les réalisateurs belges Jean-Pierre et Luc Dardenne, ou l’actrice italienne Isabella Rossellini.

« Nous voudrions exprimer à quel point nous estimons la présence du Royaume-Uni dans l’Union européenne. Ce ne sont pas seulement les traités qui nous unissent à votre pays, mais des liens d’admiration et d’affection. Tous, nous espérons que vous les renouvellerez », écrivent-ils, en concluant : « Royaume-Uni, reste, s’il te plaît ».

Publiée jeudi dans la revue littéraire Times Literary Supplement, la lettre espère convaincre les indécis de choisir le maintien lors du référendum sur la place du Royaume-Uni dans l’UE prévu dans trois semaines.

Selon les sondages, jusqu’à un Britannique sur cinq n’a pas encore pris sa décision. Ces derniers mis à part, le camp du maintien dans le bloc des 28 l’emporterait avec 51 % des suffrages.

Marion Candau 02/06/201614:13

Les États membres profitent du Brexit pour retarder la libéralisation des visas

Les États de l’UE n’ont pas pu s’accorder sur la libéralisation des visas pour la Géorgie. La Turquie, le Kosovo et l’Ukraine devraient aussi s’attendre à des retards étant donné que l’Union se montre plus prudente et frileuse, à cause de l’immigration.

EurActiv.fr

Marion Candau 31/05/201614:14

Le secteur pharmaceutique britannique se prépare aux bouleversements d'un Brexit

En cas de Brexit, le Royaume-Uni perdrait son influence sur l’Agence européenne des médicaments, située à Londres, et pourrait donc se rapprocher de son équivalent américain.

EurActiv.fr

Marion Candau 24/05/201610:36

Les climatosceptiques dominent la campagne pro-Brexit

Les figures de proue de la campagne pro-Brexit entretiennent des liens avec un groupe de réflexion controversé et remettent en question le réchauffement climatique.

EurActiv.fr

Manon Flausch 24/05/201609:10

Brexit coûtera cher aux vacanciers

Le prix d’une semaine de vacances en famille en Europe pourrait augmenter de 230 livres (333 euros) en deux ans si les Britanniques choisissent de quitter l’Union européenne le mois prochain, a prévenu lundi David Cameron, qui poursuit sa campagne pour le maintien avec des arguments sur les finances des ménages.

Le ministre des Finances, George Osborne, a annoncé le 23 mai que la livre pourrait perdre près de 12% de sa valeur en cas de victoire du « non » au référendum, ce qui entraînerait une hausse des prix pour les vacanciers britanniques à l’étranger.

« Tous les éléments signalent une dévaluation de la livre après un vote pour quitter l’UE », a expliqué le Premier ministre. « Une livre plus faible signifie que les économies durement gagnées n’offriront plus autant lors de vacances à l’étranger. Le choix auquel font face les Britanniques le 23 juin est de plus en plus clair: la certitude et la sécurité économique d’un maintien dans l’UE ou un bond dans l’inconnu qui ferait monter les prix, y compris celui des vacances. »

(Reuters)

Manon Flausch 24/05/201609:06

Le camp pro-UE reprend le dessus dans les sondages

Les partisans du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne ont une avance de 13 points sur leurs adversaires du Brexit dans un sondage publié mardi par le Telegraph, à un mois du référendum.

55% des personnes interrogées sont favorables au maintien, alors que 42% veulent la sortie de l’UE.

L’institut ORB note que pour la première fois, trois catégories de personnes (hommes, hommes âgés de plus de 65 ans et électeurs conservateurs) se prononcent pour le maintien dans l’UE. Ces trois catégories étaient toutes majoritairement favorables au Brexit lors d’un précédent sondage en mars.

Manon Flausch 24/05/201608:04

Le rabais britannique a coûté 111 milliards à l'UE en 30 ans

Certains pays, comme l’Italie et la France, compensent plus que d’autres pour le chèque de rabais négocié par les Britanniques.

EurActiv.fr

Manon Flausch 24/05/201608:04

Juncker prévient d'un rafraichissement des relations avec le Royaume-Uni en cas de Brexit

Le Royaume-Uni «devra accepter d’être considéré comme un Etat tiers» en cas de sortie de l’UE, a mis en garde le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker dans un entretien au journal Le Monde.

EurActiv.fr

Marion Candau 18/05/201609:43

Tusk s’indigne de la comparaison entre l’UE et Hitler dans la campagne du Brexit

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, s’en est pris de manière virulente à Boris Johnson, figure de proue de la campagne pro-Brexit et ancien maire de Londres, qui a comparé le projet européen à celui d’Adolf Hitler.

EurActiv.fr

Manon Flausch 10/05/201612:05

L'Écosse pourrait être indépendante deux ans après le Brexit

L’ancien Premier ministre écossais, Alex Salmond, a estimé le 9 mai que l’Écosse pourrait être indépendante dans les deux ans suivant le vote sur le Brexit.

EurActiv.fr

Marion Candau 06/05/201616:22

Sadiq Khan est devenu le premier maire musulman de Londres le 6 mai. Ce travailliste, qui a promis de faire campagne contre le Brexit, succède à Boris Johnson, chef de file du camp pro-brexit.

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/londres-un-anti-brexit-en-passe-de-succeder-a-boris-johnson-569391.html

Manon Flausch 28/04/201610:02

Les eurosceptiques ont toujours un point d’avance

À moins de deux mois du référendum du 23 juin, la campagne « Leave » du camp pro-Brexit devance d’un point celui d’un maintien au sein de l’UE, à en croire un sondage de l’institut YouGov rendu public mercredi par le journal The Times.

