EurActiv.fr

Actualités & débats européens dans votre langue

23/01/2017

Juncker réprimande les commissaires qui sèchent

Elections

Juncker réprimande les commissaires qui sèchent

Jean-Claude Juncker

[Euranet Plus/Flickr]

Exclusif. Jean-Claude Juncker a rappelé ses 27 commissaires à l’ordre. Il leur demande, dans une lettre de participer aux réunions du collège, l’organe le plus important de l’exécutif. 

Le collège des commissaires se réunit habituellement une fois par semaine, en général le mercredi matin. Depuis que Jean-Claude Juncker est devenu président de la Commission, au moins un commissaire rencontre les journalistes après ces réunions, afin de les informer des décisions prises et de répondre à leurs questions.

On peut voir quels commissaires ne participent pas aux réunions du collège dans le calendrier hebdomadaire de leurs activités. Cette semaine, les commissaires Dimitris Avramopoulos (migration, affaires intérieures et citoyenneté) et Christos Stylianides (aide humanitaire et gestion des crises) seront absents, car ils participent à un événement à New York. La semaine dernière, le vice-président Maroš Šef?ovi? (union de l’énergie) était au Luxembourg, les commissaires Günther Oettinger (économie et société numériques) et Cecilia Malmström (commerce) se trouvaient aux États-Unis et le commissaire Vytenis Andriukaitis (santé et sécurité alimentaire) était retourné dans sa Lituanie natale.

Le mercredi d’avant, le 16 septembre, sept commissaires manquaient à l’appel : Günther Oettinger, au salon de l’automobile à Francfort, Neven Mimica, au Rwanda, Miguel Arias Cañete et Karmenu Vella, qui étaient reçu par le Pape au Vatican, Dimitris Avramopoulos, en Hongrie, Violeta Bulc, en Allemagne, et El?bieta Bie?kowska, aux États-Unis.

La liste se poursuit et révèle qu’à l’évidence la plupart des commissaires ne considèrent pas le mercredi comme une journée à part, qu’ils devraient réserver à la réunion collégiale.

Dans sa lettre datée du 29 septembre, dont EurActiv a pu obtenir une copie, Jean-Claude Juncker rappelle donc aux commissaires que ces réunions hebdomadaires permet en effet à ses membres de se réunir et de prendre des décisions ensemble, ce qui est important aux yeux du président de la Commission.

« Les absences doivent donc être limitées aux cas exceptionnels et justifiés, comme des engagements interinstitutionnels ou des requêtes officielles émanant de la représentation externe de l’UE », écrit le président de la Commission. « Même dans le cas de réunions du Conseil, lors desquelles les ministres des États membres se réunissent avec le ou les commissaires concernés, il est toujours possible de s’arranger pour que seul un nombre restreint de commissaires soient présent », poursuit-il.

Jean-Claude Juncker rappelle aussi aux commissaires qu’il est le seul à pouvoir les exempter de leur obligation de présence à la réunion collégiale, « dans les cas dûment justifiés et après demande écrite ».

Le président de la Commission ne l’a pas mentionné dans sa lettre, mais il lui revient également de changer l’attribution ou le contenu des portefeuilles des commissaires.

L’ancien Premier ministre du Luxembourg, véritable vétéran de la politique, a insisté à mainte reprise sur sa volonté de former une Commission politique, dont les vues devraient avoir une influence sur les États membres, à une période marquée par une résurgence du nationalisme et de manigances intergouvernementales en Europe.

>> Lire aussi : L’exécutif européen promet un socle social commun