Anne Hidalgo: «Ces élections m’inquiètent, mais Le Pen ne gagnera pas»

Anne Hidalgo [@EFE/Fernando Pérez]

La candidate de l’extrême droite, Marine Le Pen, ne gagnera pas les élections, car « même si le visage est différent, le contenu du FN est le même », a déclaré la maire de Paris, Anne Hidalgo, à l’agence EFE. Un article de notre partenaire, Euroefe.

Anne Hidalgo, femme politique franco-espagnole, a reconnu que les élections présidentielles, dont le premier tour aura lieu dimanche, l’inquiétaient. Elle est toutefois convaincue que Marine Le Pen, « une catastrophe pour le pays », n’en sortira pas vainqueur.

Vingt-cinq prix Nobel d'économie contre Marine Le Pen

Vingt-cinq lauréats du prix Nobel d’économie, parmi lesquels le français Jean Tirole et l’américain Joseph Stiglitz, fustigent le programme anti-européen, anti-immigration et protectionniste de Marine Le Pen dans une tribune publiée mardi par Le Monde.

« La confusion et l’incertitude règnent, le monde est plus violent… le contexte est là, mais je crois que Marine Le Pen ne peut pas gagner et ne gagnera pas », a-t-elle souligné, avant de rappeler que si la chef de file accède au second tour, elle appellera à voter pour « quiconque sera son adversaire. »

Un monde plus violent

Selon elle, si la leader du Front national avait vraiment voulu rompre avec le passé, « elle aurait changé de parti, de nom, d’idéologie, elle aurait remis en cause ce qu’a dit ou fait son père, mais elle n’a rien fait de cela. Le visage est différent, mais le contenu est le même ».

Anne Hildalgo est l’une des responsables politiques socialistes qui a fait campagne pour le candidat de son parti, Benoît Hamon. Elle a toutefois reconnu que ce dernier avait peu de chances de gagner « au vu des sondages d’opinion », qui ne lui donnent pas plus de 10 % d’intention de vote. « Beaucoup de gens s’inquiètent et cherchent le vote utile, que ce soit celui du sociolibéral Emmanuel Macron ou du candidat d’extrême gauche, Jean-Luc Mélenchon.

À 4 jours de la présidentielle, l'angoisse des électeurs monte

Au sein de la gauche, de nombreux électeurs s’interrogent encore sur leur vote. Un questionnement qui témoigne de la faible capacité à convaincre des candidats.

« Je crois que la gauche ne serait pas si mal si elle était unie, mais comme elle ne l’est pas, il est plus difficile de gagner. Voilà pourquoi quand je vois tant de stratégies je me dis : ‘sois moins stratégique et vote pour ce qui te semble important, pour celui qui porte le programme qui te semble important’ », a-t-elle ajouté.

Future « présidentiable »

À 57 ans, Anne Hidalgo a été citée à plusieurs reprises comme une future « présidentiable » du Parti socialiste. Lors de son interview avec EFE, elle a toutefois rappelé que son « mandat à la mairie courrait jusqu’en 2020 », et que son unique préoccupation était donc Paris, et pour le reste « on verra plus tard ».

« Ce que je suis prête à faire c’est participer à la reconstruction, car il va y avoir des choses à reconstruire », a ajouté la maire de Paris, avant de critiquer ceux qui disent que « la social-démocratie est morte et que l’État providence ne peut plus exister. » À cet égard, elle assure que son mouvement politique « a un grand avenir devant lui, en y ajoutant l’écologie ».

Écologie: les loupés de la campagne présidentielle

Jamais les candidats à la magistrature suprême n’avaient autant truffé leur programme d’environnement. Ce qui ne veut pas dire qu’ils aient bien compris de quoi il s’agissait. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.