EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

28/08/2016

Défection surprise chez les eurodéputés Front national

Élections 2014

Défection surprise chez les eurodéputés Front national

Nigel Farage photo.jpg

L’eurodéputé FN Joelle Bergeron dit avoit été “rejetée” par le FN, et rejoint Nigel Farage. Une désertion que permet au leader de UKIP de finaliser son groupe parlementaire.

L’eurodéputé britannique Nigel Farage a annoncé le 18 juin avoir réuni les 7 nationalités européennes et les 25 élus indispensables à la création d’un groupe politique au Parlement européen.

« Je suis extrêmement fièr d’avoir formé ce groupe […] » a déclaré, Nigel Farage, le président du groupe Europe libertés démocratie dans un communiqué.

Défections en série

Victime de nombreuses départs d’anciens alliés au cours des dernières semaines, le groupe Europe libertés démocratie rassemblant des partis nationalistes et eurosceptiques se trouvait dans jusqu’ici dans une position délicate.

Le 16 juin, l’eurodéputé néerlandais Bas Belder avait annoncé qu’il rejoignait les rangs des Conservateurs et réformistes européens, le groupe de la droite traditionnelle britannique, les Tories. Un peu plus tôt, ce sont les élus du Parti populaire danois et des Vrais Finlandais qui avaient fait faux bon au leader britannique pour rejoindre les rangs de la CRE.

Mais le ralliement de l’eurodéputée française Joëlle Bergeron, élue du Front National a changé la donne.

« Ma décision est le fruit d’une longue réflexion qui n’a pas été facile. UKIP correspond à mes idées eurosceptiques, donc ce groupe me permettra de continuer ma lutte politique. Je suis triste pour mes militants, mais je n’ai pas eu le choix, puisque le Front national m’a rejetée» a explique jeudi 19 juin l’eurodéputée à EurActiv.

L’élue était en délicatesse avec le parti de Marine Le Pen, notamment pour s’être publiquement prononcée lors de la campagne électorale en faveur du droit de vote des étrangers.

Dès le lendemain des élections européennes, la candidate élue dans la circonscription Ouest avait été sommée par le Front National de céder son siège à Gilles Pennelle, responsable du parti en Ille-et-Vilaine.

Refusant de démissionner, l’ancienne commissaire-priseur a finalement décidé de rallier les Britanniques de l’UKIP, donnant ainsi une longueur d’avance à Nigel Farage sur Marine Le Pen, qui peine à recruter des partenaires face à cette concurrence accrue. «Nous sommes surpris concernant cette information au sujet de Joëlle Bergeron puisqu’elle est prévue à notre prochaine réunion de délégation Front National à Bruxelles» a expliqué à EurActiv Ludovic de Danne, conseiller aux affaires européennes de Marine Le Pen. 

48 eurodéputés

Le casting du groupe EFD compte 48 eurodéputés, bien plus que les 31 membres présents lors de la dernière législature. Le nombre de nationalités s’est cependant resserré à 7, contre 12 entre 2009 et 2014.  

« Nous avons fait face à une opposition politique importante pour former ce groupe […]. Maintenant qu’il est sur les rails, je m’attends à ce que d’autres délégations se joignent à nous prochainement » a affirmé Nigel Farage.

Cette montée en puissance numéraire du groupe dominé par les 24  élus britanniques de l’Ukip  est due en grande partie au ralliement des 17  eurodéputés italiens du Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo.

La formation politique compte également deux élus lituaniens du parti Ordre et Justice, un temps soupçonnés de vouloir rallier le projet de groupe du Front National et de 2 eurodéputés des démocrates suédois, avec lesquels Marine Le Pen comptait également siéger. Une élue lettone de l’Union des verts et des paysans et un élu tchèque du Parti des citoyens libres viennent compléter le casting.

Coup dur pour le FN

La création du groupe de Nigel Farage est un coup dur pour le Front National, qui tente également de former un groupe politique. “Nous continuons la formation de notre groupe politique et nous ne nous considérons pas dans une forme de course hippique avec d’autres” a rappelé Ludovic De Danne.

>>Lire : La tension monte entre eurodéputés FN autour du fondateur du parti

Pour l’heure, Marine Le Pen est officiellement assurée du soutien de 4 autres partis :   le Parti pour la liberté du Néerlandais Geert Wilders, le Parti de la liberté autrichien (FPÖ), la Ligue du Nord italienne et le Vlaams Belang flamand (Belgique).

Mais le temps presse pour trouver deux nationalités manquantes. Le Front National a en effet jusqu’au 24 juin pour déposer sa demande de création de groupe parlementaire. 

Contexte

Malgré la montée des partis antieuropéens, les équilibres politiques restent inchangés à la suite des élections européennes entre le 22 et le 25 mai. Le centre-droit et le centre-gauche sont en bonne voie pour former une grande coalition.

Le Parti populaire européen (PPE) a obtenu 221 sièges au Parlement européen. La deuxième place revient à l'Alliance des socialistes et démocrates (S&D) avec 189 sièges, selon les projections actuelles. L'extrême gauche a arraché 45 sièges, contre 38 pour le Groupe Europe libertés démocratie d'extrême droite.

Les factions au Parlement européen négocient toutefois de nouvelles adhésions avant la première session plénière du Parlement en juillet. Dans l'ensemble, il existe 41 eurodéputés non affiliés et 60 nouveaux eurodéputés entrent en jeu. La plupart de ces formations sont populistes, extrémistes et hostiles à l'intégration européenne.

Prochaines étapes

  • 24 juin : date avant laquelle les groupes doivent déposer leur candidature afin de rentrer au nouveau Parlement européen
  • 1-3 juillet : dernière session plénière du Parlement européen 2009-2014
  • 14-17 juillet :deuxième session plénière