EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

29/07/2016

Les Français lâchent du terrain au Parlement européen

Élections 2014

Les Français lâchent du terrain au Parlement européen

Abstimmung im Europäischen Parlament in Straßburg. Foto: EP

Avec les départs de Joseph Daul et Daniel Cohn-Bendit, la France perd deux présidences de groupe au Parlement européen. Des postes stratégiques qui sont revenus aux élus allemands.

Les départs des présidents des groupes du Parti Populaire Européen et des Verts au Parlement européen, Joseph Daul et Daniel Cohn-Bendit, se sont transformés en pertes sèches pour la France

Les deux hommes ont décidé de ne pas se représenter aux élections de mai 2014, après une longue carrière dans l’hémicycle européen.

Daniel Cohn Bendit a tourné la page de Bruxelles et Strasbourg après 20 ans passés à batailler en faveur de l’Europe fédérale. De son côté, l’ex-président UMP de plus grand groupe au Parlement européen, Joseph Daul, élu depuis 1999 a également souhaité tourner la page.

Le départ des deux leaders a laissé des places stratégiques à pourvoir à la tête des groupes parlementaires. Mais les Français se sont mis en mauvaise posture pour reconquérir les présidences de groupe, notamment au sein des grandes familles politiques, suite au score du Front national lors des élections européennes. Ils se sont aussi fait griller la politesse par les élus allemands.

La France marginalisée ?

« Pour obtenir des présidences de groupe politique ou de commission au Parlement européen, il faut être nombreux au sein des formations politiques importantes », explique Yves Bertoncini, directeur du think tank « Notre Europe ».

Mais avec 24 élus issus du Front national, les eurodéputés français siégeant dans les grands groupes politiques sont beaucoup moins nombreux qu’au cours de la dernière mandature.

Au sein du groupe des socialistes et démocrates (S&D), la délégation française composée de 13 eurodéputés ne fait pas le poids par rapport aux grandes délégations comme celles de l’Allemagne (27) ou de l’Italie (31).

 «Le poids de la délégation socialiste française, qui de taille moyenne, ne leur permet pas de revendiquer la présidence du groupe » reconnait un membre du S&D. La France devrait donc se contenter d’une des dix vice-présidences du groupe, alors que la présidence devrait revenir à l’Allemand Martin Schulz.

Un Parlement plus allemand

Le candidat socialiste à la Présidence de la Commission européenne ne sera d’ailleurs pas le seul Allemand à occuper la présidence d’un grand groupe. Son compatriote Manfred Weber (CSU) a été élu le 4 juin à la tête du groupe du Parti populaire européen. Cette fois encore, la France se contente d’une vice-présidence obtenue par l’eurodéputée Françoise Grossetête, élue depuis 1994 au Parlement européen.

Dans les autres groupes politiques, le leadership français coince aussi. Du côté des Verts, où les Français sont pourtant la seconde délégation derrière les Allemands, la co-présidence a échappé à Yannick Jadot. Candidat face à l’eurodéputé belge Philippe Lamberts, l’écologiste Vert a été battu de quelques voix.

« Dans le cas des Verts, le choix de Philippe Lamberts va au-delà de l’arithmétique » estime Yves Bertoncini. « Il y a parfois également une prime à la rotation » détaille-t-il.

Du côté du groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (GUE/NGL), les excellents scores de nouveaux partis tels que Podemos en Espagne ou Syriza en Grèce, le parti du candidat de la gauche radicale à la présidence de la Commission européenne, Alexis Tsipras, rendent peu probable une présidence française.

Espoir chez les libéraux

« Il n’y a qu’un groupe dans lequel les Français peuvent avoir une carte à jouer, c’est chez les libéraux, si Guy Verhofstadt prend une autre haute fonction au niveau européen  » estime Yves Bertoncini.

En effet, grâce à l’alliance entre l’UDI et MoDem aux élections européennes a permis aux centristes français de se maintenir lorsque leurs homologues en Allemagne et au Royaume-Uni ont subi une véritable défaite électorale. Le parti libéral romain a quant à lui claqué la porte du groupe de l’Alliance de démocrates et des libéraux européens pour rejoindre le PPE, laissant une place prépondérante aux élus français.

Pour l’heure, Guy Verhofstadt, le président sortant des libéraux au Parlement européen est candidat à sa propre succession et l’eurodéputée française Marielle De Sarnez devrait se porter candidate à une vice-présidence, lors de l’élection les 17 et 18 juin prochains.

Reste que la question de l’influence française risque de continuer à souffrir au cours des autres processus de désignation de postes au sein de Parlement européen. « Ce mécanisme pourrait également se retrouver lors du choix des présidences de commission » avertit Yves Bertoncini.

Contexte

Les élections européennes qui se sont déroulées le 25 mai en France ont été marquées par l'arrivée de 24 eurodéputés Front national, alors que le parti d'extrême-droite en avait 3 lors de la précédente législature. Avec 20 % des voix l'UMP aura 20 sièges, contre 13 pour le parti socialiste dont la délégation ne change pas de format. Les Verts passent de 16 à 6 élus, et les centristes à 7. Du côté de la gauche radicale, seulement 4 eurodéputés siégeront au Parlement de Strasbourg.

Plus d'information