EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

06/12/2016

Trump menace de faire capoter l’accord de Paris

Climat & Environnement

Trump menace de faire capoter l’accord de Paris

Donald Trump

Donald Trump a annoncé ses projets en matière d’énergie. Au programme : suppression de l’accord de Paris et des normes environnementales introduites par l’administration Obama. Un article de notre partenaire Edie.net.

À Bismarck, dans le Dakota du Nord, quelques heures après avoir rassemblé assez de voix pour devenir le candidat républicain aux prochaines élections américaines, Donald Trump a annoncé vouloir supprimer l’agence américaine de protection de l’environnement et revenir sur l’accord de Paris, ratifié par plus de 175 pays lors de la COP21. Il a en effet annoncé une révision des « règles climatiques draconiennes », afin de stimuler l’emploi dans les secteurs gazier et pétrolier.

Ce n’est pas la première fois que le candidat s’en prend à l’accord de la COP21, puisqu’il avait déjà annoncé qu’« au minimum, je dis bien au minimum [il] renégocierai[t] » l’accord.

>> Lire : Donald Trump veut renégocier l’accord de Paris sur le climat

« Nous allons abroger tous les programmes tueurs d’emploi de l’administration Obama, notamment le plan d’action pour le climat et la réglementation sur l’eau », a-t-il claironné. « Nous allons sauver l’industrie du charbon, ce sont des gens formidables […] Nous allons annuler l’accord de Paris sur le climat et cesser tous les versements d’argent public aux programmes de l’ONU sur le réchauffement de la planète. »

Cet avertissement inquiétant, inclus dans le discours préparé que le candidat lisait sur son téléprompteur, fait partie du plan d’action sur 100 jours de Donald Trump. Ce plan d’action envisage également la réouverture des négociations de l’oléoduc Keystone XL, très controversé. Hilary Clinton, sa rivale démocrate, a promis de bloquer Keystone XL, dans le cadre de son projet de faire du pays une « superpuissance de l’énergie propre ». Elle compte également revoir les formes de production d’énergie éolienne coûteuses et subventionnées qui « tuent tous les aigles royaux » californiens. Cette référence ornithologique est une pique à Donald Trump, qui avait affirmé que l’éolien était très dangereux pour les aigles.

Donald Trump ayant récolté le soutien de 1 237 délégués, les craintes du président de la COP21, Laurent Fabius, qui avait annoncé que l’arrivée d’un « négationniste climatique » à la présidence des États-Unis pourrait menacer la survie de l’accord de Paris, pourraient s’avérer fondées.

Un représentant du Département d’État a averti que Washington devrait respecter son engagement pour le climat même si le républicain devenait président. La détermination de Donald Trump de détruire le travail de l’administration Obama remet toutefois l’accord en question.

Le climatosceptique a pourtant annoncé son projet de construction d’un mur pour protéger son centre de golf irlandais du comté de Clare, qui se trouve en bord de mer.

L’Américain a beau clamer haut et fort que le changement climatique est une arnaque coûteuse, il ne voudrait pas que son terrain de golf souffre de la montée du niveau de la mer. Cette contradiction augure un nouvel affrontement entre les autorités locales et Donald Trump, qui a déjà tenté à trois reprises, mais sans succès de faire cesser la construction d’un parc éolien dans les environs du complexe.

Tweet du New York Magazine : Trump nie en public le changement climatique mais construit un mur pour protéger sa propriété du « réchauffement de la planète ».