Feu vert à la lente libéralisation du rail en Europe

La réforme sera définitivement adoptée en 2016. [Crédit : [ zhu difeng / Shutterstock.com]

Les ministres européens des Transports ont convenu jeudi de libéraliser le transport ferroviaire des personnes à partir de 2020 pour les grandes lignes et 2026 pour les lignes régionales.

Après la libéralisation du rail dans le fret et sur les correspondances internationales, le transport ferroviaire des personnes va s’ouvrir progressivement à la concurrence.

Selon l’accord entériné jeudi 8 octobre entre les ministres des Transport réunis à Luxembourg, le transport sur les grandes lignes domestiques sera libéralisé dès 2020 et à partir de 2026 pour les trains régionaux.

>>Lire : Le Parlement européen renforce la concurrence dans le paquet ferroviaire

Le texte doit encore faire l’objet d’ultimes tractations avec le Parlement européen et il peut encore être amendé d’ici à son adoption définitive en 2016.

Projet moins ambitieux que prévu

Il est très en-deçà du projet initial de la Commission européenne proposé en 2013, et ce particulièrement pour les lignes régionales (telles les TER et TET en France) souvent subventionnées dans les différents pays.

Au départ, l’idée était d’ouvrir ces lignes en 2019, désormais reportée à 2026, et cette ouverture est assortie d’un certain nombre de conditions.

Ainsi, comme l’a souligné jeudi à Luxembourg le secrétaire d’Etat français aux Transports Alain Vidalies: « les contrats en cours iront jusqu’à leur fin donc s’il y a des contrats qui ne sont pas terminés en 2026 ils se poursuivront au-delà. C’est la date où on commence à appliquer cette règle mais en réalité ça pourra donc aller jusqu’en 2030 s’il y a eu des contrats signés précédemment ».

Londres et Stockholm

Jusqu’ici, seuls deux pays dans l’UE ont procédé à une libéralisation totale de leur transport ferroviaire: la Grande-Bretagne et la Suède. Les 26 autres l’ont fait à des degrés divers.

>> Lire : Transport ferroviaire : une route chaotique vers le marché unique

Ainsi, en Allemagne, l’ouverture à la concurrence dans les régions à partir de 2002 a permis de rendre les lignes plus compétitives et de baisser les subventions publiques allouées au secteur.

La France affichait sa sérénité concernant la libéralisation des grandes lignes nationales (desservies notamment par les TGV et généralement très rentables). « 2020, cela donne à l’entreprise SNCF la possibilité de se préparer », a estimé M. Vidalies.