EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

26/09/2016

La Norvège va boycotter les bandits climatiques

Climat & Environnement

La Norvège va boycotter les bandits climatiques

Le fonds de pension gouvernemental norvégien prendra en compte le critère de l'environnement dans ses futurs investissements.

[Shutterstock/Alis Leonte]

Le fonds de pension gouvernemental norvégien,  le plus important du monde, n’investira plus dans les entreprises participant de manière « inacceptable »  au réchauffement climatique. 

Les étudiants et les universitaires anglo-saxons en rêvent depuis des mois. La Norvège va le faire. Dans un communiqué mis en ligne ce vendredi 10 avril, le gouvernement norvégien annonce l’introduction de nouveaux critères d’exclusion pour le fonds de pension gouvernemental (GPFG).

Le principe est de ne plus prendre de participations dans les entreprises qui contribuent, «de façon inacceptable à accroître les émissions de gaz à effet de serre».

Proposé par un groupe de trois experts, le critère d’exclusion ne sera toutefois pas facile à appliquer. Le GPFG ne pourra boycotter, par exemple, un secteur d’activité dans son ensemble, ni les émetteurs d’une famille de gaz à effet de serre, précise le communiqué.

Pas de menace pour les charbonniers

Les producteurs et les consommateurs de charbon devraient ainsi passer au travers des gouttes: «Le gouvernement considère que l’exclusion pour des considérations éthiques de tous les producteurs de charbon ou de pétrole ne serait pas appropriée», confirme Oslo.

A la tête de l’équivalent de 1,3% de la capitalisation boursière mondiale, le fonds souverain norvégien est régi par des règles qui lui interdisent d’investir dans des groupes coupables de violations des droits de l’homme, recourant au travail des enfants, fabriquant des armes particulièrement inhumaines ou encore produisant du tabac.

Ces dernières années, le CPFG s’est déjà désengagé de dizaines d’entreprises (extraction de charbon, sables bitumineux, production de ciment…) dont le modèle économique est, selon lui, insoutenable tant sur le plan environnemental que climatique.

Le fonds de pension gouvernemental norvégien prendra en compte le critère de l’environnement dans ses futurs investissements.

Article publié sur le Journaldelenvironnement.net

logo JDElogo JDE