Selon cette enquête, menée les 25 et 26 avril, le camp du Brexit est à 42%, alors que 41% des Britanniques voteraient pour le maintien dans l’UE – option que soutient le Premier ministre David Cameron.

Selon YouGov, 13% des électeurs sont indécis et 4% ont déclaré ne pas avoir l’intention de participer au scrutin.

Lors d’un précédent sondage publié par YouGov, la campagne « Leave » était donné à 40% et le camp pro-UE à 39%, les indécis étant alors à 16% et les abstentionnistes à 5%.

Lire aussi : Le grand flou des sondages britanniques

Marion Candau 28/04/201609:55

Courte avance des partisans d’une sortie de l’UE

Le camp prônant une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne devance d’un point celui d’un maintien au sein de l’UE, à moins de deux mois du référendum du 23 juin, à en croire un sondage de l’institut YouGov rendu public le 27 avril par le journal The Times.

Selon cette enquête, le camp du « Brexit » est à 42 %, alors que 41 % des Britanniques voteraient pour le maintien dans l’UE – option que soutient le Premier ministre David Cameron.

Selon l’enquête YouGov Times, menée les 25 et 26 avril, 13 % des électeurs disent « ne pas savoir » ce qu’ils vont voter tandis que 4 % ont déclaré ne pas avoir l’intention de participer au scrutin.

Lors d’un précédent sondage publié par YouGov, le camp du « Brexit » était donné à 40 % et celui d’un maintien dans l’UE à 39 %, les indécis étant alors à 16 % et ceux disant ne pas vouloir voter à 5 %.

Manon Flausch 28/04/201609:24

L’OCDE met en garde les britanniques contre le cout économique du Brexit

L’OCDE prévient qu’une sortie de l’UE reviendrait à voter pour un « impôt Brexit » pour les Britanniques, qui perdraient l’équivalent de plus de plus de 5 000 euros par an par foyer.

EurActiv.fr

Manon Flausch 27/04/201618:01

Pourquoi le Brexit menace le leadership des fintech de Londres

82% des fintech britanniques souhaitent que le Royaume-Uni demeure au sein de l’Union européenne, d’après un sondage réalisé par l’association professionnelle Innovate Finance. Un article de notre partenaire La Tribune

EurActiv.fr

Manon Flausch 11/04/201611:30

Les partisans du Brexit dénoncent la «propagande» de Cameron

David Cameron, le Premier ministre britannique, est accusé d’avoir utilisé des fonds publics à des fins de propagande pro-UE.

EurActiv.fr

Manon Flausch 24/03/201611:28

Les attentats alimentent les "pro" comme les "anti" Brexit

Les militants et personnalités politiques britanniques des deux camps citent les attentats de Bruxelles pour défendre leur point de vue sur l’Europe et Schengen.

EurActiv.fr

Manon Flausch 18/03/201609:55

Le football s’invite dans le débat du Brexit : les clubs de Premier League s’inquiètent Si certains estiment qu’une sortie de l’UE permettrait d’endiguer les « importations » de joueurs européens bon marché et donc de donner une chance aux talents nationaux, plusieurs personnalités du football britanniques se sont inquiétées des conséquences qu’aurait un Brexit. L’absence de libre-circulation priverait en effet les clubs britanniques de joueurs de très haut vol, réduisant ainsi les performances des équipes de Ligue 1 au niveau international. Cela renforcerait également les clubs de pays comme l’Allemagne, l’Espagne ou la Belgique, qui récupèreraient leurs joueurs.

Manon Flausch 15/03/201611:26

La crise des réfugiés pourrait favoriser le Brexit

Failure to find a common solution to the refugee crisis will only encourage Britons to vote leave in the upcoming referendum on Britain’s EU membership, a Syriza MEP told EurActiv Greece.

EurActiv.fr

Manon Flausch 29/02/201611:54

L’Écosse entend rester dans l’UE

Lors d’un discours sur le référendum et l’UE Nicola Sturgeon, Première ministre écossaise, a passionnément défendu l’adhésion à l’union. Les sondages indiquent tous que le soutien à l’UE est plus fort en Écosse que dans le reste du pays. En cas de Brexit, un second référendum sur l’Écosse aurait presque inévitablement lieu, avec un résultat probablement différent, puisque l’adhésion à l’UE était un des arguments de la campagne pour que l’Écosse reste dans le Royaume-Uni.

« L’UE n’est pas seulement un moyen d’éviter la guerre », rappelle-t-elle, « c’est surtout un moyen de construire un monde meilleur, plus respectueux. »

Les succès de l’Europe, assure-t-elle, dépassent de loin ses imperfections, inévitables et inhérentes à toute organisation de cette taille : la libre circulation, le marché unique, les mesures de protection sociale qui contribuent à une économie saine, la protection de l’environnement, et bien d’autres. Pour l’Écosse, l’UE représente une opportunité commerciale non négligeable, puisque la région exporte tous les ans l’équivalent de 2 500 euros de biens par Écossais.

La Première ministre souligne que le débat britannique sur l’immigration se concentre uniquement sur les étrangers qui arrivent au Royaume-Uni, mais qu’il ne faut pas oublier que l’UE a offert des opportunités professionnelles et personnelles à 2 millions de Britanniques qui vivent dans le reste de l’UE.

Abordant la crise des réfugiés, Nicola Sturgeon a également regretté qu’alors que l’Europe est aux prises avec le problème le plus brûlant de notre temps, les chefs d’État et de gouvernement aient dû interrompre les négociations sur l’immigration pour discuter des exigences de Londres. L’Écosse a accueilli environ 40 % des réfugiés acceptés par la Grande-Bretagne à ce jour. La Première ministre insiste également sur le fait que l’UE est la meilleure structure pour faire face à cette crise, bien plus efficace que les pays ne pourraient jamais l’être individuellement.

