EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

24/08/2016

La Belgique risque d’hériter d’un poste secondaire dans la prochaine Commission

Élections 2014

La Belgique risque d’hériter d’un poste secondaire dans la prochaine Commission

Belgian Parliament [Ben2/creative commons]

Les négociations pour former un gouvernement belge s’enlisent. Un retard qui pourrait coûter cher au pays selon Elio Di Rupo, le premier ministre sortant.

Les discussions interminables sur la formation d’un gouvernement en Belgique sont habituelles. Mais cette fois, elles pourraient réduire l’influence de la Belgique au sein de l’exécutif européen.

Interrogé par EurActiv, Hendrik Vos, politologue et professeur à l’université de Gand, estime que « la formation d’un gouvernement prendra encore pas mal de temps. Or la décision concernant le prochain commissaire belge devra être prise avant que le gouvernement fédéral ne soit constitué », prévient-il.

Les négociations piétinent

Bart De Wever, le président du parti séparatiste flamand (N-VA), a présenté son rapport d’information le 25 juin dernier. Il a tenté en vain de former un gouvernement avec la famille démocrate-chrétienne (CD&V et CDH) et les libéraux francophones (MR). Le CDH est le seul parti à avoir refusé de participer : son président, Benoît Lutgen, n’a pas voulu tenter de former cette coalition, car « la confiance n’est pas là ».

Après des consultations avec les présidents de parti, le roi a passé le flambeau au président du MR, Charles Michel. Il est à son tour chargé de trouver une coalition pour former un prochain gouvernement. Sa tâche va être difficile en raison des tensions avec les socialistes et les démocrates-chrétiens du côté francophone.

Proposer un commissaire le plus vite possible

« Dans l’intérêt de la Belgique, il serait bon que l’on puisse proposer une personnalité le plus tôt possible », a déclaré le premier ministre, Elio Di Rupo, à l’issue du sommet européen des 26 et 27 juin.

Il n’existe pas de calendrier précis pour la suite de la procédure, mais Jean-Claude Juncker, le nouveau président de la Commission, devrait constituer son équipe au cours de cet été. La date limite pour l’entrée en fonction de la Commission est fixée au 1er novembre.

La Belgique détient actuellement le portefeuille du commerce, un poste majeur. Karel De Gucht chapeaute notamment les négociations sur le partenariat commercial avec les États-Unis (TTIP).

Elio Di Rupo estime que si la Belgique n’est pas capable de donner un nom avant le mois de septembre, elle devra se contenter d’un poste secondaire.

Marianne Thyssen, la prochaine commissaire belge ?

Au cours des dernières législatures de la Commission, les commissaires belges ont alterné en fonction du groupe linguistique et de la famille politique. Avant Karel De Gucht (libéral néerlandophone), Louis Michel (libéral francophone) a occupé les fonctions de commissaire au développement et à l’aide humanitaire de 2004 à 2009.

La famille chrétienne flamande a obtenu le poste de commissaire de 1967 à 1972 pour la dernière fois. « C’est une loi implicite, mais c’est maintenant au tour d’un chrétien-démocrate néerlandophone [de devenir le commissaire belge] », a indiqué l’eurodéputée socialiste (S&D) Kathleen Van Brempt sur le plateau de la chaîne belge VRT.

Hendrik Vos indique par e-mail à EurActiv : « Marianne Thyssen à de bonnes chances de devenir [la prochaine commissaire belge. Ses amis et ennemis reconnaissent qu’elle est très solide. […] Elle dispose d’ailleurs d’une forte réputation dans l’UE. »

L’intéressée a quant à elle déclaré : « on parle trop de [mon éventuelle désignation à la Commission]. Il ne faut pas répondre à des questions qui n’ont pas encore été posées. »

Contexte

Le 25 mai 2014 était une date cruciale pour la politique en Belgique. Les Belges ont élu leurs représentants politiques pour les européennes, les fédérales et les régionales.

Comme les sondages le prédisaient, la N-VA, le parti séparatiste flamand, est le grand vainqueur de ces élections. En Flandre, le parti de Bart De Wever dépasse la barre des 30 %. Il a entre autres pu profiter de la chute du Vlaams Belang, le parti d’extrême droite anti-UE. Les partis du gouvernement Di Rupo (socialistes, libéraux et démocrates-chrétiens) se sont quant à eux stabilisés. Les verts francophones ont perdu la moitié de leur électorat. Deux représentants de la gauche radicale ont quant à eux fait leur entrée au Parlement belge.

Au niveau fédéral, Bart De Wever a mené en vain sa mission d’informateur après un mois. C’est maintenant au tour du libéral Charles Michel d’essayer de trouver une coalition pour ensuite former un gouvernement.

Prochaines étapes

  • 14-17 juillet : le Parlement européen vote sur le candidat à la présidence de la Commission proposé par le Conseil européen
  • Durant l'été: le nouveau président de la Commission européenne distribue les portefeuilles entre les 27 autres membres de la Commission avant de soumettre ses propositions au Parlement européen.
  • Septembre : audition des commissaires par le Parlement européen
  • Octobre : le Parlement européen vote la composition de la nouvelle Commission
  • 1er novembre : date du fin de mandat de la Commission

Plus d'information