EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

30/09/2016

Le futur commissaire à l’Agriculture s’engage à simplifier la PAC

Élections 2014

Le futur commissaire à l’Agriculture s’engage à simplifier la PAC

Paul Hogan [Parlement européen]

Le candidat irlandais à l’Agriculture et au développement rural, Phil Hogan, s’est engagé à revoir minutieusement la politique agricole commune afin d’en améliorer les mécanismes. Le système de paiements directs devrait être révisé d’ici un an.

La politique agricole commune (PAC) est un programme structurant pour l’Union européenne et d’une importance primordiale pour nombre d’États membres. Phil Hogan, considéré dans son pays comme l’une des personnalités politiques les plus expérimentées, a remporté l’adhésion des parlementaires européens de la commission agriculture lors de son audition le 2 octobre.

Économiste de formation et ancien ministre de l’Environnement en Irlande, Phil Hogan, qui appartient au Fine Gael – un parti de centre droit-, a rappelé son parcours de vie et professionnel aux eurodéputés.

« J’ai grandi dans une ferme, dans la campagne dans les environs de Kilkenny », a-t-il raconté à son audience, en ajoutant qu’il a fait campagne « pour chaque nouveau changement du traité ». L’Irlande prévoit en effet un référendum pour chaque nouveau traité européen. Le dernier en date a été pour le traité de Lisbonne.

Phil Hogan a évoqué devant les eurodéputés son passage à la tête du conseil environnement sous la présidence irlandaise.

Une action en faveur de la croissance et du développement

Phil Hogan devra proposer plusieurs pistes dans le cadre de l’enveloppe de 300 milliards d’euros destinée à l’emploi, la croissance et l’investissement. Une mission qui lui a été confiée sans la lettre de mission rédigée par le nouveau président de la Commission, Jean-Claude Juncker,

Il aura pour cela un délai de trois mois une fois que le mandat de la nouvelle Commission aura commencé, en novembre. Jean-Claude Juncker a par ailleurs demandé à l’Irlandais de faire en sorte que les dépenses en faveur du développement rural soient bien intégrées dans les stratégies d’investissement pour la croissance et l’emploi, que ce soit au niveau régional ou national.

En outre, Phil Hogan devra imposer une plus grande flexibilité, mais aussi mener une simplification des instruments de la politique agricole commune. En particulier, il devra présenter différents projets en vue de faciliter des points tels que les paiements directs, notamment pour ce qui est des stratégies dites « fruit et légumes », de politique en matière de qualité, de développement rural, et enfin écologisation.

L’Irlandais a assuré qu’il prenait sa mission à cœur. « Simplifier n’est pas toujours simple », a-t-il plaisanté. Il s’est engagé dans un premier temps à minutieusement examiner la législation actuelle. Puis, dans un deuxième temps, il déterminera ce qui peut être simplifié.

Le potentiel commissaire à l’agriculture a expliqué qu’il comptait réviser le système de paiements directs d’ici un an, afin d’œuvrer à la fluidification des procédures. Il a cherché à rassurer les eurodéputés quant à leurs inquiétudes relatives à l’agriculture et à l’écologisation, mais avant tout il veut procéder à un examen en profondeur afin de pouvoir dresser une évaluation.

Le premiedéfi, a-t-il indiqué, est l’interdiction russe qui pèse sur l’importation de denrées alimentaires en provenance de l’UE. En réponse aux sanctions européennes dans le cadre de la crise ukrainienne, Moscou a infligé des sanctions commerciales sur un certain nombre de produits agricoles et de matières premières en provenance de l’Ouest, dont l’Union européenne.

« Nous devons faire montre de solidarité envers la communauté des exploitants agricoles. Nous n’hésiterons pas à prendre des mesures en conséquence », a-t-il déclaré.

Priorité au développement rural

Celui-ci a expliqué qu’en tant que commissaire, il porterai une attention particulière aux programmes liés au développement rural afin de s’assurer que le secteur agricole profite de la recherche et de l’innovation, notamment dans le cadre de l’initiative européenne Horizon 2020. L’environnement et le développement durable resteront au cœur de la politique agricole de l’UE, a-t-il insisté.

Le candidat a également cité les enjeux soulevés par les accords commerciaux et les nouvelles perspectives que ceux-ci offraient au secteur. Il a indiqué que le partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement ne devrait toutefois pas tirer à la baisse les propres normes de production de l’UE.

Phil Hogan a fait l’objet de vives critiques de la part des eurodéputés verts en ce qui concerne le manque de substance de sa réponse relative à l’agriculture biologique, ainsi que son manque de clarté quant aux OGM et son omission de la question des néonicotinoïdes, un insecticide très nocif pour les abeilles.

Contexte

Jean-Claude Juncker, le nouveau président de la Commission européenne a annoncé le 10 septembre la distribution des portefeuilles.

Parmi les nouveaux commissaires, qui devraient gagner leur poste le 1er novembre, 18 sont d'anciens ministres, voire premiers ministres. Le Président s'est félicité et a déclaré que la nouvelle Commission était « très politique ».

La nouvelle Commission doit maintenant faire l'objet d'un vote d'approbation dans son ensemble par le Parlement européen. Les auditions se tiennent du 29 septembre au 7 octobre.

Pendant ces deux semaines d'audition, les 27 commissaires vont être passés au crible par les eurodéputés issus des commissions correspondant au poste brigué par le candidat.

À l’issue de ces auditions, le Parlement pourra alors soit accepter soit rejeter le collège dans son ensemble.

 >> Lire : En direct : les auditions parlementaires des nouveaux commissaires européens

 

Prochaines étapes

  • 7 octobre : dernier jour du cycle d'auditions des commissaires désignés devant le Parlement européen
  • 6 ou 7 octobre : Jonathan Hill passera une nouvelle audition
  • 7 octobre : réunion extraordinaire de la conférence des présidents de commission pour évaluer les conclusions des auditions.
  • 8 au 9 octobre : les groupes se réunissent le 8 octobre après-midi et le 9 octobre matin pour évaluer les auditions.
  • 9 octobre : la conférence des présidents se réunit pour annoncer la fin des auditions et finaliser les évaluations
  • 22 octobre : vote en plénière

Plus d'information