EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

03/12/2016

Le continent africain, première victime des catastrophes climatiques

Climat & Environnement

Le continent africain, première victime des catastrophes climatiques

Carte d'Afrique - © Shuttershock - BrunoRosa

L’Afrique a été le continent le plus frappé par des événements météorologiques extrêmes au cours des 20 dernières années, selon le nouvel indice mondial du risque climatique (IRC), publié le 8 novembre par l’ONG Germanwatch. Un article de notre partenaire le JDLE.

Quatre des 10 pays les plus exposés aux catastrophes climatiques, en 2015, se trouvent sur le continent africain. Mozambique (1er), Malawi (3e), Ghana et Madagascar (8e) ont subi des pluies particulièrement torrentielles, liées à une mousson plus intense.

Ces pluies ont provoqué de nombreux glissements de terrain. En deuxième place, la Dominique a été touchée par la tempête tropicale Erika fin août 2015, qui lui a coûté une grande partie de son PIB. «La répartition des événements climatiques n’est pas équitable», rappelle Sönke Kreft, auteur principal de l’étude.

Basé sur les données du réassureur allemand Munich Re et du Fonds monétaire international (FMI), cet indice est calculé en fonction du nombre d’événements extrêmes, du nombre de décès par 100.000 habitants, et des dommages matériels de 180 pays. Cette synthèse montre que l’année 2015 a connu davantage de précipitations intenses imputées au réchauffement climatique.

 Honduras, Myanmar et Haïti

Au cours des 20 dernières années, ce sont le Honduras, Myanmar et Haïti qui composent le peloton de tête. 9 des 10 pays les plus touchés depuis 1996 sont par ailleurs des pays en développement, dont le revenu par habitant est bas ou moyennement bas. Le 10e pays de la liste, la Thaïlande, est le seul à afficher un revenu par habitant moyennement élevé.

La France, quant à elle, grimpe d’une place dans le classement par rapport à l’an dernier, pour arriver en 18e position. Sur la seule année 2015, elle emporte la 16e place.

Au total, 528.000 personnes sont mortes entre 1996 et 2015, au cours de 11.000 événements extrêmes. Les dommages matériels se sont élevés à plus de 3.000 milliards de dollars (2.755 Md€).

logo-jdle.gif