Brexit: le géant de l’assurance Chubb choisit Paris

Paris se rêve en nouvelle capitale financière de l'UE. [TTStudio/Shutterstock]

Le plus grand assureur dommages américain a annoncé ce lundi qu’il implanterait en France le siège de ses activités européennes après la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Une bonne nouvelle pour la place de Paris qui n’avait attiré que HSBC jusqu’ici. Un article de notre partenaire, La Tribune.

C’est une belle victoire pour la place de Paris : le plus gros assureur dommages américain, Chubb, a annoncé lundi qu’il avait choisi la France comme siège de ses activités en Europe après la sortie du Royaume-Uni de l’UE. Sans préciser à ce stade le nombre d’emplois qui pourraient être relocalisés depuis Londres afin de pouvoir continuer à servir les clients du marché unique.

« Installer en France notre siège dans l’Union européenne post-Brexit est un choix évident pour nous », indique le PDG de Chubb, Evan Greenberg, dans un communiqué.

« Paris est le bureau principal de nos activités en Europe continentale et nous y avons investi significativement à la fois financièrement et en termes de ressources humaines; nous disposons d’un large portefeuille d’activités dans l’assurance commerciale et des particuliers dans toute la France », justifie-t-il.

Le marché français de l’assurance est le deuxième en Europe, derrière le Royaume-Uni, devant l’Allemagne, en matière de cotisations annuelles, selon l’étude annuelle publiée par Insurance Europe, la Fédération européenne de l’assurance et de la réassurance, et s’est élevé à 210 milliards d’euros en 2016.

Le PDG de Chubb cite également « le travail étroit pendant de nombreuses années avec les régulateurs français » (notamment l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), adossée à la Banque de France).

Réconciliée avec la finance, la France capitalise sur le Brexit

Les efforts du nouveau gouvernement pour rendre la France plus accueillante vis-à-vis de la finance améliorent ses chances d’attirer des banques quittant Londres en raison du Brexit, expliquent des responsables du secteur.

Aide du gouvernement français

Spécialiste des assurances dites IARD (« incendie, accident et risques divers »), l’américain Chubb a fusionné il y a deux ans avec le groupe suisse ACE et a donné son nom au nouvel ensemble. Coté à la Bourse de New York, où il pèse plus de 67 milliards de dollars, le groupe est de droit suisse et a son siège à Zurich. Présent dans 54 pays, il emploie 31 000 personnes.

Le directeur juridique de Chubb, Joseph Wayland, souligne que ce choix a été « encouragé par l’aide et la coopération du gouvernement français lorsque nous avons envisagé nos options post-Brexit ». Début juillet, le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé une série de mesures destinées à renforcer l’attractivité de la place afin « que Paris devienne le nouveau premier centre financier européen après le Brexit ». A-t-il donné des garanties ou un coup de pouce supplémentaire pour convaincre Chubb ?

Le chef du gouvernement s’est félicité de la nouvelle lundi soir sur son compte Twitter, publiant une photo de sa rencontre avec le PDG de Chubb.

Jusqu’ici, la banque britannique HSBC était la seule grande institution financière à avoir officiellement choisi Paris comme base de repli, du fait de sa présence historique depuis le rachat du CCF; elle envisage d’y relocaliser 1.000 personnes. Les banques françaises ont aussi avancé qu’elles rapatrieraient environ 1 000 emplois de Londres à Paris.

Plusieurs grands assureurs ont opté a contrario pour Luxembourg, à l’image de l’américain AIG et du britannique Hiscox.

Chubb précise toutefois dans son communiqué qu’il aura toujours une présence « significative » à Londres post-Brexit.

Les entreprises n'ont pas changé de stratégie avec le Brexit

Une majorité d’entreprises britanniques et européennes n’ont toujours pas modifié leurs plans stratégiques après la décision de la Grande-Bretagne de sortir de l’Union européenne, montre une étude de Thomson Reuters auprès de directeurs financiers.