EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

27/07/2016

La Commission n’ose pas s’attaquer aux toasts britanniques

Climat & Environnement

La Commission n’ose pas s’attaquer aux toasts britanniques

Le toast, institution britannique.

[Brian A Jackson/Shutterstock]

La Commission a mis au placard un projet de loi contre les grille-pains gourmands en énergie, de peur qu’ils ne fournissent des arguments aux eurosceptiques. Un article de notre partenaire, The Guardian.

L’UE prévoit de nouvelles réglementations sur l’efficacité énergétique d’une série de produits, comme les téléphones mobiles, les ascenseurs, les sèche-cheveux, ou les distributeurs automatiques. L’annonce de bouleversements dans le paysage des grille-pains et des bouilloires électriques, appareils indispensables à la vie – et au cultissime tea – des Britanniques, n’a cependant pas fait que des heureux. Ces mesures permettraient pourtant d’éviter l’équivalent de 10 millions de tonnes d’émissions de CO2 par an d’ici 2030, aidant ainsi les États membres à se rapprocher de leurs objectifs d’efficacité et les consommateurs à réduire leurs factures.

Selon des sources européennes, la Commission a décidé de geler la proposition, qui est prête depuis des mois et aurait dû être présentée l’année dernière. Aucune explication officielle n’a été fournie, mais certains fonctionnaires estiment que le retard est lié au référendum britannique sur l’Europe, qui aura lieu le 23 juin.

« On parle tout le temps du Brexit, comme vous pouvez l’imaginer », a déclaré un fonctionnaire au Guardian. Les campagnes des tabloïds eurosceptiques sont « indissociables de l’élaboration de politiques européennes », assure-t-il.

Selon les informations obtenues par le Guardian auprès de l’industrie, les projets législatifs seraient « bloqués au niveau du cabinet » à la Commission, de peur des représailles des tabloïdes britanniques.

« Je pense que [ce retard] est lié au contexte politique et au référendum britannique », estime Sylvie Feindt, directrice de Digital Europe, qui représente les entreprises comme Apple, Google et Microsoft à l’UE. « Les règles sur l’écoconception ont été contestées et la réaction de la presse a été très négative. La Commission est peut-être particulièrement sensible à cela. »

Les toasts à la une

La remise aux calendes grecques des propositions n’a cependant pas évité que la presse s’y intéresse après un tweet de l’eurodéputé UKIP David Coburn, qui accuse les réglementations européennes d’avoir rendu son grille-pain moins efficace. Une accusation complètement fantaisiste, puisque les réglementations sont encore au stade de projet.

David Coburn assure cependant que s’il a dû remettre quatre fois son toast à griller avant d’obtenir un croustillant satisfaisant, c’est la faute à Bruxelles. « Ils ont tout à fait affaibli [les grille-pains], c’est pour ça qu’on n’obtient plus de toast décent », s’est-il plaint sur Buzzfeed, après son tweet remarqué.

Claude Turmes, eurodéputé vert qui a participé aux négociations du paquet sur l’efficacité énergétique, pense également que ce sont les réactions hostiles d’une partie de la presse qui ont causé le retard. «Le Brexit et le populisme de la presse, illustré par les articles sur les grille-pains, sont apparemment la raison du retard des réglementations », a-t-il déclaré.

Pourtant, les mesures d’écoconception sont l’un des moyens les plus rentables de réduire les émissions de gaz à effet de serre et ont été soutenues sans hésitation par les gouvernements britanniques, y compris celui de David Cameron, explique l’eurodéputé.

Les propositions législatives forceraient les entreprises à améliorer la durabilité, le caractère réparable, la mise à jour et la recyclabilité de leurs produits. Le site de la campagne Coolproducts estime par exemple que les réglementations d’écoconception sur les ampoules, les chaudières et les fonctions de veille des appareils électriques pourraient permettre aux Européens d’économiser 79 milliards d’euros par an d’ici 2020, soit une moyenne annuelle de 350 euros par foyer.

Contexte

 

La directive de l'UE sur l'écoconception introduit des exigences écologiques obligatoires pour les produits consommateurs d'énergie vendus dans les 27 États membres.

Elle couvre actuellement 40 groupes de produits, dont les chaudières, les ampoules électriques et les réfrigérateurs, qui sont responsables de 40 % des émissions de gaz à effet de serre dans l'UE.

Cette directive vise à obliger les fabricants de ces produits à réduire, dès la phase de conception, la consommation d'énergie et l'impact de ces produits sur l'environnement.

Plus d'information