EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

27/09/2016

La Slovaquie devient le quatrième pays européen à ratifier l’accord de Paris

Climat & Environnement

La Slovaquie devient le quatrième pays européen à ratifier l’accord de Paris

László Sólymos

Le 21 septembre, le parlement slovaque a voté en faveur de la ratification de l’accord de Paris, le traité phare de la lutte internationale contre le changement climatique. Après la France, la Hongrie et l’Autriche, la Slovaquie, actuellement à la présidence tournante de l’UE, est le quatrième État membre à ratifier l’accord.

L’accord de Paris a pour objectif de maintenir le réchauffement de la température moyenne d’ici la fin du siècle en dessous de 2°C de plus que les températures pré-industrielles.

La motion pour la ratification a été présentée par le ministre de l’Environnement slovaque, László Sólymos. « Je suis fier de voir que l’accord est passé par la procédure de ratification de notre parlement, et je pense que la Slovaquie donnera un exemple positif pour les autres États membres de l’UE », a-t-il déclaré après le vote.

« En tant que pays à la présidence du Conseil de l’UE, nous sommes à présent en mesure de nous concentrer pleinement à la ratification au niveau européen le plus rapidement possible. Il s’agit de l’une de nos priorités », a ajouté le ministre.

La Slovaquie veut en effet coordonner la procédure de ratification pour que l’UE l’achève d’ici le 7 octobre. Pour ce faire, László Sólymos a appelé une session extraordinaire du conseil de l’environnement à Bruxelles, le 30 septembre. Si l’UE ratifie l’accord, la conférence sur le climat qui s’ouvrira à Marrakech le 7 novembre pourrait représenter la première réunion des parties de l’accord de Paris, y compris l’Union et la Slovaquie. Les parties seraient ainsi impliquées dans les décisions autour de la mise en œuvre de l’accord.

Le traité entrera en vigueur trente jours après la date à laquelle un minimum de 55 parties de la convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique, rassemblant au moins 55 % du total des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, auront déposé leurs instruments de ratification auprès du dépositaire.

La Chine et les États-Unis, représentant la part la plus importante des émissions, ont déjà achevé la procédure. L’UE est le troisième plus gros émetteur. À ce jour, le traité a été ratifié par 29 pays, soit plus de 40 % des émissions mondiales. Trente autres pays devraient déposer leurs instruments de ratification le 21 septembre lors d’une cérémonie organisée par le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.

Le président slovaque, Andrej Kiska, doit à présent ajouter sa signature à celle du parlement pour valider la ratification.

>> Lire : L’UE craint de rater l’entrée en vigueur de l’accord de Paris sur le climat

Il représente actuellement la Slovaquie à l’Assemblée nationale des Nations unies à New York, où il espère faire passer un message fort et appeler les pays à ratifier l’accord au plus tôt. Ce qui semble bien parti : à New-York, de nouveaux pays ont annoncé leur intention de ratifier rapidement, si bien que les conditions sont quasiment remplies pour que l’accord de Paris puisse être effectif. Il faut en effet 55 % des parties engagées, représentant 55% des émissions, pour que l’accord soit mis en oeuvre. Le compteur de l’Accord de Paris du secrétariat de la CCNUCC indique maintenant que 60 pays on ratifié l’accord et représentent 47.76% des émissions mondiales, selon la liste fournie par les Parties à l’Accord.