EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

17/01/2017

Candidat unique, Stanichev est reconduit à la tête du Parti socialiste européen

Elections

Candidat unique, Stanichev est reconduit à la tête du Parti socialiste européen

Sergei Stanishev lors du congrès du PSE à Budapest. [PES]

Sergei Stanishev a été réélu président du Parti socialiste européen (PES) à la suite du retrait de la candidature de son seul concurrent, Enrique Bar?n Crespo, juste avant le vote. 

Attendue, la réélection du Bulgare Sergei Stanishev le 12 juin à la tête du Parti socialiste européen (PES) s‘est déroulée encore plus facilement que prévu, à la suite du retrait de son seul concurrent, l’Espagnol Enrique Bar?n Crespo.

Cet ancien président du Parlement européen a annoncé vouloir retirer sa candidature après avoir constaté qu’une large majorité des socialistes européens rassemblés au Congrès de Budapest étaient en faveur de la réélection de Stanishev.

Sur les réseaux sociaux, les réactions des supporters du candidat espagnol ne se sont pas fait attendre, alors que nombre d’entre eux espéraient le voir succéder au controversé ancien premier ministre bulgare, à la tête du PES depuis 2011.

Les résultats du vote ont cependant montré que Stanishev n’a pas obtenu un soutien massif de la part des électeurs, même en position de candidat unique. Sur 407 votes enregistrés, 269 étaient pour et 67 contre.

Scandale

Mais les controverses ne sont pas pour autant derrière le Bulgare. Stanishev a été interviewé par la radio nationale bulgare, le 14 juin, sur sa tentative deux ans jour pour jour auparavant, le 14 juin 2013 de faire adopter au parlement la nomination de Delyan Peevski, un homme d’affaires douteux et magnat des médias, à la tête de l’agence d’État pour la sécurité nationale (DANS).

Sergueï Stanishev a nié avoir déclaré « soit nous nominons Delyan Peevski soit le gouvernement s’effondre ». Plus tard, lors d’une interview à la télévision, quand le présentateur a mentionné la date du 14 juin, Sergueï Stanishev a prétendu ne pas comprendre à quoi le journaliste faisait référence.

Interrogé sur les leçons à tirer de sa carrière politique, le président du PSE a déclaré qu’il avait appris trois choses : que le destin avait souvent joué en sa faveur, qu’il devait rétablir la confiance en travaillant dur et qu’il avait besoin d’une équipe forte et ne devait jamais abandonner.

>> Lire : La présidence du PSE n’attire pas foule de candidats

Le congrès du PSE a également élu le reste de ses dirigeants tout en respectant la parité et la diversité de l’origine géographique. Achim Post (SPD Allemagne) reste donc à son poste de secrétaire général et Jean-Christophe Cambadélis, dirigeant du PS en France, Carin Jämtin, secrétaire générale du Parti social-démocrate de Suède, Katarina Nevedalova, secrétaire internationale du SMER-SD de Slovaquie et Jan Royall, chef de l’opposition travailliste à la Chambre des Lords ont été élus vice-présidents. Le trésorier du parti est désormais Ruairi Quinn, député travailliste au parlement irlandais.

La veille, Zita Gurmai (Hongrie) a également été réélue en tant que chef de l’organisation des femmes au sein du Parti socialiste (PSE Femmes) lors de la conférence annuelle également organisée à Budapest. Jusqu’aux dernières élections européennes, Zita Gurmai était eurodéputée.

Trois résolutions adoptées

Le congrès a adopté à l’unanimité trois résolutions : unis pour l’emploi, unis pour la démocratie et unis pour la paix.

Selon un communiqué de presse, « Unis pour l’emploi » propose des idées concrètes pour réduire le chômage via la Garantie pour la jeunesse et pour améliorer les conditions de travail en Europe grâce à une hausse des investissements. Une des priorités du programme du PSE est de créer des emplois « verts » permettant de garantir un avenir plus sûr et plus respectueux de l’environnement.

« Unis pour la démocratie » renferme la notion de participation citoyenne et démocratique et s’appuie sur le tableau de bord de l’UE pour la démocratie, dans le but de construire une société inclusive opposée au nationalisme. Cette résolution est particulièrement pertinente au vu de la campagne du gouvernement hongrois (Fidesz) contre les migrants.

Quant à « Unis pour la paix », son objectif est de s’attaquer à l’extrémisme et d’instaurer la paix grâce à un projet mondial et ambitieux. Elle recherche des réponses progressives face aux défis communs tels que la migration en Méditerranée, la violence et l’instabilité dans la région du Sahel et l’équilibre entre liberté et sécurité.

Plus d'information