EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

01/10/2016

Les émissions de CO2 ont progressé en France en 2013

Développement durable

Les émissions de CO2 ont progressé en France en 2013

Alors que les émissions de carbone ont baissé de 2,5 % dans l’UE, la France a vu les siennes progresser de 0,6 % en 2013.

Selon l’étude d’Eurostat sur les émissions de dioxyde de carbone en Europe, la France est l’un des pays d’Europe qui n’a pas connu d‘évolution baissière de ses émissions de CO2, alors que le bloc des 28 affiche un recul de 2,5 % du principal gaz à effet de serre.

Les émissions du pays qui se targue d’accueillir en 2015 la conférence de la dernière chance sur le climat ont au contraire progressé de 2 millions de tonnes, soit une hausse de 0,6 % du total.

Certes, le Danemark, l’Estonie et le Portugal obtiennent des résultats encore plus mauvais, tout comme l’Allemagne. Mais les problématiques de mix énergétique expliquent facilement ces variations, notamment pour le Danemark qui reste très dépendant du charbon en fonction de la production de ses éoliennes, et donc du vent.

En Allemagne, la mise à l’arrêt des centrales nucléaires provoque un report des producteurs d’électricité vers le charbon et le gaz.

Le charbon au banc des accusés

L’accroissement des émissions de carbone de la France s’explique, selon les experts d’Eurostat contactés par EurActiv, par une progression de la combustion de charbon (dont les importations ont augmenté en 2013 par rapport à 2012). La chute des prix du charbon sur le marché international a rendu son utilisation rentable pour la production d’électricité. La France est le huitième producteur mondial de l’électricité et l’un des plus grands exportateurs en Europe, et l’essentiel de sa production repose sur le nucléaire. Mais durant les pics de consommation, le recours à des centrales thermiques au charbon et au gaz est incontournable.

7 pays responsables de 77% des émissions de CO2 dans l’UE

Les pays les plus grands et les plus développés économiquement sont sans surprise les plus grands émetteurs de CO2. Parmi eux, l’Espagne et l’Italie ont considérablement restreint leurs émissions en 2013, de 32 et 24 millions de tonnes de CO2. Ce qui est largement lié à leur économie atone.

Les Anglais ont vu leurs émissions chuter de 11 millions de tonnes. Les Polonais et les Néerlandais ont aussi contribué à la statistique globalement positive en Europe.

Toutefois, ce sont les Chypriotes dont le pourcentage de la diminution de CO2 est le plus grand (14,7%). La Roumanie est parvenue à réduire ses émissions de  14,6% ce qui est équivalent à presque 11 millions de tonnes de carbone.   

Au contraire, les pays les plus impliqués dans la lutte contre le changement climatique en Europe n’évoluent pas dans la bonne direction. L’Allemagne a émis la  15 millions de tonnes de CO2 supplémentaires en 2013.

 

Les émissions de CO2 de l’Union européenne représentent 4 600 millions de tonnes par an, ce qui est équivalent à 145 tonnes par seconde, comme le montre le site planetoscope.com.

En 2013, l’UE qui représente 11 % des émissions de CO2 au niveau mondial a maitrisé ses émissions, avec un recul de 2.5%. Cela fait de l’UE la zone géographique qui maîtrise le mieux ses émissions de C02 sur les vingt dernières années (-18% de 1990 à 2014). Sur les dernières années, le ralentissement économique a aussi freiné la consommation d’électricité, notamment dans l’industrie.

95% moins de CO2 en 2050

La Commission européenne a demandé à l’Union européenne de se fixer comme but de réduire ses émissions de CO2 de 40% pour 2030 dans le but de tenir l’objectif d’une réduction de 80 à 95% pour 2050.

Selon Greenpeace, l’Union européenne doit revoir ses objectifs à la hausse pour 2030, et ce même si l’UE est la seule région du monde à s’être imposée des contraintes pour 2020 et à les tenir.

Connie Hedegaard, la Commissaire européenne en charge du climat, semble approuver la vision de Greenpeace puisqu’elle estime que l’UE doit s’imposer de nouveaux objectifs pour 2030 dans le but d’être en position de force pour la conférence internationale sur le climat qui doit se dérouler en 2015 à Paris.

Contexte

Les émissions de dioxyde de carbone sont la raison principale du réchauffement global. Elles sont provoquées par des conditions climatiques, l’accroissement économique, la dimension de la population et les activités du transport et de l’industrie.

Prochaines étapes

fin de 2015 - conférence internationale sur le climat, à Paris

Plus d'information