Naomi Klein reproche à la France de museler la société civile

Naomi Klein. [James Crisp]

L’auteure et activiste Naomi Klein a accusé jeudi le gouvernement français de « profiter de la peur et du chagrin des gens » depuis les attentats qui ont fait 130 morts à Paris, pour interdire les manifestations en faveur de la lutte contre le changement climatique.

Après les attentats terroristes de novembre, le gouvernement français a décidé d’interdire la plupart des manifestations lors de la Conférence de l’ONU sur le changement climatique (COP21), dont Paris est la ville hôte.

« Je crois que le gouvernement a profité du chagrin et de la peur des gens, et cela doit cesser ».

L’auteur du best-seller « Tout peut changer » est à Paris pour la COP21 qui se termine ce week-end.

La journaliste canadienne, héroïne de la gauche radicale, s’est exprimée devant un public euphorique de 1000 activistes lors d’un évènement parallèle au Centquatre, un centre culturel du 19ème arrondissement. 

https://w.soundcloud.com/player/?url=https%3A//api.soundcloud.com/tracks/237029779&auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true

Samedi, des militants prévoient « d’avoir le dernier mot » de la COP21 en défiant l’interdiction de manifester. D’autres manifestations allant à l’encontre de l’interdiction se sont terminées par des affrontements avec la police.

« Nous ne gagnerons rien si nous ne défendons pas notre droit d’être dans la rue et notre droit d’organiser, reprenons la rue le 12 décembre à midi », a clamé Naomi Klein, sous des salves d’applaudissements.

La manifestation prévue au Champs de Mars près de la tour Eiffel a été autorisée venredi,  à condition que les manifestants soient tous à visage découvert. Attac, Alternatiba, Unef et d’autres organisations appellent à une mobilisation massive. L’ONG 350.org organise de son côté le 12 à midi un hommage aux vies perdues à cause du changement climatique. Qui se fera sous forme de ligne rouge : les manifestants prévoient de couvrir leur corps de peinture pour symboliser une ligne rouge qui ne doit pas être franchie.

« La liberté n’est pas qu’un mot. C’est un devoir. Et cela ne concerne pas que les matchs de foot et les marchés de Noel », a estimé Naomi Klein.

Ce n’est pas la première fois que Naomi Klein reproche au gouvernement français d’autoriser les matchs de foot et les marchés de Noel, mais pas les manifestations.

Cette fois, cependant, la Canadienne est allée plus loin dans son discours en accusant la France de tirer profit des attentats de Daech.

Elle avait déjà mis en cause l’influence des grandes entreprises sur la COP21 dans l’interdiction des manifestations.

Le gouvernement français n’a pas alloué assez de fonds publics à la conférence, poussant ainsi les grandes multinationales à sponsoriser les négociations, a-t-elle expliqué.

Malgré ses revendications pour la liberté d’expression, Naomi Klein est extrêmement prudente avec la presse. Elle est connue pour demander de recevoir les questions des interviews à l’avance, notamment.

La COP21 s’est étalée sur les deux dernières semaines. Si un accord est conclu, les gouvernements pourraient fixer un objectif de 2 degrés au-dessus du niveau préindustriel, avec une ambition à long terme de 1,5 degré.

>> Lire : Washington se rallie à l’objectif minimum de 1,5°C à la COP21

Pour Naomi Klein, qui était perçue hier comme une « star », tout accord est voué à l’échec. « Cette conférence sur le climat a échoué avant même de commencer », a-t-elle déclaré.

Nous avons besoin d’un accord pour le climat qui donne aux pays vulnérables la même protection qu’offre le TTIP aux entreprises, a déclaré la journaliste.

L’évènement Capitaliste vs Climat exposait le fait que les accords commerciaux tels que le partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement (TTIP), que l’UE est en train de négocier avec les États-Unis, menacent le climat.

Contexte

Les négociations sur le changement climatique ont commencé en 1992. Tous les ans, l’ONU organise une conférence internationale sur le changement climatique appelée la Conférence des Parties, ou COP.

Paris organise la 21ème conférence en décembre 2015.Les États participants doivent y conclure un accord pour remplacer le protocole de Kyoto, dont le but était de réduire les émissions de CO2 entre 2008 et 2012.