Juncker s’insurge «contre tous les séparatismes en Europe»

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a assuré lors d’un forum universitaire qu’il était « contre tous les séparatismes en Europe », en référence aux velléités indépendantistes de la Catalogne. Un article de notre partenaire Euroefe.

« Vouloir une identité propre est un réflex compréhensible, mais vouloir opposer l’identité que nous avons […] à d’autres régions n’est pas une bonne chose. Je suis contre tous les indépendantismes en Europe », a déclaré le président de l’exécutif.

« Avec tout le respect que je dois à l’observation de la volonté populaire, ce qui se passe en Catalogne ne me plait pas », a ajouté Jean-Claude Juncker devant les étudiants de Science-Po Strasbourg, ville dans laquelle se réunissent cette semaine les eurodéputés en session plénière.

Catalogne, un État indépendant viable ?

Le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz estime que la région serait acceptée dans l’UE et deviendrait donc une économie indépendante viable, mais l’ancien président de l’autorité britannique des services financiers, Adair Turner, n’est pas tout à fait d’accord.

Au-delà de la crise en Catalogne, le président de la Commission souhaite poursuivre « le débat sur le rôle des régions dans l’Union européenne ». Il a rappelé que l’UE disposait d’un organe consultatif, le Comité des régions, où les régions pouvaient défendre leurs positions.

Jean-Claude Juncker s’est dit convaincu que dans 20 ou 30 ans, le grand match économique ne se jouera plus entre États, mais entre régions. Le responsable de l’exécutif veut donc les doter « des moyens dont elles ont besoin pour réaffirmer leur identité, pour faire valoir leur intérêt économique. C’est essentiel ».

« Ceux qui composent l’Europe, les peuples d’Europe, il n’y a pas qu’un seul peuple européen, voulaient que l’Europe respecte mieux les nations. Les nations ne sont pas une invention provisoire d’Europe. Elles sont faites pour durer », a-t-il poursuivi. « Mais ce n’est pas une raison pour se laisser emporter par des velléités indépendantistes. »