Selon certains spécialistes, en cas de Brexit, l’Écosse pourrait se déclarer indépendante et intégrer automatiquement l’UE, sans passer par la phase de demande d’adhésion (où l’Espagne opposerait son veto, à cause du cas catalan), en vertu d’un principe de continuité. Même ainsi, indique cependant la Première ministre, il serait plus avantageux pour nous que notre seul voisin fasse partie de l’union.

Manon Flausch 29/02/201611:09

Les grands argentiers du G20 veulent éviter le Brexit à tout prix

Les grands argentiers du G20, réunis à Shanghai le 27 février, ont apporté un soutien unanime au gouvernement britannique, s’alarmant du « choc » que constituerait un Brexit pour l’économie mondiale.

Le communiqué publié par les ministres des Finances des pays les plus riches de la planète cite, dès le premier paragraphe, « le choc d’une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne » parmi les risques pesant sur la reprise économique mondiale.

Si le sujet « n’a pas donné lieu à un débat à proprement parler » durant la réunion, selon le ministre français des Finances, Michel Sapin, il a été d’emblée décidé d’inclure cette mention dans le texte, a indiqué la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde.

Le secrétaire américain au Trésor, Jack Lew, a de son côté insisté sur l’enjeu du scrutin. « Nous pensons qu’il s’agit d’une question de sécurité nationale et économique pour le Royaume-Uni, l’Union européenne et les États-Unis », a-t-il affirmé.

Manon Flausch 29/02/201609:56

Touche pas à mon toast

Les eurosceptiques britanniques voient la main de la Commission partout… Même là où elle n’est pas. L’eurodéputé UKIP David Coburn a accusé la Commission de rendre son petit-déjeuner moins croustillant. Les mesures européennes sur l’efficacité énergétique des grille-pains sont pourtant encore loin d’entrer en vigueur. Décryptage.

La Commission n'ose pas s'attaquer aux toasts britanniques

La Commission a mis au placard un projet de loi contre les grille-pains gourmands en énergie, de peur qu’ils ne fournissent des arguments aux eurosceptiques. Un article de notre partenaire, The Guardian.

EurActiv.fr

Manon Flausch 26/02/201615:15

Choc économique profond

George Osborne, ministre des Finances britannique, également en route pour le sommet du G20 (voir post précédent), a averti que le référendum n’était « pas à prendre la légère ». Le contexte actuel de croissance mondiale à la baisse est le « pire moment de tous » pour faire le pari économique fou du Brexit, assure-t-il, assurant que quitter l’Union européenne sera un « choc économique profond » pour le Royaume-Uni.

Il encourage ses concitoyens à prendre conscience qu’il ne s’agit pas d’un jeu, mais « des emplois, des moyens de subsistances et des conditions de vie » de nombreux Britanniques.

Selon le Financial Times, George Osborne essayera de convaincre le G20 de se positionner contre le Brexit.

Manon Flausch 26/02/201615:14

Pas de plan économique pour le Brexit

Selon un haut fonctionnaire britannique, cité par Reuters, le ministère des Finances a décidé de ne pas élaborer de plan B en cas de sortie de l’UE. La livre sterling a fait une chute spectaculaire en début de semaine, après l’annonce du référendum, qui se tiendra le 23 juin.

« La politique du gouvernement est de ne pas faire de planification préalable », a déclaré Charles Roxburgh, directeur général des services financiers au ministère. Le gouvernement avait fait de même lors du référendum écossais.

Manon Flausch 26/02/201610:36

Grand flou sur les sondages

Au Royaume-Uni, pas une semaine ne se passe sans qu’uen nouvelles enquête d’opinion ne soit publiée. Les résultats font le grand écart, du très allarmant au parfaitement rassurant. Décryptage.

Le grand flou des sondages britanniques

Maintien dans l’UE ou Brexit, les sondages ne parviennent pas à s’accorder.

EurActiv.fr

Manon Flausch 26/02/201609:47

L’UE, le « meilleure choix », pour Michel Sapin

Le ministre français des Finances, Michel Sapin, pense que les électeurs britanniques décideront de rester dans l’Union européenne, le « meilleur choix » pour eux-mêmes et pour l’Europe. En déplacement à Hong Kong, juste avant le G20 Finances à Shanghai, Michel Sapin a toutefois reconnu que la possibilité d’un Brexit ajoutait aux incertitudes économiques mondiales.

« Je crois en l’intelligence des peuples, je crois que le peuple britannique, quels que soient par ailleurs les tentations, les crispations, les mouvements d’humeur, saura faire le choix qui est le meilleur pour lui-même et le meilleur pour l’Europe, c’est à dire de rester dans l’Union européenne », a-t-il assuré.

Marion Candau 25/02/201611:43

Le mécanisme de « frein d’urgence », qui permettrait de priver les migrants européens d’aides sociales au Royaume-Uni, pourrait être invalidé par la Cour de justice européenne.

Le couperet de la justice européenne plane sur l’accord britannique

Le mécanisme de « frein d’urgence », qui permettrait de priver les migrants européens d’aides sociales au Royaume-Uni, pourrait être invalidé par la Cour de justice européenne.

EurActiv.fr

Marion Candau 24/02/201616:14

Quand Marine Le Pen prend exemple sur David Cameron, ça donne ça :

Marion Candau 24/02/201616:07

Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé aujourd’hui (24 février) que les « incertitudes » entourant le référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l’Union européenne pourraient peser sur l’investissement dans le pays, a rapporté l’AFP.

