EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

01/10/2016

Avec la pollution, les abeilles peinent à trouver les fleurs

Climat & Environnement

Avec la pollution, les abeilles peinent à trouver les fleurs

La pollution de l’air nuit-elle aussi aux abeilles? Selon une étude américaine publiée dans la revue Atmospheric Environment, l’ozone, même à des concentrations modérées, dégrade le parfum des fleurs, qui aide les butineuses à se guider. Un article de notre partenaire Le Journal de l’Environnement.

Pesticides, raréfaction des fleurs, fragmentation de l’habitat… autant de facteurs qui pourraient expliquer la crise que traversent les pollinisateurs, dont les abeilles. Il en est un rarement évoqué, mais qui pourrait avoir un impact important, en particulier en zone urbaine ou industrialisée : la pollution de l’air, en particulier celle à l’ozone.

Selon l’équipe de Kenneth Pratt, de l’université d’Etat de Pennsylvanie, l’ozone réagit chimiquement avec les composés organiques dégagés par les fleurs, et qui aident les pollinisateurs à repérer leur prochain repas. Par exemple, l’alpha-pinène survit presque 40 heures dans un air pur, mais moins de 10 heures lorsque l’ozone s’élève à 60 parties par milliard (ppm), voire moins d’une heure lorsqu’il grimpe à 120 ppm.

Spécialistes et généralistes

Résultat : les fleurs pourraient être repérées moins facilement par les pollinisateurs. Le problème se pose aussi bien pour les espèces spécialistes, qui se focalisent sur une seule molécule, que sur les généralistes, qui préfèrent des « bouquets » de molécules: en raison de l’action différente de l’ozone sur les divers composés, le mélange qui en résulte diffère largement de celui qu’il serait dans un air non pollué.

Selon le résultat des 90 000 modélisations mathématiques menées par les chercheurs, il ne faudrait que 10 minutes pour que 20 % d’une population d’abeilles découvre la source d’émission du bêta-caryophyllène. Du moins dans un air sans ozone : lorsque sa concentration monte à 20 ppm, il leur faut trois heures. Et les résultats sont les mêmes pour les six autres molécules sur lesquelles les chercheurs se sont penchés.

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), 9,2 % des espèces d’abeilles européennes sont menacées d’extinction, soit 178 sur les 1.942 étudiées, dont 39 présentes uniquement en Europe. Un chiffre probablement très sous-estimé : pour près de 57 % des espèces, on ne dispose pas de données.

logo JDE