EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

28/09/2016

Les conservateurs croates bien placés pour rester au pouvoir

Elections

Les conservateurs croates bien placés pour rester au pouvoir

Andrej Plenkovic

Les conservateurs du HDZ ont fini en tête des législatives en Croatie et apparaissent les mieux placés pour former une coalition de gouvernement, selon les résultats après le dépouillement de la quasi-totalité des votes lundi matin.

Le parti conservateur remporte 61 des 151 sièges du parlement, contre 54 aux sociaux-démocrates (SDP) qui étaient pourtant donnés favoris dans les sondages.

Avec 13 élus, le parti conservateur Most, proche de l’Église catholique, aura un rôle central pour la formation du prochain gouvernement et s’il a posé des conditions, il paraît plus susceptible de se rallier au HDZ. Les deux partis gouvernaient déjà ensemble dans l’éphémère gouvernement précédent.

>> Lire : Croatie: des législatives pour revenir au centre ?

« Je suis persuadé que nous sommes le parti qui aura le privilège de former le prochain gouvernement croate et il sera stable », a déclaré Andrej Plenković, le nouveau patron du HDZ, à des sympathisants dans la nuit, promettant un gouvernement « pro-européen ».

Ce scrutin consacre la ligne centriste imposée depuis son arrivée en juillet par ce juriste et diplomate, qui a tourné le dos à la rhétorique nationaliste de son prédécesseur, l’ex-chef espion Tomislav Karamarko.

Le précédent gouvernement, également mené par le HDZ, n’a duré que six mois et est tombé en juin, usé par des dissensions internes, les polémiques à répétition et achevé par un scandale politico-financier.

Ce passage éclair après quatre ans de règne social-démocrate a écorné l’image de la Croatie: nomination d’un ministre de la Culture accusé de révisionnisme sur le régime oustachi pronazi, mises en cause de la presse, influence accrue de l’Église sur les questions de société, attaques contre les minorités, notamment serbes…

Avec la Serbie, les relations se sont tendues comme jamais depuis la fin des guerres balkaniques des années 1990.

>> Lire : Serbie et Croatie à couteaux tirés