EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

11/12/2016

Le commissaire Cañete mis en cause dans les Panama Papers

Climat & Environnement

Le commissaire Cañete mis en cause dans les Panama Papers

Le Panama est connu pour abriter discrètement les actifs du monde entier

La femme du commissaire au climat, ainsi que ses fils, seraient actionnaires d’une société panaméenne que M. Cañete n’a pas mentionnée dans sa déclaration de conflit d’intérêts.

De nouvelles fuites mettant à jour les montages financiers complexes de milliers de personnalités dans le paradis fiscal du Panama ont été révélées dimanche 3 avril.

Parmi les habitués du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca, dont de nombreuses données ont été transmises au Suddeutsche Zeitung puis à une centaine de médias dans le monde par le biais du  Consortium international des journalistes d’investigation, est citée la femme du commissaire au climat actuel, Miguel Arias Cañete.

Le candidat espagnol avait déjà été mis sur le grill par le Parlement européen lors de sa candidature à la Commission, en raison des actions qu’il détenait dans des sociétés pétrolières. À l’époque, une pétition signée par 580.000 personnes avait demandé au Parlement européen de ne pas nommer M. Cañete.

>>Lire : Le commissaire Canete mis en difficulté au Parlement européen

Cette fois, c’est une société du nom de Rinconada Investments Group, dont la femme de M. Canete,  Micaela Domecq Solís-Beaumont, est une bénéficiaire, qui interroge.

La belle-famille du commissaire est réputée pour élever des taureaux destinés aux corridas, et dispose d’actifs agricoles très importants. Les révélations mettent surtout en lumière un problème potentiel de conflit d’intérêts entre l’activité agricole de la femme et des fils du commissaire, qui ont bénéficié de subventions à l’élevage de taureaux destinés à la tauromachie décidées par l’Union européenne alors que M. Cañete était ministre de l’Agriculture.
Selon son avocat, Mme Domecq est en règle avec les autorités fiscales espagnoles. Quant au cabinet de M. Cañete, il a indiqué que le commissaire était marié sous le régime de la séparation de biens, et que les déclarations d’intérêt du commissaire étaient en conformité avec le code de conduite du parlement européen et des commissaires

Dans la déclaration d’intérêt transmise par le commissaire en 2014, lors de sa candidature, M. Cañete avait précisé que sa femme possédait 100 % d’une société espagnole, Agricola Micaela Domecs SL, ainsi qu’une société de gestion d’espaces publicitaires appelée Nova 19 SL. Nulle mention n’est donc faite, dans cette déclaration, d’actifs au Panama.

Réactions

« Le commissaire Canete a indiqué que sa déclaration d'intérêt était conforme aux règles parce que la société dont sa femme est bénéficiaire au Panama est inactive depuis plusieurs années» a indiqué le porte-parole de la Commission, Margaritis Schinas, lors du point presse du 4 avril.

Plus d'information

ICIJ

Les fuites d'ICIJ

 

Commission européenne

Déclaration d'intérêt de M. Canete