EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

04/12/2016

Hollande rappelle à Trump que l’accord de Paris est « irréversible »

Changement climatique

Hollande rappelle à Trump que l’accord de Paris est « irréversible »

hollande-cop22

[Elysée/screenshot]

Le Président français a affirmé qu’il n’était pas envisageable de sortir de l’accord de Paris. Un message directement adressé au président élu Donald Trump, qui a promis de dénoncer les engagements climatiques pris en 2015 par son prédécesseur, Barack Obama.

Il n’y a pas de retour en arrière possible en matière de climat, a martelé le président François Hollande lors de son déplacement à la COP22 à Marrakech.

« Les États-Unis, première puissance économique du monde, deuxième émetteur de gaz à effet de serre, doivent respecter les engagements qui ont été pris », lancé-t-il lancé le 15 novembre. 

« Ce n’est pas simplement leur devoir, c’est leur intérêt, celui de la population américaine », a rappelé le président, affirmant que la France, « mènera ce dialogue avec les États-Unis et leur nouveau président, dans l’ouverture, dans le respect, mais avec exigence et détermination » et « au nom » de la centaine d’États qui ont déjà ratifié l’accord de Paris.

>>Lire : A la COP22, les pro-climat tentent de neutraliser les vents contraires

« Historique », l’accord de Paris est « irréversible en droit et en fait », mais aussi « dans les consciences », a enfin soutenu François Hollande.

 

Attendue, l’intervention de Hollande est venue rappeler l’engagement et la mobilisation de la France, qui a accueilli la COP 21 en 2015 et compte veiller à ce que ce succès diplomatique en reste un.

Mobilisation française

« Il était important que François Hollande affirme ainsi que la France restera mobilisée, comme d’autres pays, dans la lutte contre les changements climatiques, quelles que soient les décisions prises par Donald Trump. », s’est félicité Lucile Dufour, Reponsable des politiques internationales au Réseau Action Climat.

« Dans son discours, François Hollande a positionné la France comme le gardien du temple de l’Accord de Paris au niveau international. », a également salué Pascal Canfin, Directeur général du WWF France

Si la position française face à Donald Trump a été largement saluée, en matière d’engagement supplémentaire, le discours de François Hollande a laissé sur sa faim les observateurs. En effet, le président s’est contenté de réitérer les engagements de son pays…. déjà pris en 2015, notamment en matière de financement climat.

>>Lire : L’UE s’engage dans des promesses très théoriques de financement avant la COP 22

« Dans son discours, François Hollande ne fait que réaffirmer les engagements financiers déjà pris par la France. En ne mobilisant que 20 % des financements climat pour l’adaptation d’ici à 2020, elle est loin de répondre aux besoins croissants sur le terrain. », a pointé du  doigt Armelle Le Comte, chargée de plaidoyer Climat et énergie à Oxfam France.

Le président a en effet réaffirmé l’ambition française d’augmenter de 2 milliards d’euros par an d’ici à 2020 les financements climat de la France à destination des pays les plus vulnérables.

Une promesse que le président avait déjà faite en septembre 2015, avant l’ouverture de la COP 21 à Paris. La question des financements climat est pourtant cruciale pour atteindre l’objectif fixé à Paris de limiter le réchauffement climatique à 2°C.

>>Lire : Hollande donne un coup de pouce financier à la COP 21

Le président « s’est malheureusement contenté du service minimum en réitérant les engagements français pris vers la COP21 » a regretté Pascal Canfin.

La question des financements climat est un des principaux enjeux de cette COP 22 au Maroc. En effet, les pays doivent trouver 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020 pour financer des projets d’adaptation et d’atténuation dans les pays en développement.