Marion Candau 24/02/201616:03

Pour Denis MacShane, ancien ministre britannique pour l’Europe et auteur de Brexit : comment le Royaume-Uni va quitter l’Europe, la campagne eurosceptique et peu enthousiaste de David Cameron pour que son pays reste dans l’UE risque de provoquer l’apathie des électeurs et de condamner le Royaume-Uni à de nombreuses années de désengagement vis-à-vis des affaires européennes, et ce, même si le Brexit ne devient pas une réalité.

Marion Candau 24/02/201615:42

L’accord avec le Royaume-Uni est juste, équilibré, respecte les principes de l’UE et prend en compte les inquiétudes britanniques, à déclaré Jean-Claude Juncker, devant le Parlement européen aujourd’hui. https://twitter.com/EPPGroup/status/702500605709963264

Manon Flausch 23/02/201612:13

The Sun, un tabloïd très lu, a décidemment choisi son camp : « Djihadistes, vaudou, meurtres, trafic sexuel… Nous pouvons mettre un terme à tout cela si nous quittons l’UE ». Pas sûr qu’Europol partage cet avis (voir ci-dessous).

Manon Flausch 23/02/201611:27

200 dirigeants d’entreprises mettent en garde contre un Brexit Une sortie du Royaume-Uni de l’UE aurait des conséquences importantes sur l’économie et l’emploi dans le pays, ont averti mardi quelque 198 patrons ou hauts responsables d’entreprises britanniques dans une lettre ouverte publiée par The Times. La liste des signataires comprend entre autres les patrons de Vodafone et Marks and Spencer. « Quitter l’UE découragerait l’investissement, menacerait l’emploi et mettrait en danger l’économie. Le Royaume-Uni sera plus fort, plus en sécurité et plus riche en restant un membre de l’UE », déclarent les signataires, parmi lesquels figurent 36 présidents ou directeurs généraux des 100 grandes entreprises de l’indice FTSE-100 de la Bourse de Londres. Ils estiment que David Cameron a obtenu un « engagement de la part de l’UE » et qu’il serait donc « préférable pour le Royaume-Uni de rester dans une Union européenne réformée ».

« Les entreprises ont besoin d’un accès sans restriction au marché européen de 500 millions de personnes pour pouvoir continuer à grandir, à investir et à créer des emplois », poursuit le texte. « Il n’y pas grand-chose de positif pour les travailleurs » dans la « vision de Boris Johnson d’un Royaume-Uni en dehors de l’Europe », écrit pour sa part Frances O’Grady, secrétaire générale du congrès des syndicats britanniques, qui fustige la prise de position du maire de Londres dans une opinion également publiée par The Times. Quitter l’UE, insiste-t-elle, revient à faire un pari « sur les droits et protection dont dépendent les travailleurs britanniques ».

Manon Flausch 22/02/201618:02

La Commission ne fera pas campagne contre le Brexit

Le 22 février, le porte-parole de la Commission, Margaritis Schinas, a indiqué que les institutions de la Commission et son président, Jean-Claude Juncker, ne feraient pas campagne pour le référendum britannique du 23 juin. Le commissaire britannique, Jonathan Hill, responsable de la question du Brexit, suivra également cette consigne. Avant le référendum grec de l’année dernière, Jean-Claude Juncker avait fait un discours passionné, implorant les Grecs à voter « oui ». En vain, puisque le camp Oxi (« non »), l’avait remporté. Margaritis Schinas a refusé d’indiquer si cette décision avait été prise par peur qu’une campagne de Bruxelles ne donne du poids au camp eurosceptique.

Manon Flausch 22/02/201617:30

Europol prévient que le Royaume-Uni sera plus vulnérable aux attentats et au crime organisé en cas de Brexit « Je remarque que le Royaume-Uni dépend très clairement de l’UE en ce qui concerne la sécurité de ses intérêts », a assuré le Britannique Rob Wainwright, directeur de l’organisation européenne de coordination policière. « Si le Royaume-Uni quitte l’Union européenne, il ne sera plus un membre d’Europol, c’est très clair. Il n’aura plus les avantages dont il dispose actuellement, comme un accès direct à notre base de données, la possibilité de participer à nos projets en matière de renseignement ainsi que d’autres sujets. »

Un argument à l’opposé de celui du ministre britannique du Travail, Iain Duncan Smith, qui affirme que rester dans l’UE exposerait le Royaume-Uni à des attentats comme ceux de Paris. Le maintien ou non du Royaume-Uni dans l’UE divise profondément le parti conservateur de David Cameron. Cinq ministres Tory – dont le titulaire du portefeuille de la Justice, Michael Gove – et le maire de Londres, Boris Johnson, sont favorables à un départ.

Manon Flausch 22/02/201611:08

Dimanche, Boris Johnson, charismatique maire de Londres et député conservateur extrêmement populaire, a annoncé qu’il ferait campagne pour la sortie du Royaume-Uni de l’UE, un revers pour le Premier ministre David Cameron quatre mois avant le référendum sur la question.

L’argument de Boris Johnson se concentre essentiellement sur la souveraineté du pays : le Royaume-Uni a toujours été indépendant et doit le rester, or l’UE menace une partie de cette souveraineté, argue-t-il. De nombreux observateurs estiment cependant que cette prise de position a surtout pour objectif son avancement politique.

Manon Flausch 22/02/201611:00

La date du référendum britannique sur l’UE a été fixée au 23 juin.

