La lettre de soutien très amicale d’Airbus à Macron

Le directeur exécutif d'Airbus s'engage pour Emmanuel Macron. [Airbus]

Le lendemain de la qualification d’Emmanuel Macron pour le second tour de l’élection présidentielle, le président exécutif d’Airbus a envoyé une lettre de soutien très amicale au candidat d’En Marche. Un article de notre partenaire, La Tribune.

Le ton de la lettre de soutien de Tom Enders à Emmanuel Macron, qui incarne, selon lui, « le changement », est amical. Très amical même. Les deux hommes se connaissent et s’apprécient visiblement depuis longtemps, le tutoiement est d’ailleurs de rigueur. « Je saisis l’opportunité de cet « entre deux tours » de l’élection présidentielle pour m’adresser à toi d’une manière informelle une dernière fois…! », commence Tom Enders, qui écrit sa lettre de soutien en français. Il l’a d’ailleurs très vite adressée après la qualification d’Emmanuel Macron pour le second tour de l’élection présidentielle française. Le courrier du président exécutif d’Airbus a été envoyé le 24 avril de Toulouse.

La France met sous surveillance le patron d'Airbus Tom Enders

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian veut que « le partenariat qui unit la France à Airbus respecte la vocation autant militaire que civile de l’entreprise, et Tom Enders le sait bien et je crois qu’il l’entend ». Un article de notre partenaire La Tribune.

« Je te prie de croire, cher Emmanuel, à mon plein soutien pour le deuxième tour de l’élection ainsi que pour les élections législatives qui suivront. […] Près de 9 millions de Français t’ont déjà témoigné leur confiance le 23 avril », écrit le président d’Airbus qui se dit « convaincu que cette dynamique se poursuivra le 7 mai prochain ». Et d’estimer que « l’engouement que tu as réussi à susciter est pleinement mérité : tu incarnes de manière très concrète le changement ».

« Je ne doute pas de ta volonté et de ta détermination à mener les réformes économiques qui s’imposent », estime Tom Enders.

A La Villette, Macron insiste sur les valeurs républicaines et l'Europe

Le candidat a développé, lors d’un meeting ayant réuni 12.000 personnes à Paris, le 1er mai, son credo anti-FN. Il a aussi clairement dénoncé les régimes d’Orban, Kacszynski et Poutine, et envisagé une nouvelle expertise sur le CETA, s’il est élu.

Airbus favorisé par la future politique de Macron?

Pourtant critiqué dans le discours d’Emmanuel Macron, Tom Enders estime que les propositions annoncées par le candidat d’En Marche « semblent prendre pleinement en compte » les principaux enjeux d’Airbus. « Je me réjouis avant tout de la priorité que tu donnes à l’Europe, notamment dans la relation Franco-Allemande », précise-t-il. « C’est un point fondamental pour une société comme la nôtre. Comme tu le sais, notre secteur a quant à lui besoin d’un contexte compétitif plus favorable pour faire face à une concurrence internationale plus acerbe ».

Emmanuel Macron avait rappelé aux grands groupes à la mi-mars lors de son discours dédié à la défense, qu’il veillerait « à ce que le poids de la France dans leur management soit cohérent avec les emplois présents sur notre territoire ». Il avait également estimé que « la défense a suffisamment porté l’innovation et la croissance de ces entreprises par le passé pour que le domaine militaire ne soit pas sacrifié au profit d’un domaine civil parfois plus rentable à court terme », avait-il expliqué. Une allusion à peine voilée adressée au PDG d’Airbus, Tom Enders.

Pour sa part, Marine Le Pen n’est pas la tasse de thé de Tom Enders. Il est vrai qu’elle n’a pas épargné Airbus lors de sa campagne. La candidate du Front National regrette que « l’industrie française, autrefois nationale, a été abandonnée aux mirages européens ou étrangers ». Elle cite « Airbus où le recul de l’État et de la partie française a affaibli la gouvernance de cette entreprise stratégique, notamment pour l’espace et le nucléaire ».

Fillon, Le Pen et Macron planchent devant les patrons

Compétitivité, modèle social, enseignement, mondialisation… Une partie des candidats à la présidentielle ont « planché » ce 28 mars devant un parterre de chefs d’entreprise. Un article de notre partenaire, La Tribune.