L’OCDE plus optimiste que la Commission sur l’économie espagnole

Luis de Guindos est ravi des prévisions de l'OCDE [Partido Popular de Cantabria/Flickr]

Le ministre espagnol de l’Économie, Luis de Guindos, a déclaré qu’à l’instar des prévisions du gouvernement, l’OCDE s’attendait à ce que l’Espagne remplisse ses objectifs de réduction du déficit budgétaire. Un article de notre partenaire espagnol EFE.

« Selon l’OCDE [Organisation de cooopération et de développement économiques], nous atteindrons l’objectif d’abaisser le déficit public à 4,2 % en 2015 et nous passerons bien en-dessous de la barre des 3 % l’année prochaine », a affirmé Luis de Guindos à son arrivée à Bruxelles pour la réunion des ministres de l’Économie et des Finances, l’Eurogroupe.

Ces chiffres contrastent avec les prévisions de la Commission européenne, qui insistait la semaine dernière sur le fait que l’Espagne risquait de ne pas atteindre ses objectifs de réduction du déficit pour cette année et l’année prochaine.

Concrètement, l’exécutif prévoit un déficit budgétaire de 4,7 % cette année et de 3,6 % l’année prochaine.

>> Lire : Rififi entre Madrid et Bruxelles sur le déficit espagnol

L’OCDE revoit aussi à la hausse les prévisions de croissance de l’économie espagnole en 2015, à 3,2 % du PIB, soit un dixième de plus que les prévisions de la Commission européenne et du Fonds monétaire international, qui s’attendent à 3,1 % de croissance.

Encore une fois, Luis de Guindos a rappelé que les chiffres de l’OCDE pour la croissance espagnole étaient « identiques » à ceux du gouvernement.

Néanmoins, l’OCDE partage la vision de la Commission pour une croissance de 2,7 % l’année prochaine. Toutes deux sont moins optimistes que le gouvernement espagnol qui espère une croissance de 3 % du PIB.    

L’OCDE a néanmoins averti que ses prévisions pour l’Espagne seraient peut-être revues à la baisse à cause de l’incertitude politique qui règne actuellement en Espagne et les effets qu’elle pourrait avoir sur les réformes. Le ministre espagnol s’est empressé de clarifier que cette incertitude faisait référence aux élections générales du 20 décembre et non pas à la question de l’indépendance catalane.

>> Lire : Le parlement catalan lance le processus d’indépendance

Luis de Guindos va rencontrer deux responsables de la Commission, Pierre Moscovici, commissaire aux finances, et Valdis Dombrovskis, commissaire à l’euro. Il a indiqué qu’il n’aborderait pas les données de l’OCDE lors de la réunion puisque la Commission les connaissait déjà sans doute.

« Je suppose que la Commission prend aussi en compte les projections d’autres institutions aussi reconnues que le FMI et l’OCDE, ainsi que celles d’analystes privés », a-t-il déclaré.

Le ministre a expliqué que la partie de l’Eurogroupe dédiée à l’Espagne se concentrerait sur les premiers résultats de la mission de surveillance de l’économie espagnole depuis la fin du programme d’assainissement des banques.

« Les premières données sont positives, le système bancaire espagnol continue sur la voie de la reprise et reste solvable. Les crédits sont de nouveau sur la table, ce qui est synonyme de reprise en Espagne. Je suis persuadée que mon avis coïncidera avec celui de la Commission et de la BCE », a-t-il assuré.