Le référendum du Brexit se tiendra le 23 juin prochain

David Cameron a annoncé qu’il convoquerait un référendum sur le maintien de l’UE le 23 juin. Il compte sur son accord arraché à Bruxelles vendredi pour convaincre les Britanniques de rester dans l’UE. Mais son camp est très divisé et la partie s’annonce serrée. Un article de notre partenaire La Tribune.

EurActiv.fr

Marion Candau 20/02/201617:23

Chronologie : Un nouvel arrangement pour le Royaume-Uni dans l’UE

Manon Flausch 20/02/201610:36

Conclusions du sommet

Cameron arrache un accord sur l’adhésion du Royaume-Uni

Le Premier ministre britannique fera campagne pour que le Royaume-Uni reste dans l’UE après s’être finalement accordé avec ses 27 homologues le soir du 19 février.

EurActiv.fr

Marion Candau 20/02/201609:49

La date précise du vote promis il y a trois ans pourrait être annoncée samedi matin à l’issue d’un conseil des ministres au sein duquel David Cameron aura identifié ses

soutiens et ses opposants. Il fait également face à un puissant courant eurosceptique dans son propre Parti conservateur.

L’accord, adopté après un premier échange de vues jeudi soir et une journée d’intenses tractations vendredi, « renforce le statut spécial de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne », a dit le président du conseil européen, Donald Tusk.

Mais cela sans « dérogation aux règles » européennes, a souligné François Hollande. « Il n’y a pas de révision prévue des traités et de droit de veto du Royaume-Uni sur la zone euro, ce qui pour la France était très important », a ajouté le président français.

Il s’agissait d’une « ligne rouge » à ne pas franchir pour la France, mais aussi la Belgique ou le Luxembourg. « Il n’y aura pas de veto et le texte (de l’accord) le dit très clairement », a insisté le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

« C’est un compromis équitable, qui ne nous a pas été facile sur chaque problème », a souligné la chancelière allemande Angela Merkel, en estimant que les partenaires de M. Cameron n’avaient « pas fait trop de concessions ».

Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi s’est contenté d’un commentaire désenchanté, jugeant nécessaire de parler de l’avenir de l’Europe et pas seulement de la place qu’y prennent les Britanniques « parce qu’il y a un risque qu’on perde de vue le rêve européen originel ».

Marion Candau 20/02/201609:46

Avec ce compromis en main, arraché au terme d’une deuxième

soirée de sommet, le Premier ministre britannique va désormais plaider pour le maintien du Royaume-Uni dans l’UE, dans la perspective d’un référendum qui pourrait se tenir dès le 23 juin.

« Je pense que cela suffit pour recommander que le Royaume-Uni reste dans l’UE », a-t-il déclaré vendredi soir, évoquant « un moment historique » pour son pays.

Manon Flausch 20/02/201609:30

Le mécanisme de « frein d’urgence » pourra durer sept ans. L’indexation des allocations familiales débutera en 2020 et s’appliquera apparemment à tous les États membres, ce dont s’est félicité le Premier ministre danois, qui a beaucoup insisté sur ce point. Comme prévu, le Royaume-Uni sera exempté de la clause prévoyant une union toujours plus intégrée

L’accord contient également une clause « d’autodestruction », qui assurerait que d’autres États ne suivent l’exemple du Royaume-Uni et renégocient leur adhésion.

Manon Flausch 20/02/201609:30

Lars Løkke Rasmussen, le Premier ministre danois, a félicité son homologue britannique : David Cameron s’est battu pour le Royaume-Uni. Un accord positif pour le R-U et l’UE.

Manon Flausch 20/02/201609:29

Peu avant 22 heures, les chefs d’État et de gouvernement européens sont parvenus à un accord sur les mesures à adopter pour éviter un Brexit.

Aline Robert 19/02/201619:49

Aline Robert 19/02/201619:31

Aline Robert 19/02/201619:31

Faut-il faire un référendum en France sur le brexit demande un auditeur de france Inter à François Hollande ? “Je ne vais pas demander leur avis aux Français. Si les Britanniques veulent sortir, je le regretterai, mais j’en prendrai acte, c’est leur décision.”

Aline Robert 19/02/201618:57

Aline Robert 19/02/201618:57

“L’Europe a les moyens juridiques d’empêcher un pays de froisser les principes démocratiques. Je l’ai plusieurs fois évoqué avec le président de la Commission. Lorsqu’il y a des atteintes aux média, aux droits de l’homme, on peut suspendre un pays du droit de rester dans l’UE”. “Pour l’instant la Pologne et la Hongrie n’ont pas été sous ces procédures, mais si un parti d’extrême-droite prenait le pouvoir, ce serait possible”, a assuré François Hollande sur France Inter vendredi soir.

Aline Robert 19/02/201618:52

Le président français s’est prononcé vendredi pour plus de fédéralisme au sein de l’UE, vendredi soir sur France Inter, avant de retrouver pour le dîner ses collègues chefs d’Etat.

“J’ai fait une proposition de gouvernement de la zone euro, avec un Parlement et un budget de la zone euro. Ce qui nous permettrait d’investir dans la défense, les industries d’avenir comme le numérique. L’Europe doit avoir les meilleures connaissances en la matière. Nous allons lancer ce projet qui nous fera basculer dans une autre ère. Nous avons fait Airbus, l’espace avec l’ESA, il faut faire la même chose pour le numérique et nous allons le faire. ” “On doit rentrer dans plus de fédéralisme, notamment en matière de défense. Un budget et un gouvernement de la zone euro seraient une amorce de fédération budgétaire“.

Aline Robert 19/02/201618:47

A propos de l’agriculture, le président François Hollande a montré du doigt , sur France Inter vendredi, la nouvelle politique agricole commune, mise en place fin 2014. Une façon de reporter la responsabilité de la crise agricole sur son prédécesseur ?

