Rachat de dette: la BCE pourrait changer de braquet dès septembre

De nombreux économistes déclarent s'attendre à des annonces de changements de la politique monétaire de la BCE. [Ilolab/Shutterstock]

Plus de la moitié des 50 économistes interrogés par Reuters déclarent s’attendre à des annonces de changements de la politique monétaire de la BCE dès septembre. Lors de la réunion de juillet, Mario Draghi avait laissé entendre que des annonces seraient faites à l’automne concernant un assouplissement du programme de rachat de dette. Un article de notre partenaire, La Tribune.

Il est plus probable que la Banque centrale européenne (BCE) annonce en septembre, plutôt qu’en octobre, son intention de modifier sa politique d’achats d’actifs, montre une enquête de Reuters.

La BCE a laissé sa politique monétaire inchangée lors de sa dernière réunion, le 20 juillet, mais elle a laissé entendre que son Conseil des gouverneurs débattrait « à l’automne »d’une éventuelle modification de son programme dit d’assouplissement quantitatif (quantitative easing, QE), qu’elle poursuit pour l’instant au rythme de 60 milliards d’euros par mois.

L’annonce en septembre, les détails en décembre ?

Vingt-huit des 50 économistes interrogés entre le 7 et le 9 août ont déclaré s’attendre à ce qu’elle annonce un changement en septembre, alors que 15 tablent sur le mois d’octobre. Les pronostics des autres s’échelonnent entre décembre et la fin du premier trimestre 2018.

« La BCE a évoqué ‘l’automne’ à propos de la période durant laquelle elle va se décider sur son programme d’achats d’actifs », explique Elwin De Groot, économiste senior de Rabobank. « Nous pensons que cela signifie que le Conseil des gouverneurs dévoilera en septembre ou en octobre ses intentions au-delà de cette année, tout en gardant la réunion de décembre pour donner des détails, comme le montant exact de la modification initiale. »

Quatre sources directement informées du contenu d’une discussion qui a eu lieu juste après la réunion de juillet ont déclaré que les responsables de la BCE considéraient la réunion d’octobre comme la plus probable pour une annonce sur le QE, ajoutant qu’une annonce en décembre interviendrait trop tard.

Draghi ne compte pas abandonner le rachat de dette

Rentabilité des banques, inflation faible et dépendance de la reprise vis-à-vis des politiques monétaires accommodantes sont les trois risques auxquels est confrontée la zone euro, selon Mario Draghi. Un article de notre partenaire, Milano Finanza.

Une reprise enthousiasmante de la croissance…

Les anticipations d’une inflexion de la politique de la BCE s’appuient entre autres sur l’amélioration de la situation économique dans la zone euro, dont la croissance a dépassé au premier semestre celle du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

Les économistes interrogés par Reuters prévoient désormais une croissance de 2,0% du PIB de la zone cette année, le chiffre le plus élevé enregistré depuis que les enquêtes incluent des questions sur la croissance 2017, il y a deux ans.

Le produit intérieur brut (PIB) des 19 devrait croître de 0,4% au cours de chaque trimestre d’ici à la fin 2018, selon les économistes interrogés.

… mais une inflation toujours faible

Mais l’inflation, que la BCE souhaite voir remonter non loin de 2%, reste faible à 1,3% sur un an selon la dernière estimation en date et elle ne semble pas devoir s’accélérer.

Les anticipations en la matière ont même légèrement diminué dans la dernière enquête par rapport à celle de juillet: la hausse des prix devrait ressortir à 1,5% cette année et à 1,4% l’an prochain, alors que l’enquête du mois dernier donnait 1,5% dans les deux cas.

Pour la majeure partie des économistes, cette faiblesse persistante de l’inflation ne devrait cependant pas dissuader la banque centrale d’infléchir sa politique monétaire ultra-accommodante, qui a eu pour effet de gonfler son bilan à plus de 2 000 milliards d’euros.

Interrogés sur l’opportunité de réduire les achats d’actifs sans attendre que l’inflation se rapproche de son objectif, plus de trois quarts des 50 économistes interrogés ont répondu par l’affirmative.

Un euro fort peut-il menacer la croissance de la zone euro ?

La vigueur de l’euro, qui s’est apprécié de plus de 12% face au dollar depuis le début de l’année, pourrait par ailleurs compliquer la tâche de l’institution, même si 30 des 43 économistes ayant répondu à une question sur le sujet ont estimé qu’elle ne menaçait pas la croissance dans la zone euro.

« L’ampleur actuelle de l’appréciation n’est pas suffisante pour compromettre la reprise économique mais si elle se poursuivait nettement au-delà de 1,20 dollar – ce que nous ne prévoyons pas – cela modifierait à l’évidence l’équilibre des risques », a indiqué Elmar Völker, responsable de stratégie taux de LBBW.

La justice européenne conforte la BCE dans ses programmes de rachat de dettes

La justice européenne a conforté mardi 16 juin la BCE dans son action, en avalisant un programme de rachat de dette contesté par des eurosceptiques allemands, ce qui pourrait décourager de nouvelles plaintes contre la politique monétaire très généreuse de l’institution.