EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

24/01/2017

Le gouvernement allemand fait fi des manifestations sur le TTIP

Commerce & Industrie

Le gouvernement allemand fait fi des manifestations sur le TTIP

De nombreux Allemands ont participé le week-end dernier à la manifestation anti-TTIP à Berlin

[Frerk Meyer/Flickr]

Malgré l’immense manifestation anti-TTIP à Berlin le 10 octobre, le gouvernement allemand et l’industrie veulent poursuivre les négociations. Un article d’EurActiv Allemagne.

Le gouvernement allemand semble peu disposé à changer de position sur le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP), malgré les manifestations qui ont réuni entre 150 000 et 250 000 personnes à Berlin ce week-end. « Le gouvernement fédéral juge les inquiètudes [des manifestants] […] infondées », a déclaré Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière allemande le 12 octobre. L’Europe a « la chance incroyable de fixer des normes internationales ».

Le ministère de l’Économie considère néanmoins que le partenariat peut encore être amélioré. Le BDI, une association représentant l’industrie allemande, a mis en garde contre l’échec des négociations sur le TTIP. Le BDI souhaite que le gouvernement étende sa stratégie de dialogue et d’information pour mieux contrer les détracteurs du TTIP.

>> Lire : La France envisage l’arrêt des négociations du TTIP

Le gouvernement réagit à ce qui s’est avéré être la plus grande manifestation à Berlin depuis de nombreuses années. Les chiffres de la police indiquent 150 000 manifestants alors que les organisateurs en ont dénombré près de 250 000. Les manifestants craignent surtout que le projet d’accord avec les États-Unis et celui en cours avec le Canada (CETA) ne menacent les lois européennes en matière de protection de l’environnement, du travail, et de la sécurité alimentaire. Les inquiétudes portent également sur le fait que les entreprises pourront défendre leurs propres intérêts face aux gouvernements nationaux via des instruments juridiques qui contournent les tribunaux de droit commun.

>> Lire : Naissance d’un front franco-allemand contre l’arbitrage dans le cadre du TTIP

Selon le Süddeutsche Zeitung, l’Europe veut que les États-Unis s’engagent à appliquer des normes sociales et environnementales plus élevées dans le chapitre du « commerce et du développement durable ». Le gouvernement allemand a insisté sur le fait que les règles européennes strictes de protection ne seraient pas affaiblies par le TTIP. Un porte-parole du ministère de l’Économie a dit prendre acte des préoccupations des citoyens qui ont manifesté le 10 octobre, mais a assuré que la protection élevée et les normes techniques pourraient s’appliquer dans le monde entier.

>> Lire : Renzi estime qu’un échec du TTIP serait un «désastre» pour l’UE

Le président du BDI, Ulrich Grillo, a appelé à une discussion ouverte et factuelle sur les risques et les avantages du TTIP. Selon lui, s’opposer directement à l’accord ne peut être que négatif. Le partenariat transpacifique (PTP), entre 12 États bordant le Pacifique, se trouve déjà à un stade avancé et l’Europe doit réagir si elle ne veut pas être laissée sur le carreau au niveau commercial. L’Allemagne a besoin de marchés ouverts, a souligné Ulrich Grillo, puisqu’un quart des emplois dépendent des exportations. 

Contexte

Les négociations entre les États-Unis et l’Union européenne sur le partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement (TTIP) ont débuté en juillet 2013.

Les lignes directrices de ces négociations indiquent que l’Union européenne doit s’efforcer d’intégrer des clauses relatives à la protection des investissements et au règlement des différends entre investisseurs et États dans son projet d’accord.

La ratification du Partenariat transatlantique pourrait avoir un impact sur près de 40 % du PIB mondial. Le marché transatlantique est déjà le plus important marché à l’échelle planétaire.

S’il est couronné de succès, l’accord permettrait aux entreprises d’économiser des millions d’euros et de créer des milliers d’emplois des deux côtés de l’Atlantique. Le ménage moyen européen pourrait épargner jusqu’à 545 euros par an et le PIB européen pourrait croître de près de 0,5 %, selon les estimations de la Commission.

Bruxelles et Washington veulent conclure les négociations ambitieuses et l’accord d’ici fin 2015, mais les désaccords entre les deux parties, notamment sur le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États, ont ralenti le processus.

Prochaines étapes

  • 6 octobre 2015 : Accord de partenariat transpacifique conclu entre 12 pays du pourtour du Pacifique.
  • 19 octobre 2015 : 11ème cycle des négociations sur le TTIP à Miami.