“Sur le budget européen : il n’est pas possible d’accepter un budget européen, si la France ne garde pas l’essentiel de ce qu’elle donne pour son agriculture. On a démantelé une politique de soutien des prix à une politique d’aide aux agriculteurs. Nous avons gardé les mêmes enveloppes, mais nous avons choisi une nouvelle répartition, dont on voit les effets” a accusé le dirigeant.

Aline Robert 19/02/201618:43

L’Union bancaire continue de poser problème au Royaume-Uni, selon François Hollande. “La Grande Bretagne voudrait une supervision différente. Je ne peux pas l’accepter parce que les banques françaises n’auraient pas les mêmes contraintes sous prétexte qu’ils sont à Londres. Donc il faut que les règles de supervision bancaire soient les mêmes. Si on a d’autres supervisions à faire, il faut que le Royaume-Uni puisse nous suivre. Il ne doit pas y avoir de statut particulier pour la City.”

Aline Robert 19/02/201618:39

Aline Robert 19/02/201618:38

“L’Allemagne ne pourra pas accueillir des dizaines de millions de réfugiés. Je ne veux pas que l’Allemagne décide un jour de fermer ses frontières à cause de celà. Donc il faut gérer la question des réfugiés” explique François Hollande.

Aline Robert 19/02/201618:34

Interviewé sur France Inter, François Hollande a insisté sur la question des réfugiés, tout en établissant qu’il existe, dans les négociations du Conseil européen, un lien entre Brexit et réfugiés.

“Il y a encore 80.000 réfugiés qui arrivent chaque mois par la Turquie. Si Schengen n’est plus appliqué, les réfugiés vont rester en Grèce qui a déjà des difficultés considérables. Alexis Tsipras veut avoir la certitude que les frontières intérieures ne seront pas fermées pour être d’accord avec les demandes du Royaume-Uni” Si c’est la fin de Schengen, c’est la fin de l’Europe. Ce qui permet une économie plus dynamique disparaitrait. Si on rétablit sa frontière, on peut rétablir sa monnaie, et au final l’Europe se disloque. Donc on avance vers une dislocation lente, molle de l’UE.”

Marion Candau 19/02/201617:27

Le Premier ministre belge, Charles Michel, est désormais satisfait de la formulation liée à une « union toujours plus intégrée ».

Néanmoins, deux pierres d’achoppement persistent :

1) La question des aides sociales pour les travailleurs européens au Royaume-Uni, à laquelle s’opposent toujours les pays d’Europe centrale et de l’est du groupe de Visegrád.

Sur ce point, des sources européennes ont déclaré à Henriette Jacobsen, notre journaliste sur place, que les discussions tournaient actuellement autour de l’indexation des allocations familiales et de la manière de l’appliquer au Royaume-Uni seulement pour apaiser les pays de Visegrád.

Le Premier ministre danois, Lars Løkke Rasmussen serait furieux. Si la Grande-Bretagne reçoit un traitement spécial, alors Copenhague veut la même chose. Il a déclaré qu’il ne pourrait pas justifier un tel accord dans son pays. « Les Danois sont clairs là-dessus ».

2) Le Refus de la France de donner au Royaume-Uni un statut spécial en ce qui concerne le règlement uniforme, pour réglementer le secteur financier.

Marion Candau 19/02/201616:56

Les discussions européennes sur une renégociation des relations avec le Royaume-Uni sont à un moment « critique » et la session plénière prévue vendredi dans l’après-midi a été repoussée au dîner, a appris Reuters de source européenne.

Les délégations des chefs d’État et de gouvernement des Vingt-Huit ont été priées de prendre les dispositions nécessaires pour prolonger d’une nuit leur séjour à Bruxelles.

Marion Candau 19/02/201616:54

Sur son compte Twitter, le secrétaire d’Etat tchèque aux Affaires européennes, Tomas Prouza, s’est dit “de plus en plus perplexe à mesure que le temps passe devant l’approche britannique de refus de toute négociation”.

“Plutôt peu orthodoxe, pour ne pas dire plus”, a-t-il ajouté dans ce tweet publié dans l’après-midi.

Manon Flausch 19/02/201615:51

Deuxième jour de sommet européen. La Chancelière Angela Merkel discute avec le Premier ministre David Cameron.

Manon Flausch 19/02/201615:50

Une source au sein des institutions a confié à Jorge Valero que les dirigeants avançaient sur la question d’une union toujours plus intégrée, malgré les réticences de la Belgique. Les négociateurs sont parvenus à alléger le texte, qui contenait des passages répétitifs sur le caractère unique, exceptionnel du Royaume-Uni. À la demande de la Belgique, le texte mentionne à présent la possibilité pour les autres États de continuer l’intégration. Lors de la prochaine modification des Traités, une phrase sera ajoutée pour exempter le Royaume-Uni de cette clause particulière.

Des progrès ont également été réalisés sur l’influence des pays qui n’utilisent pas la monnaie unique sur les affaires internes de la zone euro. Le Conseil des Ministre des Finances (Ecofin) pourra à l’avenir référer le sujet aux chefs d’État et de gouvernement si les intérêts nationaux sont en danger.

Selon les informations obtenues par EurActiv, ce mécanisme pourra être activé par un seul État membre, au lieu des deux ou trois prévus par la proposition initiale. Ce dernier point plaira à David Cameron, qui voulait que la Grande-Bretagne puisse remettre en question des décisions de la zone euro sans devoir chercher d’allié.

