EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

26/08/2016

Vingt fonctionnaires français pressentis pour des hauts postes [FR]

Langues & Culture

Vingt fonctionnaires français pressentis pour des hauts postes [FR]

France_FlagEye.jpg

Jusqu’à vingt fonctionnaires français – et autant de Britanniques et d’Allemands – devraient faire leur entrée dans les cercles privilégiés des nouveaux commissaires européens. Un reportage d’EurActiv France.

En amont du vote de confirmation du Parlement européen prévu le 9 février, les 27 commissaires désignés de l’UE s’occupent de finaliser les équipes de collaborateurs qui doivent intégrer leurs cabinets.

Les règles pour constituer cette garde rapprochée sont strictes : pas plus de six conseillers, en plus d’un expert, pour chacun. Le président de la Commission, quant à lui, a le droit de s’entourer d’une douzaine de personnes. Mais dans les deux cas, trois nationalités au moins doivent être représentées.

Deux Français seulement figurent parmi les directeurs de cabinet de la Commission Barroso II, d’après les listes officieuses qui circulent à Bruxelles et dans les Etats membres (voir le LinksDossier d’EurActiv) contre cinq pour les Britanniques et quatre pour les Allemands. 

Même constat pour les porte-parole: trois seulement sont français. Un document interne que s’est procuré EurActiv montre qu’onze des vingt-six porte-parole qui ont déjà été désignés sont anglophones. Parmi ceux-ci, 7 sont anglais et 4 sont irlandais (EurActiv 22/01/10).

Cela correspond au nombre de citoyens français dans l’équipe de la Commission Barroso I, a dit un conseiller à la représentation permanente de la France auprès de l’UE à Bruxelles.

Cependant, une note interne émise par les services de M. Barroso souligne que les Britanniques, Français et Portugais sont surreprésentés dans les cabinets par rapport à leur population et leur poids politique (EurActiv 21/01/10).  

Il y a deux semaines, Jean-Pierre Raffarin, ancien premier ministre français, et envoyé spécial de la francophonie du président Nicolas Sarkozy, est venu à Bruxelles pour encourager un meilleur équilibre linguistique dans les institutions de l’UE (EurActiv 18/01/09). 

« L’important, c’est d’y être » 

« Sur les 14 commissaires qui sont restés, beaucoup ont gardé l’essentiel de leur cabinet », analyse Marco Incerti, chercheur au Centre for European Policy Studies, en donnant l’exemple de Catherine Ashton, passée du Commerce aux Affaires étrangères. 

« Même s’il est évident que les directeurs de cabinet sont plus haut dans la hiérarchie, ce n’est pas ce qui est le plus important », relativise-t-il, ajoutant que « l’important, c’est d’y être ». Aussi la stratégie consiste-t-elle à occuper des places dans le plus de cabinets possible, plutôt que de chercher à placer un maximum des directeurs de cabinet. 

Des noms français dans différents cabinets

Parmi les Français qui accéderaient à un poste de conseiller, on peut noter l’arrivée de Laurence de Richemont au cabinet de José Manuel Barroso. Elle dirigeait depuis le 1er septembre la représentation de la Commission européenne en France. 

Alice Guitton, une énarque de 32 ans, ancienne conseillère technique aux affaires multilatérales et stratégiques auprès de Bernard Kouchner devrait, elle, rejoindre le cabinet de la Haute représentante aux affaires étrangères de l’Union, Catherine Ashton. 

Les deux directeurs de cabinet français seront Olivier Guersent et Philippe Brunet, qui travailleront respectivement auprès de Michel Barnier et de la commissaire à la Culture Androulla Vassiliou. Philippe Brunet dirigeait déjà le cabinet de Mme Vassiliou lorsqu’elle était commissaire à la Santé.

Le commissaire au Marché intérieur et aux Services financiers Michel Barnier prendrait dans son équipe au moins deux Français: François Arbault, auparavant chez Jacques Barrot et Bertrand Dumont, en provenance du cabinet de la ministre française de l’Economie et des Finances, Christine Lagarde.

Un ancien conseiller aux Affaires internationales et européennes du ministère français de l’Agriculture, le Norvégien Georg Emil Riekeles, pourrait également intégrer l’équipe, à moins que la nationalité de ce non-Européen rebute les services de la Commission. Son nom est souligné avec des points d’exclamation dans le document interne de la Commission (EurActiv 21/01/10).

Au moins trois directeurs de cabinet adjoints travailleront également au Berlaymont : Stéphanie Riso, qui devrait passer de l’équipe de Joaquin Almunia à celle d’Olli Rehn ; Laurent Muschuel, qui quittera le cabinet de Jacques Barrot pour rejoindre celui de Cécilia Malmstrom et Guillaume Loriot, un ancien de la DG Concurrence qui deviendra directeur adjoint du cabinet de Joaquin Almunia.

Contexte

Basé sur les candidatures proposes par chaque pays, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a distribué les portefeuilles au sein de sa nouvelle équipe, qui sera composée de 27 membres, un pour chaque Etat membre (EurActiv 27/11/09).

Les cabinets sont des organes politiques composés des plus proches conseillers des commissaires. Ils sont dirigés par des chefs de cabinet, et leurs positions sont communiquées à l’extérieur par un porte-parole.

La nouvelle Commission européenne devrait entrer en fonction le 20 février, après l’audition de Kristalina Georgieva, la commissaire désignée bulgare et remplaçante pour Rumiana Jeleva, qui a été obligée de se retirer à la suite d’accusations de méfaits (EurActiv 20/01/10).

Prochaines étapes

  • 9 fév.: Vote de confirmation du nouveau collège de commissaires au Parlement européen.
  • 20 fév.: Probable prise de fonction de la nouvelle Commission européenne et annonce des membres des cabinets.

Plus d'information