EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

01/10/2016

L’Espagne veut relancer les ferrys Gijón-Nantes

Climat & Environnement

L’Espagne veut relancer les ferrys Gijón-Nantes

L’Espagne veut reprendre son projet « d’autoroute de la mer » entre Gijón, au nord de l’Espagne, et Saint-Nazaire, sur la côte ouest de la France. Un article d’EurActiv Espagne.

Les dernières demandes de financement du programme Connecter l’Europe de la Commission européenne sont arrivées le 16 février. Parmi elles, l’Espagne a demandé à l’UE de financer 50 % du coût total de son projet d’autoroute de la mer, soit 3 millions d’euros, entre les villes côtières de Gijón et Saint-Nazaire. Les deux ports seraient ainsi reliées par une route maritime, anciennement gérée par la compagnie française LD Lines, qui a été suspendue en septembre dernier faute de rentabilité.

Ayant pour objectif de décongestionner les autoroutes les plus utilisées du continent, dont celle qui relie la France et l’Espagne par Irún, la Commission européenne a donné un nouvel élan à l’idée « d’autoroutes de la mer » dans le cadre du programme Connecter l’Europe, grâce à au fonds de cohésion (à hauteur de 6,5 milliards d’euros) et à des dotations générales (1,1 milliard d’euros).

L’UE a déjà investi lourdement dans des projets d’infrastructure de grande échelle tels que le tunnel du Brenner, qui relie l’Italie et l’Autriche, et le canal Seine-Nord Europe, qui doit permettre au port du Havre d’être connecté au Benelux. Une liaison de ferry moins couteuse et pour laquelle les infrastructures existent déjà pourrait être perçue comme une option avantageuse sur le plan économique.

>> Lire : Le Tyrol veut capitaliser sur la COP21 pour régler ses problèmes de trafic routier

Le projet inclut également la construction d’une nouvelle rampe de transroulage, permettant de charger ou décharger les véhicules à bord, pour fluidifier le trafic.

Pour être éligibles, les projets doivent comprendre des ports dans au moins deux États membres, un opérateur maritime et un opérateur terrestre. Les navires doivent également respecter les normes en matière d’émissions de soufre et opérer pendant au moins cinq ans après le lancement du service.

>>Lire : La directive soufre bouleverse le fret maritime en Europe du Nord

Plus d'information

Organisation Maritime Internationale

Protocole de l’ONU sur les émissions de soufre

Commission européenne

Les émissions du transport maritime