Marion Candau 19/02/201614:59

La Grèce a demandé à ses partenaires européens de maintenir le statu quo sur les frontières jusqu’au 6 mars, date prévue du sommet UE-Turquie, sous peine de bloquer les conclusions du sommet en cours à Bruxelles consacré également au Brexit, a appris l’AFP vendredi de source gouvernementale.

L’arrivée de plus d’un million de réfugiés et de migrants en Europe l’année dernière a fait réagir certains pays de l’Europe centrale qui ont imposé des restrictions sur leurs frontières. La Grèce, porte principale d’entrée des migrants, a peur que des milliers des réfugiés soient bloqués sur son territoire après ces restrictions unilatérales. La chancelière allemande Angela Merkel « s’est engagée à ne pas changer sa position d’ici le 6 mars. Nous demandons aux autres pays membres de faire la même chose », a ajouté cette source officielle sous couvert de l’anonymat.

Manon Flausch 19/02/201614:49

Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a rencontré la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président français, François Hollande, en marge du sommet. Alexis Tsipras leur a demandé de l’aider à mettre en place rapidement une solution à la crise des réfugiés. Ils ont également discuté de la première évaluation du programme de renflouement, toujours pas terminée. Selon les informations obtenues par EurActiv, Angela Merkel et François Hollande ont accepté de tenter d’accélérer l’évaluation.

Marion Candau 19/02/201614:40

Manon Flausch 19/02/201612:30

Deux sujets posent particulièrement problème :

1) La clause dite « d’autodestruction » de l’accord. Cette clause a été introduite par la France et la Belgique, qui espèrent empêcher Londres de recommencer à discuter de ses conditions d’adhésion plus tard, en cas de victoire des eurosceptiques lors du référendum. La clause empêche également l’organisation d’un deuxième référendum. 2) Les conditions et limites éventuelles du mécanisme de « frein d’urgence », qui a pour objectif de limiter sérieusement les prestations sociales perçues par les travailleurs européens en Grande-Bretagne. Selon une source française, le mécanisme pourrait être limité à deux conditions : A) l’arrivée d’un grand nombre de travailleurs, qui déstabilise le marché du travail ou le système de sécurité sociale du pays en question; B) une justification valable; C) une durée d’application limitée; D) l’approbation (par vote à la majorité qualifiée) du Parlement, du Conseil et de la Commission.

Une partie de la difficulté repose sur le fait que les textes instaurant ce mécanisme doivent en théorie pouvoir s’appliquer à tous les pays, mais n’être en pratique utilisable que par le Royaume-Uni. En cas de victoire du camp pro-UE au référendum, la Commission serait prête à présenter dès le lendemain une déclaration assurant que le Royaume-Uni remplit toutes les conditions pour l’activation du mécanisme, explique un diplomate.

Marion Candau 19/02/201611:20

Le Brexit lui fait de l’ombre, pourtant la crise des réfugiés est un enjeu majeur de ce Conseil européen. Le groupe de Visegrad – Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie – s’oppose au projet de David Cameron d’interdire les aides sociales aux migrants européens, et continue parallèlement à refuser le système de répartition des migrants par quotas.

« Les pays d’Europe centrale et de l’Est n’ont pas l’habitude de cohabiter avec des citoyens d’Afrique du Nord ou du Moyen-Orient », a assuré un diplomate polonais contacté par EurActiv.

La Pologne dit ne pas pouvoir cohabiter avec des gens du Moyen-Orient

Varsovie s’oppose toujours au système de répartition des migrants par quotas. Un diplomate assure que son peuple ne peut cohabiter avec des ressortissants du Moyen-Orient.

EurActiv.fr

Marion Candau 19/02/201610:58

La France ne semble pas disposée à faire de grandes concessions à Cameron. En effet, tout passe-droit accordé à la Grande-Bretagne fera le jeu de Marine Le Pen, qui a publiquement déclaré qu’elle avait l’intention d’emboiter le pas à David Cameron et de demander un référendum sur un « Frexit ».

François Hollande, qui évalue ses chances de réélection l’année prochaine, ne veut certainement pas faire de faveur au Front national, bien parti pour être l’un de ses principaux adversaires aux élections présidentielles de 2017.

Marion Candau 19/02/201610:50

Hier, David Cameron a déclaré vouloir actionner le frein d’urgence durant sept ans, avec la possibilité de le prolonger pendant deux fois trois ans.

Cameron veut exclure les Européens de l'aide sociale pour 13 ans

Le Premier ministre britannique  veut que le « frein d’urgence » pour stopper les aides sociales accordées aux expatriés européens dure jusqu’à 13 ans.

EurActiv.fr

Marion Candau 19/02/201610:40

La renégociation britannique reprend à 11h ce matin avec un nouveau cycle de discussions bilatérales. Un déjeuner est ensuite prévu à 13h30.

Étant donné le caractère virulent des négociations d’hier soir, les dirigeants européens risquent de ne pas parvenir à un accord aujourd’hui. Reste maintenant à savoir si Donald Tusk décidera de prolonger le sommet samedi (20 février) ou de le clore et d’en organiser un deuxième et peut-être un troisième pour régler la question britannique.

Cette dernière option semble la plus probable puisque David Cameron a lui-même assuré qu’il était « plus important de faire les choses bien que dans la précipitation ».

