La levée de l’immunité de Le Pen avance au Parlement

Marine Le Pen devra répondre de l'utilisation des fonds européens. [Frederic Legrand - COMEO/Shutterstock]

Les députés européens ont entamé la procédure de levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen, pour l’utilisation présumée frauduleuse de fonds européens qui lui est reprochée.

Si le processus de levée de l’immunité est en cours, Marine Le Pen ne sera toutefois pas convoquée avant le second tour de l’élection présidentielle française du 7 mai prochain, lors duquel elle défiera Emmanuel Macron. Ses électeurs ne sont cependant pas découragés par ses ennuis avec la justice.

Des magistrats français ont demandé aux parlementaires européens de lever l’immunité de la candidate à l’élection présidentielle afin qu’ils puissent poursuivre leur enquête dans le dossier des assistants parlementaires européens du Front national.

Jusqu’à présent, la candidate a fait valoir son immunité parlementaire et refusé de se rendre aux convocations de la police en février et des juges d’instruction en mars, expliquant qu’elle ne souhaitait pas s’exprimer devant les enquêteurs avant les législatives du mois de juin.

La justice demande une levée de l’immunité de Marine Le Pen

Les juges chargés de l’enquête sur les assistants parlementaires européens du Front national ont demandé la levée de l’immunité parlementaire des eurodéputées Marine Le Pen et Marie-Christine Boutonnet, a-t-on appris vendredi de source judiciaire, confirmant une information de France Inter.

La demande de levée de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen a été « transmise à la commission des affaires juridiques du Parlement européen, chargée de ces questions », a déclaré le président du Parlement européen, Antonio Tajani, le 26 avril.

Système frauduleux

Le parti d’extrême droite dément avoir mis sur pied un système frauduleux et dénonce ce qu’il qualifie d’instrumentalisation de la justice à des fins politiques. En plus du dossier des assistants parlementaires, le Parlement doit établir si Marine Le Pen doit également être privée de son immunité pour diffamation.

Les responsables du Parlement ont annoncé que l’audition de la candidate à l’élection présidentielle serait repoussée au-delà du 7 mai, le calendrier de la commission des affaires juridiques étant particulièrement chargé.

La procédure de levée de l’immunité parlementaire des députés européens prend traditionnellement plusieurs mois. Dans la majeure partie des cas, elle débouche sur une privation de l’immunité.

Marine Le Pen a déjà vu son immunité levée en mars dans une autre affaire, après l’ouverture en France d’une enquête pour diffusion « d’images violentes ».

Les parlementaires européens ont en outre déjà sanctionné la candidate dans le dossier des assistants parlementaires en lui réclamant de restituer 300 000 euros. Devant son refus d’obtempérer, il a été décidé de réduire son traitement de moitié, à environ 3 000 euros.

Assistants parlementaires : Marine Le Pen refuse de rendre 300 000 euros

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, a rejeté la demande de recouvrement du Parlement européen, à quelques heures de son échéance, portant sur environ 298 400 euros et concernant l’emploi d’une assistante parlementaire.