EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

25/07/2016

Le Front national veut faire de l’écologie

Développement durable

Le Front national veut faire de l’écologie

Déchets nucléaires - Copyright: F.Schmidt/shutterstock

Le parti de Marine Le Pen a lancé le collectif « Nouvelle écologie ». Qui veut lutter contre les négociations internationales sur le climat, et défend le nucléaire.

Le “bleu marine” ne suffit plus, le Front national veut passer au vert. Le parti d’extrême droite a présenté le 10 décembre son collectif « Nouvelle écologie », un mouvement interne dont l’ambition est de développer le programme « d’une écologie réaliste et patriote ». Au prix de contradictions fortes : le FN milite pour le nucléaire et contre un accord international pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Lors du congrès du Front national à Lyon fin novembre, le chef du collectif, Philippe Murer, professeur d’économie affirmait que « le respect de l’environnement et de l’écologie sont très importants  au FN », ajoutant que le parti doit mieux répondre aux enjeux de la pollution, de la santé, d’indépendance nationale et de géopolitique.

Une “nouvelle écologie” pour le nucléaire

Dans son programme, « Nouvelle écologie » défend le nucléaire.  « La filière française du nucléaire est une référence pour sa sureté, la formation de ses experts et la qualité de sa recherche qui font sa renommée à l’international» précisaient Marion Maréchal Le Pen et Gilbert Collard, deux députés FN, dans un amendement déposé par les députés FN à propos de la loi sur la transition énergétique,

Une position jugée étonnante par les Verts qui rappellent que l’exploitation du nucléaire s’appuie sur de l’uranium importé à 100 %, ce qui démolit l’argument de l’indépendance énergétique mis en avant par le parti d’extrême droite. Le FN s’oppose en revanche à l’exploitation des gaz de schiste. Ce sujet a d’ailleurs récemment été mis en avant au Parlement européen par plusieurs eurodéputées FN. Dominique Bilde, Sophie Montel, Mireille D’Ornano ont proposé une résolution pour interdire l’exploitation de gisements de gaz de schiste par fracturation hydraulique.

Le collectif veut en revanche développer et valoriser la méthanisation à partir des déchets agricoles et préconise une « agriculture de conservation » (réduction du travail du sol, rotation des cultures et couverture végétale). Il entend également mettre fin à l’obsolescence programmée.

Le PS dénonce une thématique hypocrite

Le collectif se voit comme une alternative à Europe écologie les Verts (EELV) qu’il désigne comme « le parti qui a fait le plus de mal à l’écologie. Ils ont réussi à nous faire détester l’écologie en politique, nous qui sommes pourtant si attachés à la faune à la flore et aux paysages de notre beau pays », a déclaré le secrétaire général lors du congrès du FN. Mais le reste de la classe politique peine à accorder le moindre crédit à ce nouvel engouement pour l’environnement.

Sur Twitter, le Parti socialiste a dénoncé l’hypocrisie de ce nouveau thème. Le PS a publié des tweets sous forme d’infographies pour critiquer l’utilisation de l’écologie par le Front national à des fins électoralistes.

La #NouvelleEcologie en contradictions pic.twitter.com/bmFAW4OCvD

— Parti socialiste (@partisocialiste) 10 Décembre 2014

Le @FN_officiel aux abonnés absents sur la transition énergétique #NouvelleEcologie pic.twitter.com/TkBt1BqizG

— Parti socialiste (@partisocialiste) 10 Décembre 2014

Le FN lutte contre un accord international sur le climat

Alors que les écologistes sont pour une approche européenne et mondiale, le FN privilégie un modèle plus national. Confrontée dans un débat sur BFMTV à la secrétaire nationale d’EELV, Emmanuelle Cosse le 7 décembre dernier, la présidente du Front national a opposé le libre-échange à l’écologie. « Vous défendez au travers de l’Union européenne, au travers de l’absence de frontières un modèle qui est profondément anti-écologique », a déclaré Marine Le Pen, prônant une action nationale pour la transition énergétique. Ce à quoi la secrétaire générale a répondu que les députés FN ne s’étaient pas intéressés, en France, à la loi sur la transition énergétique. Si ce n’est pour déposer deux amendements destinés à supprimer les objectifs de réduction des gaz à effet de serre.

>> A lire aussi : Le Front national veut empêcher l’UE d’avancer

Au Parlement européen, les eurodéputés frontistes ont là aussi montré leur opposition à trouver une solution mondiale au problème du réchauffement climatique.  En effet, lors d’un vote au Parlement concernant une résolution sur la conférence des Nations unies sur le changement climatique de Lima, les députés frontistes s’y sont opposés. Cette résolution demandait entre autres à l’Union et ses États membres qu’ils jouent un rôle constructif essentiel lors de la COP 20 à Lima.

Mireille D’ornano a justifié son vote défavorable en indiquant que la résolution était « construite sur des idées vagues et des objectifs imprécis » et « basée sur des travaux idéologiquement marqués ». De même, ses collègues Gilles Lebreton et Sylvie Goddyn annoncent, dans leur explication de vote, l’échec de la conférence de Lima. En effet la députée européenne affirme que « la conférence de Lima est donc par avance vouée à l’échec puisque les politiques écologiques, quel que soit leur caractère contraignant, sont annulées par les politiques de libre-échange ».

Contexte

La transition énergétique était un des sujets majeurs de la campagne présidentielle de François Hollande en 2012. La loi de transition énergétique est donc un des textes majeurs attendus sur le quinquennat. La France a aussi la responsabilité de donner l'exemple alors qu'elle organise la conférence de la COP 21, ou Paris Climat 2015, fin 2015 à Paris. Elle pousse le sujet climat au niveau européen, notamment grâce à son parc nucléaire qui lui permet d'émettre relativement peu de CO2 lors de la production d'électricité, contrairement aux pays dépendants du charbon comme le Danemark ou l'Allemagne. En revanche, l'efficacité énergétique est un point faible de l'Hexagone.

 

Plus d'information

Parlement européen

Intervention de Sophie Montel contre la négociation d'un accord sur le climat à Lima

Proposition de résolution des eurodéputés FN sur le gaz de schiste

 

Assemblée nationale

Projet de loi sur la transition énergétique

Amendement n°1 déposé par les élus FN-contre la lutte contre le changement climatique

Amendement n°2 déposé par les élus FN-pour la défense du nucléaire