Madrid pour un budget et un ministre des Finances de la zone euro

22510256292_3f928cfe62_z [La Moncloa - Gobierno de España/Flickr]

L’Espagne plaidera pour un budget de la zone euro, avec un ministre des Finances, lors d’un prochain sommet quadripartite avec la France, l’Allemagne et l’Italie le 28 août, a annoncé le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy.

« Nous allons continuer à travailler pour approfondir l’union économique et monétaire », a déclaré le chef du gouvernement conservateur espagnol, à propos de l’ordre du jour lors du « G4 » du 28 août en France. Mariano Rajoy s’exprimait à l’issue d’une réunion avec le roi d’Espagne Felipe VI à Palma de Majorque

« L’Espagne va miser sur un ministre des Finances européen, elle va miser pour qu’il y ait un budget européen qui permette de rapprocher progressivement les niveaux de vie et de richesse de tous les pays européens », a indiqué le Premier ministre, qui rencontrera à cette occasion le président de la République française, Emmanuel Macron, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni.

« L’Espagne va parier sur l’existence d’eurobonds [ou euro-obligations], d’un Trésor européen émettant des eurobonds, qui bénéficieront assurément de la crédibilité suffisante et du soutien des marchés, pour que nous puissions tous nous financer à des prix plus bas », a poursuivi Mariano Rajoy.

Lisbonne plaide pour la création d'un Fonds monétaire européen

Le Premier ministre portugais, António Costa défend la création d’un Fonds monétaire européen afin d’« assurer une gestion plus efficace des dettes souveraines » et favoriser une « convergence » accrue des économies européennes.

Le ministre espagnol de l’Économie, Luis de Guindos, avait plaidé en juin pour une profonde réforme de la zone euro, passant par la création d’un « Fonds monétaire européen » qui permettrait de gérer une partie du budget des États membres.

« Cette autorité devrait être capable de décider centralement sur un certain pourcentage des budgets nationaux, ou sur un fonds d’investissement européen qui pourrait ralentir ou accélérer les dépenses » afin d’atteindre une « position budgétaire consolidée », avait-il souhaité dans un entretien publié par le quotidien britannique Financial Times.

Emmanuel Macron souhaite aussi que la zone euro soit dotée d’un ministère des Finances et d’un budget propre, ce qui nécessiterait une modification des traités actuels.

Angela Merkel s’était dite prête à parler de la création d’un tel ministère et d’un budget pour la zone euro, après le conseil des ministres franco-allemand à Paris du 13 juillet. Ces idées sont cependant impopulaires en Allemagne, où se tiennent des élections législatives le 24 septembre.

Berlin veut créer un « Fonds monétaire européen »

Si le gouvernement allemand réaffirme sa volonté de mettre sur pied un Fonds monétaire européen, la Commission européenne ne souhaite pas abandonner son droit de regard sur les finances de la zone euro. Un article de notre partenaire, Der Tagesspiegel.