Climat: les pays du Nord sont loin des 100 milliards promis

La dernière session officielle des négociations climatiques s'est ouverte le 19 octobre à Bonn. [UNFCCC]

Un rapport de l’OCDE fait le compte des flux financiers Nord-Sud dédiés à la lutte contre le changement climatique. Verdict: il faudra faire mieux pour pouvoir effectivement verser 100 milliards de dollars par an aux pays en développement à partir de 2020. Un article de notre partenaire le Journal de l’Environnement. 

Les pays en développement ont du mouron à se faire. Voilà des années qu’ils réclament aux nations les plus développées de l’aide, technique mais surtout économique, pour faire face aux conséquences des changements climatiques.

>>Lire : Les financements pour le climat se font attendre

Leur demande n’est pas illogique. Les pays du Sud subissent d’ores et déjà certains effets d’un réchauffement (événements climatiques extrêmes, sécheresse, montée du niveau de la mer) qui est le fruit du développement et de l’expansion économique des pays du Nord.

>>Lire : Le flou sur les financements handicape les négociations climatiques

Le World Resource Institute (WRI) s’est amusé à faire le calcul: entre 1850 et 2011, les Etats-Unis, les pays composant l’Union européenne, la Russie, le Japon et le Canada ont été à l’origine de 66% des rejets anthropiques de CO2.

Clé de voute

A l’issue du sommet climatique de Copenhague, en décembre 2009, les pays les plus industrialisés se sont engagés à soutenir financièrement ceux du Sud. D’une part, en fournissant une sorte d’aide d’urgence, entre 2010 et 2012 (pour un montant total de 30 milliards de dollars -26,7 milliards d’euros). D’autre part, en mobilisant «100 milliards de dollars (89 milliards d’euros) par an d’ici 2020 pour répondre aux besoins des pays en développement».

Au fil des ans, ces 100 milliards sont devenus l’une des clés de voute des tractations en cours. A chaque round, les diplomates des pays du Sud exigent des précisions sur les moyens que mettront en œuvre leurs riches partenaires pour tenir leur engagement de Copenhague. Et au vu des réponses dilatoires qui leur sont souvent faites, on comprend leur inquiétude.

+18% en un an

Inquiétude qui ne sera pas dissipée par l’OCDE. Mercredi 7 octobre, l’organisation économique, basée à Paris, a publié un rapport sur les financements climatiques à l’aune des fameux 100 milliards. En gros, pourrons-nous tenir nos promesses? Ce n’est pas certain.

>>Lire : Le financement de la transition climatique peine à décoller

En 2014, souligne l’étude, le bilan de la finance carbone dédié au Sud a certes progressé: le flux monétaire Nord-Sud a flirté l’an passé avec les 62 millirads de dollars, contre 52,2 en 2013. Mais cinq ans avant l’échéance, on est loin des 100 milliards promis à Copenhague.

Eolien, investissement star

L’essentiel vient des aides publiques bilatérales (37%), des prêts, dons et subventions accordés par les banques d’aide multilatérale (33%) et des projets cofinancés par le secteur privé (27%). Plus des deux tiers (77%) de cette manne sont consacrés à l’atténuation (la réduction des émissions de gaz à effet de serre), contre 16% pour l’adaptation.

D’un montant faible (1,6 milliard), les crédits à l’export sont stables. Ils permettent essentiellement aux pays du Nord d’exporter vers leurs clients du Sud des éoliennes (72% du montant des crédits) et des centrales photovoltaïques (22%).

Nouvelles ressources

Le Nord pourra-t-il tenir sa promesse de Copenhague? Peu probable si rien ne change rapidement. En début de semaine, un rapport du Sénat français proposait de réorienter, notamment vers les pays les moins avancés, les financements climatiques tricolores. Cela ne suffira évidemment pas.

En attendant une réallocation des financements du secteur privé vers l’économie faiblement carbonée, les observateurs attendent toujours un coup de pouce gouvernemental. L’Union européenne doit prochainement arrêter sa position sur son projet de taxe sur les transactions financières. Les regards se tournent aussi vers Lima où, dans quelques jours, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international doivent annoncer leur programme climatique des prochaines années.

>>Lire : Un rapport table sur la TTF européenne pour financer le climat

logo JDE

La planète a largement condamné la décision du président américaine de sortir de l'accord de Paris. Macron promet des initiatives dans les jours qui viennent sur le climat.

logo JDE

Réactions

« Malgré les efforts notables des gouvernements français et péruvien pour parvenir à un consensus concernant l’objectif des 100 milliards de dollars, le message qui ressort de ce rapport de l'OCDE est plutôt clair : les pays et les communauté les plus vulnérables sont encore les grands perdants des financements climat » a déclaré Romain Benicchio, porte-parole d’Oxfam France. « Si les Ministres des Finances, qui se réuniront vendredi 9 octobre à Lima, veulent s’assurer que l'accord de Paris donnera la priorité à ceux qui sont en première ligne du changement climatique, ils doivent augmenter considérablement les financements publics destinés à l'adaptation des populations les plus vulnérables avant 2020. Ils doivent également s’assurer que la question des financements pour la période post 2020 sera inscrite dans l’accord de Paris. »

Contexte

Les pays développés se sont engagés à apporter 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020 à la lutte contre le changement climatique, dont une partie doit transiter par le Fonds vet pour le climat. Cette somme promise par la communauté internationale doit soutenir les pays en développement dans la limitation de leurs émissions de gaz à effet de serre et leur adaptation aux effets du changement climatique.

Cet engagement ne couvre par l'intégralité des besoins pour financer la réduction des gaz à effet de serre au niveau mondial, qui sont estimés entre 500 milliards et 1500 milliards d’euros par an.

Prochaines étapes

  • décembre 2015: 21e édition de la Conférence des parties (COP 21) - Paris Climat 2015