Internet à très haut débit: une bonne nouvelle pour l’emploi

Les industriels des télécoms vont voir leurs besoins en main d'œuvre s'accélérer progressivement, s'agissant des déploiements de fibre « horizontaux » (le déroulage du réseau en fibre optique dans les territoires) ou « verticaux » (l'installation de la fibre dans les maisons et immeubles). [Daniel Munoz/LT]

Le plan France Très haut débit, qui vise à offrir à tous les Français un accès Internet ultra-rapide d’ici à 2022, est une manne pour l’emploi. En moyenne, selon une étude, le nombre d’emplois nécessaires en équivalents temps plein dépassera les 22 000. Un article de notre partenaire, La Tribune

Sur le front de l’emploi, le plan France Très haut débit constitue une bonne nouvelle. Pour mener à bien ce grand chantier à 20 milliards d’euros – qui vise, à travers le déploiement de la fibre, à apporter un Internet ultra-rapide à tous les Français à horizon 2022 -, les industriels des télécoms et l’Etat se mobilisent pour disposer de suffisamment de main d’œuvre et des compétences nécessaires. C’est la raison pour laquelle les pouvoirs publics ont signé en mars dernier avec les professionnels du secteur un Engagement de développement de l’emploi et des compétences (EDEC). Cet accord, qui concerne 7.500 entreprises (fabricants de câbles optiques, équipementiers, entreprises de génie civil, opérateurs, installateurs et autres bureaux d’études) employant 656 000 salariés, vise à les accompagner, en anticipant leurs recrutements et leurs besoins de formations.

Or ceux-ci vont aller crescendo. Selon une étude commandée par le ministère du travail, « le nombre d’emplois nécessaires en équivalents temps plein dépasse 22 000 en 2021, tous postes confondus (existantes et/ou à créer) ». Dans un communiqué publié ce lundi, l’exécutif détaille ces besoins :

« [Cela] conduit à mobiliser en moyenne chaque année 3.800 nouveaux entrants dans la fibre optique, par la voie du recrutement, de la mobilité interne et de l’intérim avec une pointe à 7 500 en 2021. Ces prises de postes s’accompagneront de formations avec une estimation de près de 10 000 actions en 2020 pour environ 70 000 journées stagiaires. »

31 millions de foyers raccordables à la fibre en 2025

Pour évaluer ces besoins, l’étude prend pour point de départ un « scénario de base » en reprenant les objectifs du gouvernement. Dans celui-ci, tous les Français disposeront du très haut débit à horizon 5 ans, sachant que 80% des foyers seront raccordables à la fibre optique. Dans cette hypothèse, 28 millions de foyers seront raccordables à la fibre en 2022. Et 30,8 millions le seront en 2025, en bénéficiant d’une amélioration du réseau.

Int1

(Crédit: DR)

Ainsi, les entreprises du secteur vont voir leurs besoins en main d’œuvre augmenter progressivement, s’agissant des déploiements de fibre « horizontaux » (le déroulage du réseau en fibre optique dans les territoires) ou « verticaux » (l’installation de la fibre dans les maisons et les immeubles).

Int2

(Crédit: DR)