EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

24/01/2017

Les patronats français et grec font cause commune

Commerce & Industrie

Les patronats français et grec font cause commune

Le président du Medef, Pierre Gattaz, et son homologue grec,Theodoros Fessas.

[MEDEF]

Les présidents des organisations patronales grecques et françaises ont constitué un groupe de travail pour relancer les échanges commerciaux et l’investissement entre les deux pays. 

Les patronat grec et français se sont rencontrés le 28 septembre à Paris pour définir une feuille de route commune visant à accélérer les relations commerciales entre les deux pays.

Pour l’heure, seule une centaine de filiales d’entreprises françaises sont installées en Grèce, qui emploient 12.000 personnes, selon le patron du Medef, Pierre Gattaz.

« Très petit partenaire »

Et les échanges commerciaux entre les deux pays sont faibles : la Grèce représente 0,5 % des exportations françaises, et 0,1 % des importations. « La Grèce est aujourd’hui un très petit partenaire commercial de la France, qu’il faut développer. Il y a des opportunités pour les entreprises françaises en Grèce » a affirmé Pierre Gattaz.

Si la Grèce est un partenaire relativement modeste pour la France, la balance commerciale affiche un excédent de 1,5 milliard d’euros sur l’année 2014, soit le plus important avec un pays de la zone euro. Une bonne raison de développer les relations avec Athènes. En effet, avec le reste de la zone euro, la France accuse un déficit commercial de 38 milliards d’euros. 

Comité franco-grec               

Les deux organisations patronales ont lancé un comité qui rassemble des représentants du monde de l’entreprise issus des deux pays. Ces derniers devront établir une feuille de route commune dans les trois prochains mois, qui devrait identifier les secteurs de collaboration et d’investissement potentiels.

Une visite d’une délégation d’entreprises françaises en Grèce est également planifiée pour le mois de décembre.

Silver économie

De son côté, le président du patronat grec (SEV), Theodoros Fessas, a également appelé les entreprises françaises à venir investir en Grèce, notamment dans les secteurs du tourisme de l’énergie ou de la logistique.  « Il y a beaucoup de secteurs dans lesquels la France ou l’UE peuvent investir » a-t-il affirmé.

Autre secteur d’activité porteur pour les investisseurs étrangers, celui de la « Silver économie » ou économie au service des personnes âgées.

« La Grèce pourrait devenir la Floride ou la Californie de l’Europe dans ce secteur » a affirmé Theodoros Fessas.

Le SEV pourrait par ailleurs étendre ses rencontres bilatérales avec d’autres homologues européens, en priorité l’Allemagne. « Nous collaborons déjà avec les organisations patronales en Europe au sein de Business Europe, mais ces rencontres bilatérales sont également importantes » a expliqué le patron du SEV.