EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

19/01/2017

Le trafic de métaux fleurit grâce aux transactions en cash hors de France

Développement durable

Le trafic de métaux fleurit grâce aux transactions en cash hors de France

metal.jpg

Le paiement en liquide des métaux recyclés est autorisé en Belgique, ou en Espagne mais interdit en France. Ce qui prive les recycleurs de leur matière première et attise les vols et autres trafics.

Cuivre, acier, métaux précieux : les vols de métaux continuent. Selon l’office central de lutte contre la délinquance itinérante, qui vient de publier son rapport 2014, 10.229 vols de métaux ont été constatés en 2014 en France, principalement dans le Nord et l’Est de la France. Un nombre inférieur à celui de 2013, probablement en raison du recul du prix des matières premières, mais qui reste élevé, d’autant que tous les épisodes ne sont pas forcément recensés.

Le cuivre reste la première cible des voleurs de ferraille, devant l’acier et l’aluminium, et ce en raison de son prix. Malgré la chute des cours, (la tonne de cuivre est passée de 8500 dollars la tonne à moins de 5000 sur le London Metal Exchange), l’activité reste lucrative, surtout à proximité des frontières.

>>Lire : La chute des matières premières pénalise l’industrie du recyclage

« Il y a un vrai problème lié à l’autorisation de paiements en liquide du métal, que ce soit en Belgique ou en Espagne » s’insurge Alfred Rosales, directeur général de la fédération des recycleurs, la FEDEREC, qui estime que l’activité des recycleurs de métal est dévastée par la concurrence frontalière, criminelle ou pas. Car si le vol de métaux se constate souvent près des frontières, il en est de même pour le recyclage des carcasses de voitures, un secteur aujourd’hui « sinistré dans certaines zones, comme le Languedoc-Roussillon » assure le responsable de la Federec.

Le commerce de métaux répond à des régimes règlementaires fort différents d’un pays de l’UE à l’autre. Si la France interdit les échanges en cash, la Belgique, l’Allemagne ou l’Espagne les autorise. Une incohérence qui favorise « la criminalité organisée et les filières illégales qui écoulent la marchandise vers des pays où les normes de recyclage sont moins draconiennes » selon le dirigeant de la Federec.

Un registre commun plutôt que l’interdiction généralisée du cash

Interrogé par EurActiv, le cabinet du commissaire aux affaires intérieures, Dimitris Avramopoulos, reconnait que « limiter les transactions en cash dans le commerce du métal est un outil utile pour prévenir la criminalité organisée, selon les parties prenantes». Pourtant, l’exécutif européen estime que « la nécessité d’une telle législation au niveau européen n’est pas prouvée jusqu’à maintenant ». En revanche, la Commission réfléchit à la mise en place d’un registre obligatoire des échanges, qui pourrait mieux réguler le secteur. Et incite les États membres à « effectuer plus de contrôles ».

Contexte

La stratégie thématique de l'UE pour la prévention et le recyclage des déchets (2005) a pour objectif à long terme de soutenir l'émergence d'une société européenne du recyclage qui éviterait le gaspillage et utiliserait les déchets comme une ressource.

La directive relative aux déchets révisée par l'Union comprend une hiérarchie des déchets contraignante qui définit des priorités en matière de traitement des déchets. Cette hiérarchie promeut la prévention des déchets, suivie de leur récupération, de leur recyclage et de leur réutilisation. Les décharges ne peuvent être utilisées qu'en dernier ressort.

Pour se conformer à cette directive, les États membres de l'UE sont obligés de définir des plans d'action de gestion des déchets après avoir analysé leur situation actuelle en la matière.

Les pays devaient également mettre en place des programmes de prévention des déchets avant la fin 2013 dans le but de rompre le lien entre croissance économique et impact sur l'environnement lié à la production de déchets.

Plus d'information

Federec

Le recyclage de métaux non ferreux

Office central de lutte contre la délinquance itinérante

Rapport 2014 sur les vols de métaux