Zone euro : « Des réformes tièdes mettraient l’Europe en péril »

Christophe Castaner [@EPA/ETIENNE LAURENT]

Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, estime « qu’il faudra une volonté forte de la France et de l’Allemagne » pour réformer la zone euro. Il s’exprimait à la sortie d’un conseil des ministres où participait Sigmar Gabriel, ministre allemand des Affaires étrangères. Un article de notre partenaire Ouest-France.

La réforme de l’Union européenne et de la zone euro supposera de trouver un équilibre entre les positions française, allemande et les autres mais des propositions tièdes mettraient l’Europe en péril, a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement français.

Prié de dire si la France chercherait le plus petit dénominateur commun avec l’Allemagne ou si elle tenterait, avec l’aide d’autres partenaires qu’Emmanuel Macron a rencontré ces derniers jours, d’aller plus loin sur cette idée, le porte-parole du gouvernement a répondu : « C’est avec l’ensemble de ces acteurs qu’il veut faire ces propositions-là. »

Trouver un point d’équilibre

« Ensuite, nous savons qu’il faudra une volonté forte de la France et de l’Allemagne pour que ces propositions puissent être réalisées et que ces objectifs puissent être atteints », a-t-il ajouté lors du compte rendu d’un conseil des ministres auquel a participé le vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères allemand, Sigmar Gabriel.

« Donc il faudra trouver le point d’équilibre dans les échanges avec les uns ou les autres mais, quel que soit le responsable allemand qui sera en responsabilité dans quelques jours, chacun sait que si nous allons vers des propositions à l’eau tiède, c’est le destin européen qui peut être mis en cause comme il l’a été par le Brexit », a poursuivi Christophe Castaner.

Pas d’accord sur le budget de la zone euro

Emmanuel Macron a annoncé mardi qu’il présenterait des propositions sur une dizaine de sujetsaprès les élections législatives allemandes du 24 septembre, dont un renforcement de l’Union économique et monétaire.

>> Lire la suite sur Ouest-France