L’UE appelle les villes à rejoindre la Convention des maires pour le climat

Le vice-président de la Commission en charge de l’Union de l’énergie, Maroš Šefčovič, et des membres de la Convention des maires. [@energycities/ Twitter]

Maroš Šefčovič a appelé toutes les villes à rejoindre la Convention des maires pour le climat et l’énergie, une initiative qui a pris de l’importance depuis que Donald Trump s’est retiré de l’accord de Paris.

Le vice-président de la Commission, Maroš Šefčovič, a lancé son appel aux côtés de Patricia Espinosa, secrétaire générale du secrétariat de la CCNUCC, la convention-cadre de l’ONU sur les changements climatiques, ainsi que de plusieurs maires : dont celui d’Atlanta, Kasim Reed et celui de Vancouver, Gregor Robertson.

Le commissaire et l’envoyé spécial des Nations unies pour les villes et le changement climatique, Michael Bloomberg copréside actuellement le conseil de la Convention des maires.

Cette dernière réunit aujourd’hui plus de 7400 villes, rassemblant donc environ 700 millions de personnes. Anciennement nommée le Pacte des maires, la Convention mondiale des maires pour le climat et l’énergie est la plus grande coalition de maires engagée dans l’action pour le climat.

L’une de ses figures de proue les plus emblématiques est l’ancien gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, une vedette de cinéma également écologiste.

Arnold Schwarzenegger donne du piment à une réunion européenne sur le climat

L’ancien gouverneur de la Californie Arnold Schwarzenegger est une star de cinéma, mais également un défenseur de l’environnement. Il a attiré toute l’attention lors d’une réunion de maires attachés aux objectifs en matière d’environnement et d’énergie, organisée au Parlement européen hier (24 Juin).

Pour Maroš Šefčovič, qui rappelle que la Convention a pris sa forme actuelle il y a un an, le rôle de l’organisation est devenu encore plus important ces derniers mois.

Il ne fait aucun doute que l’UE profite de l’initiative pour travailler sur les objectifs de l’accord de Paris, et ce, malgré le retrait du gouvernement américain, et en général, pour travailler plus étroitement et activement avec des acteurs non étatiques.

Un sursaut mondial condamne la sortie des États-Unis de l'accord de Paris

La planète a largement condamné la décision du président américain de sortir de l’accord de Paris. Macron promet des initiatives rapides sur le climat.

Les villes sont des « agents de changement » puisque l’impact du changement climatique se ressent davantage sur les villes et que les maires sont les premiers destinataires des inquiétudes des citoyens, a-t-il commenté. Il explique que l’objectif du conseil est l’introduction de normes comparables pour mesurer l’impact du changement climatique sur les villes. De telles données doivent être scientifiques, crédibles et compatibles avec l’accord de Paris, a-t-il expliqué.

« Permettez-moi, via la presse, de lancer un appel à tous les dirigeants locaux du monde pour qu’ils rejoignent ce mouvement mondial sans précédent », a déclaré le vice-président de la Commission.

Selon Patricia Espinosa, la Convention des maires a permis de faire bouger les choses de manière « extrêmement rapide » et les premiers résultats sont déjà « incroyables ». Les maires ont déjà joué un rôle crucial en prônant l’adoption de l’accord de Paris.

À la COP21, les villes et les régions se démarquent

Les dirigeants locaux apportent des résultats tangibles sur les questions climatiques et sont plus ambitieux que leurs homologues nationaux sur les questions climatiques, a affirmé Markku Markkula, le président du Comité des régions. 

La prochaine conférence annuelle sur le changement climatique se tiendra en novembre à Bonn, où se trouve le siège de la CCNUCC. Elle sera présidée par le Premier ministre des îles Fiji. C’est la première fois qu’un si petit État insulaire prend une « responsabilité aussi énorme », a-t-elle déclaré.

« Trump ferait mieux de surveiller ses villes »

Gregor Robertson a raconté l’expérience de Vancouver, connue pour son initiative de « ville la plus verte ». Le maire a rappelé que le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, avait été élu sur un programme véritablement tourné vers les villes.

« Les villes sont les acteurs du changement », a-t-il insisté, avant de mettre en garde l’administration Trump, qui « ferait mieux de surveiller les villes américaines. Elles prennent du poil de la bête et elles finiront par vaincre, en changeant la tendance et en s’assurant que les États-Unis mènent la lutte contre le changement climatique ».

Climat: Bruxelles compte sur la société civile américaine

Exclusif. Juste avant sa visite en Chine du 5 au 9 juin, le vice-président de la Commission en charge de l’Union de l’énergie, Maroš Šefčovič, a exprimé la détermination de l’UE pour travailler sur les objectifs de l’accord de Paris malgré le retrait des États-Unis.

 

Kasim Reed, le maire d’Atlanta a déclaré qu’aux États-Unis, les dirigeants locaux qui se concentraient sur l’action pour le climat représentaient 75 % de la population américaine et 75 % du PIB américain. Selon lui, les villes américaines vont redoubler d’efforts suite à la décision de Donald Trump de se retirer de l’accord de Paris.