EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

02/12/2016

Trois eurodéputés montrés du doigt par la Haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU

Élections 2014

Trois eurodéputés montrés du doigt par la Haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU

Navi Pillay est la Haute commissaire aux droits de l'homme de l'ONU © UN

Le score de l’extrême-droite aux dernières élections européennes a inquiété lors de l’ouverture de la session annuelle de l’ONU sur les droits de l’homme. Navi Pillay y a notamment dénoncé les discours d’incitation à la haine certains élus.

La Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a ouvert le Conseil des droits de l’homme de l’ONU par un tableau détaillé de la situation des droits de l’homme dans le monde. Un tableau dans lequel certains nouveaux eurodéputés de l’extrême droite se sont fait épingler. 

Elle a rappelé dans son discours les nombreuses situations internationales où les conflits remettent en cause les libertés, comme en Syrie, au Soudan, en Centrafrique, en Thailande ou au Venezuela, et la question de la peine de mort. Mais elle a aussi souligné les scores importants enregistrés par l’extrême-droite au Parlement européen, en ouverture de la session annuelle de l’ONU sur les droits de l’homme, à Genève.

Incitations à la haine

Navi Pillay a notamment cité les incitations à la haine de certains leaders politiques en France, en Italie et en Allemagne. Le Conseil des droits de l’homme est rassemblé à Genève pour une dizaine de jours pour rendre compte de l’état des droits de l’homme dans le monde.

« Je suis perturbée par l’augmentation récente  dans plusieurs États d’Europe occidentale d’un discours ancré dans la haine des migrants, le racisme et l’intolérance religieuse » a-t-elle précisé.

Sud-africaine d’origine indienne, la Haut-Commissaire a clairement visé Marine Le Pen, la présidente du Front national, ainsi qu’ Udo Voigt, élu seul eurodéputé du NPD en Allemagne, et Mario Borghezio, élu de la Ligue du Nord.

La haut-commissaire a regretté que « le Parlement européen accueille le dirigeant d’un parti allemand qui a dit que l’Europe est un continent de gens blancs et doit le rester », une phrase d’Ugo Voigt. Le dirigeant d’extrême-droite est considéré comme un néonazi ; le président allemand, Joachim Gauck, a qualifié ses membres de « fous » sans que la Cour d’appel de Karlsruhe, la plus haute autorité du pays, y trouve à redire.

>>Lire aussi : L’extrême-droite allemande aux portes du Parlement européen

Elle a aussi fait référence à des termes employés par la dirigeante du Front national, en évoquant « un dirigeant d’un parti français qui a comparé la prière pacifique des musulmans dans les rues à l’occupation militaire de son pays par les nazis ».

Marine Le Pen a perdu son immunité parlementaire dans le cadre de poursuites menées par le tribunal de Lyon, pour incitation à la haine raciale. La députée européenne avait déclaré que les prières de rue représentaient une occupation sans blindés ni soldats.

>>Lire aussi : Marine Le Pen perd son immunité au Parlement européen

Navi Pillay  a aussi évoqué un représentant italien qui a été accusé d’avoir mis le feu aux palettes où dormaient des migrants sous un pont. Il s’agit de  Mario Borghezio, un membre de la Ligue du Nord qui avait été condamné en 2005 par la justice italienne.

Le député italien s’était également illustré en déclarant que les arguments d’Anders Breivik, auteur présumé des attentats d’Oslo, étaient bons.

>>Lire aussi : Selon un député européen, certaines idées de Breivik sont « bonnes ».

« Il y a une route qui mène aux violations des droits de l’homme, et les discours d’incitation à la haine – en particulier ceux des dirigeants politiques – se trouvent sur cette route », a indiqué la Haut-Commissaire, dans le cadre de la présentation de son dernier rapport. Son mandat se termine en effet le 1er septembre prochain.

Des attaques liées à ce climat d’extrêmisme

La représentante de l’ONU a aussi condamné les « attaques violentes basées sur la religion ou l’ethnie », en faisant référence à la tuerie au Musée juif de Bruxelles le 24 mai dernier, durant laquelle trois personnes ont trouvé la mort. Navi Pillay a souligné que ces actes « sont liées à ce climat d’extrémisme » en Europe et a appelé à ce que l’éducation aux droits de l’homme « permette de lutter contre cette tendance alarmante ».