EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

11/12/2016

L’UE veut diviser par deux la mortalité liée à la pollution

Climat & Environnement

L’UE veut diviser par deux la mortalité liée à la pollution

Le Conseil et le Parlement européens ont trouvé, jeudi 30 juin, un accord sur la révision de la directive relative aux plafonds nationaux d’émission. Son objectif: réduire la mortalité de 49,6% d’ici 2030. Un article de notre partenaire Le Journal de l’environnement.

Le méthane exclu de la directive

Les oxydes d’azote (NOx), le dioxyde de soufre (SO²), l’ammoniac (NH3), les composés organiques volatiles non méthaniques (COVNM) et les particules fines de moins de 2,5 microns (PM2,5) sont visés par la directive NEC. Le méthane en a été exclu, sur pression du lobby agricole, la Commission confirmant toutefois qu’elle pourrait proposer une révision sur ce point.

Si elle est respectée, la proposition devrait entraîner une diminution de 49,6% de la mortalité européenne liée à la pollution (actuellement de 400.000 morts prématurés par an) d’ici 2030, un compromis entre les positions initiales du Parlement (-52%) et du Conseil (-48%).

Une trajectoire non linéaire pour les États

Le projet prévoit plusieurs flexibilités proposées fin 2015 par le Conseil. Parmi elles, la possibilité pour chaque Etat de parvenir à ses objectifs par une trajectoire non linéaire, ou bien, en cas de conditions climatiques exceptionnelles, de rapporter ses émissions annuelles en une moyenne avec l’année précédente et la suivante.

Pour France Nature environnement, qui y voit une concession de 10.000 morts annuels de la part du Parlement, cet accord est «décevant tant il fait la part belle aux industries et à l’agriculture conventionnelle, au détriment de la santé des citoyens européens». Le texte sera soumis au vote de la commission environnement du Parlement mardi 12 juillet.

>> Lire : Des fonctionnaires européens surexposés à la pollution de l’air