Marion Candau 19/02/201610:40

Manon Flausch 19/02/201610:30

« Il est positif que l’UE et la Turquie partagent le fardeau, mais, en plus de la protection des frontières et de la lutte contre les passeurs, nous devons mettre en place une immigration légale vers l’UE », a assuré la chancelière allemande, Angela Merkel, à son arrivée au sommet européen le 18 février.

http://video.euractiv.com/services/player/bcpid3742171636001?bckey=AQ~~,AAAAtkVb0Mk~,nLVKeW1x46IHpQc9vcCNOrO1qRr8HmMq&bctid=4762421796001 http://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/video/merkel-noublie-pas-limmigration-legale/

Aline Robert 19/02/201608:45

Les dirigeants européens se retrouvent à 11 heures, avant un déjeuner à 13h30

Aline Robert 19/02/201608:01

Les dirigeants européens ont discuté durant la majeure partie de la nuit, avant de se quitter autour de 5H30 du matin sans visiblement avoir conclu d’accord. David Cameron n’a pas fait de commentaire en quittant les locaux bruxellois du Conseil, contrairement à Donald Tusk qui avait résumé la situation en ces termes jeudi soir :

“Nous avons fait des progrès, mais beaucoup reste à faire” avait expliqué le Premier ministre polonais”.

Aline Robert 18/02/201618:07

Traditionnelle photo des 28 dirigeants européens avant leurs palabres. Avec Jean-Claude Juncker, président de la Commission, Martin Schulz, président du Parlement européen, et Donald Tusk, président du Conseil européen

Aline Robert 18/02/201617:53

François Hollande, à son arrivée à Bruxelles : “Chacun doit avoir une reconnaissance de sa situation, et la France peut aujourd’hui avancer un certain nombre de revendications, notamment sur la crise agricole, ou sur les questions économiques, sur la croissance. Mais on ne peut pas empêcher l’Europe d’avancer. C’est l’esprit qui est le mien.”

Marion Candau 18/02/201617:10

Dernier face à face entre Donald Tusk et David Cameron avant un sommet décisif pour l’avenir du Royaume-Uni

Aline Robert 18/02/201617:06

Pour Manuel Valls, un accord sur le Brexit est souhaitable. “Nous le croyons et nous l’espérons. Parce que le départ de la Grande-Bretagne signifierait un choc dont on a du mal à imaginer les conséquences pour l’Europe (…) Un choc pour l’Europe, mais surtout un choc sur le regard que le monde porterait sur l’Europe qui connaîtrait ainsi une crise

Marion Candau 18/02/201616:00

Qui est assis à côté de qui ? Plan de table du sommet

Aline Robert 18/02/201616:58

La Suède, qui a accueilli 163.000 demandeurs d’asile, manque de place. Elle annonce aujourd’hui son souhait d’abriter 1800 d’entre eux en mer, sur un vieux paquebot du nom d’Ocean Gala, selon l’AFP. Le pays est en première ligne pour évoquer la question des réfugiés, qui sera abordée lors du dîner des 28 à Bruxelles jeudi 18 février.

Marion Candau 18/02/201616:56

Et du côté du Parti socialiste européen, petite photo de famille… https://twitter.com/pierremoscovici/status/700311272286515200

Aline Robert 18/02/201616:53

Les partisans du bremain, pour que le Royaume-Uni demeure dans l’UE, ne cessent d’évoquer les problèmes auxquels l’archipel serait confronté en cas de Brexit. C’est le cas de Pierre Vimont, l’ancien secrétaire général du Haut Secrétariat aux Affaires étrangères de l’UE.

Un Brexit serait cauchemardesque pour le Royaume-Uni

Si les Britanniques décident de quitter l’UE, la procédure de divorce sera extrêmement compliquée, selon les spécialistes.

EurActiv.fr

Marion Candau 18/02/201616:50

Au lendemain de sa mise en examen, Nicolas Sarkozy, président des Républicains, se rend au sommet du PPE.

Aline Robert 18/02/201616:30

Marion Candau 18/02/201616:29

Aline Robert 18/02/201616:04

« Ca va être difficile. Je vais me battre pour la Grande-Bretagne. Si nous pouvons obtenir un bon accord alors j’accepterai. Mais je n’accepterai pas un accord qui ne réponde pas à nos besoins », a affirmé David Cameron devant soulignant que les négociations pourraient se prolonger (sous-entendu jusqu’à samedi.

L’homme politique a tout intérêt à faire croire qu’il a sérieusement croisé le fer avec ses partenaires européens, afin de convaincre sa population qu’il a obtenu un « bon accord ».

Il a pour celà le soutien d’Angela Merkel, qui a de son côté réaffirmé à son arrivée son souhait d’éviter le Brexit. Elle a aussi rapidement rencontré le président Hollande avant que le sommet ne démarre.

Marion Candau 18/02/201610:42

Le Parlement européen circonspect face aux demandes du Royaume-Uni

David Cameron n’a pas obtenu des eurodéputés une promesse d’approbation du mécanisme de « frein d’urgence » sur les aides sociales aux expatriés européens.

EurActiv.fr

Marion Candau 18/02/201608:33

La France refuse de détricoter l’Union bancaire pour plaire au Royaume-Uni

Malgré une journée de négociation marathon à Paris, Hollande et Cameron n’ont pu gommé leur divergences en matière de gouvernance économique.

EurActiv.fr

Marion Candau 17/02/201616:43

Cameron reçoit le soutien de Merkel à la veille du sommet sur le Brexit

La chancelière allemande Angela Merkel a apporté un soutien de poids aux demandes de réformes du Premier ministre britannique David Cameron à la veille d’un sommet européen décisif quant à l’avenir du Royaume-Uni au sein de l’UE.

EurActiv.fr

Manon Flausch 30/03/201611:29

Relâcher la pression pour éviter le Brexit?

La pression des médias et de la classe politique entraînent parfois une réaction inverse. Ce fut le cas lors du référendum grec de 2015 et du rejet de la France de la Constitution européenne en 2005. Un article d’EurActiv Grèce.

EurActiv.fr